Elections régionales, à quoi joue Macron ?

CaptureLe dimanche 20 juin aura lieu, malgré la pandémie de Covid 19, les élections régionales. Ces élections ont pour but d’élire le conseil régional d’une région et donne, à un an des élections présidentielles, un avant goût du paysage politique en France. 

Les élections régionales se déroulent en seul tour, et l’objectif est de voter pour une tête de liste. C’est un suffrage dit à la proportionnel car un certain nombre de voix rapporte des sièges au conseil régional. Si un parti arrive en tête, c’est le parti qui aura le plus de sièges dans le  conseil régional. Certains partis font alors une coalition et s’unissent selon leur idéaux et aussi pour faire barrage face un parti comme c’est le cas dans le Nord avec l’unification de la gauche avec le Parti Socialiste, Europe Ecologie les Verts et la France Insoumise.

Ces derniers jours, l’annonce de l’alliance entre le parti d’Emmanuel Macron « La République En Marche ! » et le parti de droite « Les Républicains » dans la région PACA a fait grand bruit, au point de déchirer la droite. A première vue, cette alliance a pour but de faire barrage à la tête de liste du Rassemblement National, Thierry Mariani. Mais le parti LR  (Les Républicains) a très mal pris cette alliance au point qu’une réunion de crise a eu  lieu entre les dirigeants du parti et Bruno Muselier, tête de liste LR, qui a accepté la propositions d’alliance LREM. Les répercussions peuvent être graves pour le parti LR qui est en reconstruction après la débâcle aux élections européennes et municipales.  Mais n’est-ce pas une stratégie du chef de l’Etat pour dynamiter les LR dont les idéaux sont proches comme le libéralisme économique ou encore une certaine fermeté sur les affaires migratoires. Cette manoeuvre politique a déjà été réalisée sur la gauche avant les élections présidentielles de 2017. Mais cette stratégie pourrait être à  double tranchant car un certain nombre de politiques peuvent se rallier à En Marche ou se retourner vers le Rassemblement National, qui effectue une percée politique dans les régions.

Illustration : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Emmanuel_Macron_-_Caricature_(41261951601).jpg

 

Le malaise des étudiants

 

CaptureA cause de la pandémie de covid 19, la plupart des établissements du supérieur sont fermés et les étudiants n’ont que des cours en distanciel. Avec les témoignages d’anciens élèves de la rédaction de HB News qui sont devenus étudiants, nous avons voulu parler du malaise des étudiants. 

Cela fait maintenant à peu près quatre mois que les universités et les écoles ne peuvent plus assurer l’enseignement en présentiel à cause des restrictions sanitaires dues à la covid-19. Ces restrictions ont pour conséquence la sédentarisation des étudiants qui sont confinés chez eux parfois tout seuls . « Après il y a eu le confinement et ça été dur pour moi car je restais seul chez moi puisque mes parents travaillaient » nous témoigne Rémy, étudiant à Science Po à Strasbourg. La sédentarisation a pour effet négatif de ne plus voir grand monde, ce qui affecte le moral des étudiants. « J’ai pu faire des connaissances en début d’année mais je ne parle pas beaucoup avec les gens de ma classe. », d’après le témoignage de Marie, en deuxième année de licence de philosophie au campus des lettres et sciences humaines à Nancy. Elle ajoute que « cela peut devenir très angoissant d’autant que l’avenir est très incertain. On ne sait jamais ce qu’il va se passer le lendemain, si d’autres mesures vont être prises, allégées ou renforcées, et c’est loin d’être agréable ». La santé mentale des étudiants est mise à l’épreuve, certains sont au bord de la dépression. Pour y remédier, le gouvernement a mis en place une aide psychologique aux étudiants qui le souhaitent : https://www.etudiant.gouv.fr/fr/besoin-d-une-aide-psychologique-1297

Concernant l’accès aux cours à distance,  les étudiants ne sont pas tous égaux. En plus de « la difficulté de suivre un cours chez soi et derrière un écran », Marie nous explique que « certains n’ont pas une bonne connexion internet ou pas de matériel numérique » et précise que « même s’il est vrai que la fac peut prêter du matériel, cela n’est pas toujours suffisant ». Ce manque de matériel peut avoir des conséquences négatives sur la suite des études des élèves.  Cette situation est dramatique pour la jeunesse du pays qui représente notre avenir. Continuer la lecture de Le malaise des étudiants

Que retenir des 4 années Trump ?

File:Melania and Donald Trump & Angela Merkel - 2018.jpg - Wikimedia CommonsAprès quatre tumultueuses années au pouvoir, Donald Trump, qu’il le veuille ou non, devra quitter la maison blanche le 20 janvier 2021. Que retenir de ces quatre années? 

La tempête politique qui aura duré quatre ans va enfin se terminer. Donald Trump laissera à Joe Biden un lourd bilan : un pays profondément divisé, fracturé, une pandémie que le président n’a pas voulu prendre au sérieux et qui a déjà coûté la vie à plus de 250 000 américains, le retrait des accords de Paris sur le climat et une potentielle guerre froide avec la Chine. Un nouvel ordre mondial semble s’établir et tout cela à cause d’un seul homme : Donald Trump. Nous, européens, avons du mal à retenir quelque chose de positif de son mandat même si l’économie américaine, avant la pandémie, semblait être à un bon niveau. Les populistes, qui soutiennent et sont soutenus par Trump (Jair Bolsonaro, président du Brésil, Viktor Orban, premier ministre en Hongrie et l’ancien ministre de l’intérieur Italien Matteo Salvini),  voient en lui un modèle, car même s’il a été battu,  des pensées proches du « Trumpisme »(conservatisme très à droite voire à l’extrême droite,  avec un fort sentiment patriote « l’America first » sur fond d’impulsivité et de mauvaise foi), semblent se répandre dans de nombreux pays. Mais ces quatre années peuvent nous faire prendre conscience des dangers des extrêmes et que pour les combattre, il faut voter.

Photo : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Melania_and_Donald_Trump_%26_Angela_Merkel_-_2018.jpg

 

Elections présidentielles aux Etats-Unis : comment ça se passe ?

CaptureVoteLe mardi 3 novembre vont se dérouler les élections présidentielles américaines. Comment s’organisent les élections de la première puissance mondiale ? 

Comment se déroulent les élections de la première puissance mondiale ?  A la différence de la France où les citoyens élisent le président au suffrage universel direct, c’est à dire qu’on vote directement pour une personne ;  aux Etats Unis, on vote au suffrage universel indirect. Cela veut dire qu’on vote pour des grand électeurs,  ils peuvent être des militants, des personnalités, des bénévoles choisis par le parti ou des politiques à la retraite. Il y a au total 538 grands électeurs et pour avoir la majorité absolue, il faut avoir 270 grands électeurs de son parti élu.  Une fois qu’un grand électeur est élu, il vote soit pour le candidat démocrate, s’il est démocrate, soit pour le parti républicain s’il est républicain et cette opération se déroule dans tous les états. Prenons pour exemple l’état de la Californie : en 2016, Hilary Clinton, alors candidate démocrate, avait gagné cet Etat avec 63% des voix, ce qui veut dire que les voix pour Donald Trump n’ont pas été prises en compte, c’est « the winner takes all » qui en français  veut dire « le gagnant rafle tout ». Lorsqu’un parti arrive en tête dans un État, tous ses grands électeurs sont élus, indépendamment du nombre de voix.  Mais au final Donald Trump a gagné par 290 contre 228 grands électeurs. A savoir qu’un candidat peut obtenir davantage de suffrages à l’échelle du pays (popular vote), mais ne pas décrocher une majorité de grands électeurs au sein du collège électoral. Ces élections, qui sont totalement différentes des nôtres,  garantissent-elles la démocratie dans le pays de l’oncle Sam ?

Source illustration : https://pixabay.com/fr/illustrations/usa-vote-%C3%A9lection-politiques-1327119/

 

 

 

Hommage à Samuel Paty

IMG_2534_Ce vendredi 16 octobre, un professeur d’histoire-géographie a été assassiné.

Il a été assassiné parce qu’il faisait son métier de prof. Au nom de l’équipe HB news, j’adresse mes plus sincères condoléances à la famille de monsieur Paty et j’adresse mon soutien à tous les enseignants de France. Non à la barbarie, oui à la liberté d’expression.

Le cauchemar du roman « 1984 », peut-il devenir réel ?

19841984 est un célèbre livre de l’écrivain britannique  George Orwell. Il décrit dans son livre un terrifiant monde totalitaire où les libertés ont laissé place à la terreur et à une répression sans merci. 

En 1948, George Orwell, alors atteint de la tuberculose, décide d’inverser le 4 et le 8 de l’année en cours pour écrire un de ses plus célèbres livres : 1984. L’ouvrage est un roman d’anticipation, c’est à dire qui imagine le futur. 1984 décrit une société dystopique, c’est l’opposé de l’utopie, qui est une société dans laquelle tout va pour le mieux, où il n’y a aucun problème.  La définition de dystopie donnée par Google est « récit de fiction qui décrit un monde utopique sombre ». Retenez bien le principe de la dystopie, cela vous aidera à comprendre l’histoire.

George Orwell écrit son livre trois ans après la seconde guerre mondiale. Il aura donc vu les dérives totalitaires de son époque, que ce soit l’Allemagne nazie ou l’URSS de Staline. Ce sera surtout l’URSS, qui voulait exercer un contrôle total, sur sa population, sans opposition politique et un culte de la personnalité entièrement tourné vers Staline, qui l’influencera.

Maintenant passons très rapidement à l’intrigue du livre.  C’est l’histoire de Winston, il vit dans un  petit appartement, en Océania, à Londres, sous les  « télécrans », sorte de caméras de surveillance où s’affiche tout le temps le visage de « Big Brother », le chef de l’état.  Winston travaille au ministère de la Vérité. Mais Winston se rend compte que sa société ne tourne pas rond et il écrit alors ses idées dans son journal intime. Il commet alors le pire crime possible, la critique du parti, car il est interdit, en Océania, de penser contre le parti. Continuer la lecture de Le cauchemar du roman « 1984 », peut-il devenir réel ?

Pourquoi le covid-19 va bouleverser notre société ?

Capture planèteNotre monde fait face à une pandémie sans précédent. Cette crise ne sera sûrement pas sans conséquence sur le plan économique, social et politique. 

Depuis le début du confinement en Europe, l’économie est au plus mal. En France, le ministre de l’économie Bruno Le Maire, annonce une forte récession (pour faire simple « un ralentissement de la croissance économique »), la pire depuis 1945 et un PIB en chute de 6%. L’UE a organisé un plan massif de 500  milliards d’euro pour faire face à la pandémie mais aussi pour l’après crise qui sera tout aussi difficile.

Dans notre région, se pose aussi le problème du Luxembourg. Le Grand duché s’appuie sur des travailleurs frontaliers français. Le Premier ministre luxembourgeois, Xavier Bettel a d’ailleurs déclaré que sans eux, le système économique du pays risquait de s’effondrer. Or ces frontaliers français sont en majorité confinés, et le télétravail ne permet pas tout. Le contexte  nous oblige à se demander comment notre système économique actuel va-t-il résister à cette crise sans précédent.

Il n’y pas qu’au niveau économique que la pandémie va sans doute bouleverser notre société, il y a aussi au niveau politique et social. La France a traversé plusieurs crises sociales ces dernières années, que ce soit les gilets jaunes ou encore le mouvement de protestations contre la réforme des retraites. Le gouvernement, qui a déjà affronté deux crises majeures, doit désormais gérer une épidémie sur son territoire. Mais, on peut aussi remettre en cause le gouvernement sur le début de l’épidémie car selon les propos de l’ex-ministre de la santé Agnès Busyn repris dans Le Figaro, le premier ministre et le président n’ont pas entendu ses mises en garde sur la progression de l’épidémie.

Cela fait un an que les personnels soignant sont en grève à cause du manque de moyens, un an qu’ils se sentent ignorés. Les urgences ont été débordées, le nombre de lits en réanimation s’est très vite révélé insuffisant.

A la fin de cette crise, le gouvernement trouvera peut être un remède à cette situation intenable. Fallait-il des milliers de victimes pour changer ce modèle ?

 

Illustration : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Emblem-risk.svg?uselang=fr

 

Elections municipales, comment ça marche ?

Capture UrneLes élections municipales auront lieu les dimanches 15 et 22 mars 2020. Comment s’organisent et se déroulent ces élections ? 

Dimanches 15 et 22 mars, vous et vos parents seront appelés aux urnes de vos villages et villes respectives pour élire le maire et son conseil municipal.  Pour voter, c’est simple. Il suffit d’avoir 18 ans, d’être inscrit sur les listes électorales de sa commune et d’être de nationalité française ou d’un pays membre de l’Union européenne.  Vous avez reçu, dans votre boîte au lettre, une ou plusieurs listes de candidats.  Chaque liste se compose de différentes personnes et de la tête de liste. Vous allez voter pour choisir les membres du conseil municipal. Le nombre de membres municipaux à élire dépend de la population de la commune tout comme le mode de scrutin pour élire le maire. Le maire peut être élu dès le premier tour s’il obtient la majorité des voix (50% plus une voix). Le maire est élu à scrutin secret parmi les conseillers municipaux, au cours de la première réunion du conseil municipal. Dans la majorité des cas, c’est la tête de liste qui est élu maire. Voilà, vous êtes des pros des élections municipales et pour ceux qui le peuvent, aller voter dimanche.

Source : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Urne_vote_France.svg?uselang=fr

75ème anniversaire de la libération d’Auschwitz-Birkenau.

birkenau-auschwitz-concentration-camp-53442Ce lundi 27 Janvier,  il y 75 ans jour pour jour, l’armée soviétique de Staline libérait le camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau. 

Comment ? Comment qualifier les atrocités de l’holocauste (terme utilisé pour l’extermination des juif de manière industrielle pendant la seconde guerre mondiale) causées par la furie, la folie d’un homme qui a su embrigader tout un peuple ? Il y a désormais 75 ans  qui séparent la libération du camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau à aujourd’hui, mais la mémoire des rescapés reste intacte, comme figée dans le temps, le souvenir de la mort. Cependant, comment faire passer le devoir de mémoire alors que les rescapés des camps disparaissent les uns après les autres ? Qui pourra décrire l’horreur des camps et de cette période de l’histoire ? Nous, les jeunes, devons absolument rester vigilants et prêts à entretenir cette mémoire.

 

Source photo : https://www.publicdomainpictures.net/fr/view-image.php?image=150632&picture=auschwitz-camps-de-la-mort

 

 

USA vs Iran, guerre mondiale ou localisée ?

49355100061_a70c711478_wCes derniers  jours, une escalade de la tension a eu lieu entre les Etats Unis d’Amérique et la République Islamique d’Iran.  

Le mercredi 8 Janvier, Téhéran a « vengé » l’assassinat d’un de ses hommes forts, le général Soleimani tué par l’armée américaine, en tirant une vingtaine de missiles conventionnels sur les bases américaines situées à Bagdad en Irak sans faire de victimes.  Mais un avion ukrainien, ayant 176 personnes à bord, a été accidentellement la cible d’un des 20 missiles tirés par l’Iran. Aucun survivant : de quoi alimenter encore plus les tensions entre Téhéran et Washington.

Les prémices d’une guerre sont fortes et un conflit est envisageable entre les USA et ses alliés de l’OTAN  (Organisation du Traité de l’Atlantique Nord avec des pays principaux  comme la France, le Royaume Unis, l’Allemagne, les USA) contre l’Iran. La WW3 aura t-elle lieu? Sous quelle forme? Une guerre nucléaire? Donald Trump va-t-il déclarer la guerre sur Twitter ?

Photo : https://www.flickr.com/photos/acrider/49352469093/