Lundi 14 Septembre, un mouvement de colère de la part des filles en France a eu lieu. Après avoir été critiquées, voire sanctionnées sur leurs tenues souvent jugées « trop courtes » par leur chef d’établissement, les lycéennes et collégiennes de toute la France se sont réunies sur les réseaux sociaux, notamment autour du hashtag #Lundi14Septembre, pour lutter contre ces remarques sexistes.

Lundi 14 septembre, les collégiennes et lycéennes de France ont manifesté leur mécontentement suite aux remarques et sanctions qu’elles auraient reçues par rapport à leur tenues. Celles-ci sont jugées « trop courtes », « trop provocantes » ou encore qui « exciteraient » les garçons. Les jeunes filles, n’étant pas en accord avec ces remarques, qu’elles jugent sexistes, ont décidé via les réseaux sociaux, comme Twitter ou Instagram, de se réunir toutes en un même mouvement et de s’habiller de façon « provocante » c’est-à-dire de mettre des jupes, des crop-top, ou encore des robes…

Sarah, une lycéenne en classe de terminale, raconte « Pour moi, c’était vraiment une bonne journée, qui a permis à beaucoup de filles de s’habiller comme elles le voulaient et de s’assumer sans avoir peur du jugement des autres sous cette grande chaleur. ». En effet la chaleur, qui régnait durant les premières semaines après la rentrée, a accentué le fait que les élèves aient porté des tenues plus courtes et plus confortables, permettant de supporter la température extérieure. « Je conçois que nous sommes dans un établissement scolaire, mais je pense sincèrement qu’un crop top, une jupe ou un short ne devraient déranger personne surtout lorsqu’il fait chaud. », poursuit Sarah.

Le ministre de l’éducation, s’exprimant sur ce sujet, a dit dans une interview pour BFMTV « Il suffit de s’habiller normalement et tout ira bien ». On pourrait alors se demander ce que signifie « s’habiller normalement », mettre une robe ne serait donc pas une tenue jugée « normale » pour les jeunes filles ?

« La nudité est interdite, on en est toutes conscientes je pense, mais le ventre ou les demi-jambes ? Tant que l’on se sent bien dans notre peau, qu’on aime ce que l’on porte c’est le principal. On ne met pas de robes pour « exciter » les garçons ou attirer le regard, on en met parce qu’on en a envie » affirme Sarah.

Jean-Michel Blanquer a ajouté lors d’une nouvelle prise de parole sur RTL qu’il fallait venir « à l’école habillé d’une façon républicaine ». Une nouvelle phrase qui fait polémique. Une autre lycéenne répond :«Une tenue républicaine? Mais l’emblème de la République, Marianne, a les seins à moitié nus! ». Un paradoxe qui accentue l’incompréhension et l’agacement des manifestant(e)s.

Lucas élève de seconde déclare : « Je parle pour moi mais je pense que les hommes ne sont pas choqués par les tenues des filles. Peut-être certains ont des problèmes avec ça mais pour moi ce sont eux qu’il faut pénaliser. »

Sarah termine en évoquant cette journée « toutes les filles étaient habillées différemment, toutes plus belles les unes que les autres, sans pour autant être indécentes. Elles ne provoquaient personne. C’est l’attitude qui fait que l’on est provoquant et non les vêtements ».

Illustration : Eugène Delacroix-La liberté guidant le peuple.

Photo: Mathilde B.

« On ne met pas de robe pour « exciter » les garçons ou attirer le regard, on en met parce qu’on en a envie » !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *