19841984 est un célèbre livre de l’écrivain britannique  George Orwell. Il décrit dans son livre un terrifiant monde totalitaire où les libertés ont laissé place à la terreur et à une répression sans merci. 

En 1948, George Orwell, alors atteint de la tuberculose, décide d’inverser le 4 et le 8 de l’année en cours pour écrire un de ses plus célèbres livres : 1984. L’ouvrage est un roman d’anticipation, c’est à dire qui imagine le futur. 1984 décrit une société dystopique, c’est l’opposé de l’utopie, qui est une société dans laquelle tout va pour le mieux, où il n’y a aucun problème.  La définition de dystopie donnée par Google est « récit de fiction qui décrit un monde utopique sombre ». Retenez bien le principe de la dystopie, cela vous aidera à comprendre l’histoire.

George Orwell écrit son livre trois ans après la seconde guerre mondiale. Il aura donc vu les dérives totalitaires de son époque, que ce soit l’Allemagne nazie ou l’URSS de Staline. Ce sera surtout l’URSS, qui voulait exercer un contrôle total, sur sa population, sans opposition politique et un culte de la personnalité entièrement tourné vers Staline, qui l’influencera.

Maintenant passons très rapidement à l’intrigue du livre.  C’est l’histoire de Winston, il vit dans un  petit appartement, en Océania, à Londres, sous les  « télécrans », sorte de caméras de surveillance où s’affiche tout le temps le visage de « Big Brother », le chef de l’état.  Winston travaille au ministère de la Vérité. Mais Winston se rend compte que sa société ne tourne pas rond et il écrit alors ses idées dans son journal intime. Il commet alors le pire crime possible, la critique du parti, car il est interdit, en Océania, de penser contre le parti. Un peu plus tard dans le récit, Winston est, à sa grande surprise, approché  par Julia, qui l’aime en secret. Ils se cachent alors pour s’aimer à l’abri des télécrans. Ils décident alors tous les deux de rejoindre la Fraternité, le parti opposé à Big Brother mais ils sont arrêtés car piégés O’Brien, un fonctionnaire qui avait proposé de les aider.  Winston est torturé et il trahit Julia. Après plusieurs semaines de tortures et de lavages de cerveau, Winston adhére complètement au système de Big Brother. Peu de temps après, Winston se fait tuer.

Le livre est, du début à la fin, déprimant : Winston est seul, dans un appartement minable et constamment surveillé.  L’amour n’est pas possible et Winston trahit la seule femme qu’il ait jamais aimée bref l’histoire ne fait pas rêver. Il n’y a aucun espoir durant tout le roman, une cause perdue et une fin prévisible. Alors pourquoi avoir écrit ce livre  ? Quel est le message ?

Dans ce monde, tous les individus sont sous contrôle et se ressemblent, tout est uniformisé. On a à faire à un monde sans libertés.  Il y a aussi, en Océania, la novlangue, une langue créée afin de simplifier la pensée des citoyens et donc, par conséquent, de ne pas permettre la formation de l’esprit critique ni d’idées révolutionnaires. Le parti cherche à étouffer la pensée des citoyens.  Il y a aussi la falsification de l’histoire, c’est d’ailleurs le métier de Winston. Il efface et modifie l’histoire en fonction des lignes du parti, c’est la mutabilité de l’histoire, un monde sans mémoire. En créant cette société, Orwell veut nous faire passer un message, il faut se battre pour conserver la liberté, la capacité de penser, la mémoire et l’Histoire pour éviter la dictature des Big Brother. Soyons vigilants !

 

Illustration : https://www.flickr.com/photos/byzantiumbooks/36986561941

Le cauchemar du roman « 1984 », peut-il devenir réel ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *