accessibilité
Mathématiques à Nancy-Metz

Pages académiques de mathématiques de l’académie de Nancy-Metz

Lettre information Covid 19 - 2 juin 2020

Notre académie classée « verte » permet la réouverture des établissements ce qui ne constitue pas un retour à la situation antérieure. Les conditions sanitaires d’accueil des élèves obligent à mettre en place un enseignement dont une partie se fera en présence de certains élèves, et une autre à distance. Cette règle générale s’appliquera en juin et jusqu’à la fin de l’année scolaire.

Article mis en ligne le 4 juin 2020

par Nadine Antonaccio

Ce nouveau mode d’enseignement s’appuie sur l’utilisation d’outils numériques, qui ont montré tout leur intérêt pendant la période de fermeture des établissements, mais pas seulement ni obligatoirement. Pour vous, professeurs, mettre en place un tel enseignement ne va pas de soi. Nous proposons ici quelques pistes de réflexion afin que cette reprise dans des conditions inédites se passe au mieux pour chacun.

I- Utilisation des salles spécialisées
Pour respecter le protocole sanitaire qui impose la distanciation physique, donc les groupes réduits d’élèves et la limitation au maximum des déplacements, les salles dédiées aux cours sont adaptées. Si l’utilisation des salles de sciences et technologie, informatiques, et du matériel expérimental spécifique n’est pas interdite, les contraintes imposées rendront très compliquée la mise en œuvre d’activités et impossible le travail habituel en binômes ou petits groupes.

II- Qu’enseigner lors de la « reprise » ?

La priorité est d’accueillir au mieux les élèves qui reviennent en classe en leur expliquant comment va se dérouler la fin de l’année scolaire dans ces conditions très particulières (explicitation des règles sanitaires notamment en les justifiant).
En mathématiques, on pourra exploiter et analyser des graphiques et des données chiffrées transmises pendant cette période, expliquer le coefficient R0, etc.
Dans toutes les disciplines scientifiques, une réflexion peut être menée sur les Fake News. On développe ainsi l’esprit critique en amenant à distinguer une opinion et un argument scientifique.

Pour tous les élèves, y compris ceux qui ne reviennent pas, il est nécessaire de faire le point sur cette période inédite et de revenir sur les notions travaillées pendant la fermeture des établissements : répondre à leurs questions, faire un bilan des acquis, vérifier les traces écrites…
Les dernières semaines de cours doivent servir à consolider les acquis de façon à ce que l’année scolaire suivante puisse redémarrer sur de bonnes bases. Il n’est pas question de vouloir finir les programmes à tout prix (cf. les attendus de fin d’année en collège).
À la rentrée de septembre, il sera tenu compte des difficultés liées à la période particulière que nous venons de vivre pour accompagner au mieux chacun (cf. circulaire du 4 mai 2020).

III- Quelques recommandations sur le mode d’enseignement de cette fin d’année scolaire

Les conseils et pistes de réflexion communiqués dans le cadre de l’enseignement à distance restent valables, notamment permettre un travail personnel en autonomie.

À distance il faut veiller, encore plus qu’en présentiel, à une explicitation des consignes (nature du travail, estimation de la durée…) et des attendus (critères de réussite…), proposer des supports accessibles à tous et prévoir des aides (techniques, lexique, lien vers des tutoriels…) pour ceux qui en ont besoin.
Pour aider l’élève à rester engagé dans son apprentissage :

  • structurer le cours pour ne pas perdre les élèves en difficulté, à distance privilégier des phases brèves, chacune correspondant à un contenu à apprendre ;
  • séparer les tâches, il est important de savoir si l’objectif d’un cours est plutôt l’acquisition d’une nouvelle connaissance ou la résolution d’un problème, à distance pour l’élèves deux tâches peuvent être difficiles à réaliser ensemble ;
  • fournir des aides, et des exemples en enseignement à distance, pour ne pas rester bloqué dans une tâche ; maximiser l’attention, réengager l’élève en posant des questions, à distance un QCM force l’élève à redevenir actif.

Lors des deux temps d’enseignement (présentiel et distanciel) proposés aux élèves :

Donner envie à tous les élèves d’apprendre
Il convient de faire en sorte que chacun se sente concerné et s’implique dans les différents temps d’activités.
Pour aider l’élève à s’engager dans l’apprentissage :

  • susciter la curiosité en présentant une situation déclenchante, un problème à résoudre ;
  • annoncer le but afin d’augmenter la motivation ;
  • favoriser l’implication active de l’élève par un questionnement dès l’entrée dans l’activité. -* proposer des supports d’étude motivants et variés pour ne pas lasser.

Structurer des connaissances et les consolider
En présentiel comme à distance, l’enseignant peut aider l’élève à construire solidement des concepts ou des stratégies en l’invitant à verbaliser les étapes de son raisonnement. À distance, l’explicitation par l’élève de ce qui a été appris peut se faire à l’écrit en lui permettant ainsi de garder traces de ses apprentissages, voire à l’oral en binôme ce qui exige des élèves une reformulation des idées sous forme suffisamment claire pour les transmettre à quelqu’un d’autre. En présentiel, l’explicitation orale avec une interaction entre pairs est à privilégier en respectant la distanciation physique.
Dans tous les cas, il est nécessaire de terminer la phase d’apprentissage par une explicitation de la part de l’enseignant.

Développer la métacognition pour aider à stabiliser les acquis :
Inviter chacun à s’autoévaluer très régulièrement et à réviser de façon active,

  • accompagner les tâches à réaliser d’outils d’autoévaluation simples, avec des critères de réussite explicites qui donnent des repères aux élèves ;
  • demander à l’élève de se poser des questions et écrire la réponse puis la comparer aux notes initiales en utilisant des supports de type Flashcards avec la question d’un côté et la réponse de l’autre ;
  • encourager le travail en petits groupes, même à distance. Les outils numériques permettent de poursuivre et de structurer le travail en petits groupes. La formation de binômes doit être encouragée, car elle est bénéfique pour l’apprentissage, l’autonomie, et la métacognition, aussi bien pour l’élève “enseignant” que pour celui “enseigné”.
  • proposer aux élèves des banques d’exercices ou de problèmes de niveaux variés.

Articuler les temps à distance et en présentiel en fonction de la tâche à réaliser
Une partie de l’enseignement en présentiel pourra être dédiée à l’explicitation des attendus, des objectifs du travail à réaliser à distance…
Plus généralement, la mise en place de cet enseignement pour les quelques semaines à venir est l’occasion de réfléchir aux temps d’enseignement (à distance ou présentiel) pour identifier notamment les tâches pour lesquelles la présence de l’enseignant est absolument indispensable.

En cette période de réouverture des établissements, nous restons à votre écoute pour vous accompagner et répondre à vos interrogations.

Les IA IPR de mathématiques de Nancy-Metz