dice-161377_1280

Cette année Parcoursup, nouvelle plateforme en ligne qui a pour objectif d’orienter les bacheliers vers des formations supérieures, a beaucoup fait parler d’elle. Amélie, une des élèves de terminale notamment touchée par les bugs de cette plateforme, a aimablement accepté de répondre à quelques questions.

Quel est ton ressenti par rapport à Parcoursup ? Déçue ?

Je ne suis pas vraiment déçue par Parcoursup dans la mesure où j’en attendais rien. Il s’agit d’un système informatique, donc forcément il est imparfait et faillible.

Que lui reproches-tu ?

On peut faire plusieurs reproches à Parcoursup. Déjà, on prétend qu’il ne prend pas en compte le lycée ou la ville d’origine dans ses critères. Or, comment expliquer que des élèves de province avec une moyenne supérieure à 18 en Terminale se retrouvent d’office refusés par les formations sélectives parisiennes ? Sans explication, bien sûr. L’égalité des chances est une utopie. Ensuite, on nous conseille de nous appliquer à faire une lettre de motivation dans laquelle on doit se vendre le mieux possible… lettre qui est limitée à environ une dizaine de lignes, formules de politesse comprises. En plus, on sait que les formations ayant le plus de demandes ne prennent pas le temps de les lire.

Aurais-tu des idées d’amélioration ?

Je pense que la plateforme peut toujours être améliorée. Par exemple, même si Parcoursup donne des informations éloquentes pour connaître notre rang dans la liste d’attente, celui du dernier appelé l’année dernière ou encore le nombre de places par formation, il manque tout de même un élément de taille : le nombre de voeux validés. Rien de plus stressant que de se savoir sur liste d’attente mais de ne pas savoir jusque quand elle va durer et combien de personnes ont accepté la proposition. A titre d’exemple, j’ai toujours un voeu en attente, il y a seulement 15 places et j’ignore si je vais être prise un jour. Lorsque les 15 candidats auront répondu affirmativement, je ne suis même pas certaine d’être prévenue. C’est le rôle des écoles d’arrêter le processus, or je suis convaincue qu’elles se fichent du stress des futurs étudiants. Un petit conseil : quand une formation ne vous intéresse pas plus que ça, libérez les places pour les autres, car c’est le seul moyen de satisfaire tout le monde.

Et Parcoursup ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *