Laurent Trogrlic : « Etre maire c’est avoir le sentiment de servir à quelque chose ».

En 2001, Laurent Trogrlic a vu son souhait se réaliser en devenant maire de Pompey. 18 ans plus tard, il a accepté le temps d’une interview de nous dévoiler cette part importante de sa vie.

Pourquoi avoir décidé de devenir maire de Pompey ?

Pour s’intéresser au quotidien de la ville, et aussi parce que j’ai été habitué dans mon milieu familial à ce qu’on s’investisse dans le développement ou dans des associations. Dans le cadre de la commune, les habitants ont souhaité que cela soit moi qui soit leur représentant officiel et donc qui assure les fonctions de maire.

Etes-vous particulièrement attaché à cette ville ? 

Mathilde et moi-même avec le maire de Pompey.
Mathilde et moi-même avec le maire de Pompey.

Bien entendu parce que si on ne l’était pas on ne deviendrait pas maire d’une ville. Quand on devient maire c’est parce qu’on y a un attachement particulier : familial ou personnel et surtout parce qu’on a envie de participer à l’avenir  de cette ville. On a tendance à utiliser le terme « ma ville » parce qu’il y a cette volonté de la représenter, de la défendre et de la pousser vers l’avant.

Pourquoi ?

Parce que c’est naturel, on s’intéresse aux autres, on a envie que les choses soient au mieux pour chacun, on essaie de voir ce qui se fait ailleurs. On imagine et on échange pour savoir ce dont les gens ont besoin au quotidien pour améliorer leur bien-être et leur bien-vivre. On essaie de porter des projets, c’est toujours intéressant de construire pour les autres et de pouvoir être celui qui anime toute une équipe et qui a la volonté de porter des animations, des moments de rencontres, des projets pour la ville et pour ceux qui y habitent.

Continuer la lecture de « Laurent Trogrlic : « Etre maire c’est avoir le sentiment de servir à quelque chose ». »

Quand la technologie se met au service de la lecture…

A l’occasion du Salon du Livre à Paris, le premier fournisseur mondial de livre audio, Audible, a communiqué des chiffres éloquents : 16% des français auraient écouté un livre audio en 2018 contre 8% en 2017, soit une croissance de +38% en un an (étude réalisée par Opinéa). Comment expliquer ce succès fulgurant ?

Ebook, audiobook ou roman papier ?

Chacun a ses avantages et ses inconvénients :

  • L’ebook : Si, au départ, s’acheter une liseuse est un investissement (comptez entre 60 et 200 euros), vous allez vite réaliser qu’elle va être rentabilisée, à condition de lire fréquemment. Il y a de plus en plus de livres numériques en vente sur les sites de nos librairies (Fnac, France Loisirs, Amazon) et on peut souvent en profiter pour moins d’une dizaine d’euros, voire gratuitement. La liseuse a un avantage de taille, puisqu’elle se transporte facilement et permet de stocker bien plus de romans que notre bibliothèque personnelle. De plus, sur certains appareils, il existe une fonction permettant d’illuminer l’écran pour lire dans l’obscurité, un marque-page pour sauvegarder un extrait ou encore un zoom pour agrandir les caractères. Par ailleurs, comme il s’agit d’un objet électronique, il y a aussi des risques non négligeables : un bug ou une tablette nous échappant des mains sont vite survenus. En outre, je pense que la liseuse pousse à l’accumulation de biens et à la surconsommation. A titre d’exemple, je possède un bon millier de romans attractifs, mais je n’ai pas assez d’une vie pour tous les lire. Choisir d’investir dans un roman papier plus coûteux garantit davantage sa lecture.
  • L’audiobook : Vous voulez faire plusieurs activités en même temps ou rentabiliser votre temps de lecture ? C’est désormais possible en achetant ou téléchargeant des pistes audio. Opportunité pour les malvoyants, cette initiative séduit beaucoup notre société accro au téléphone portable et à ses écouteurs. Néanmoins, plusieurs problèmes subsistent : bien que ce marché soit en expansion, le nombre de livres audio est encore relativement faible. De plus, pour les écouter, il faut s’armer de patience (certains romans peuvent facilement excéder les 10h d’écoute) et accrocher directement à la voix qui nous narre ces histoires. Cette personne doit articuler, respecter la ponctuation, marquer des temps de pause pour ménager le suspense, réussir à nous communiquer diverses émotions à travers les paroles des protagonistes et nous convaincre. En somme, un véritable travail d’interprétation.

Continuer la lecture de « Quand la technologie se met au service de la lecture… »

Portes ouvertes à HB

Cette année, le lycée Hélène Boucher ouvrira ses portes au public le samedi 23 mars de 8h30 à 13h.

Au CDI du lycée ( situé au deuxième étage), vous pourrez trouver une présentation de l’atelier journal et rencontrer quelques membres de l’équipe du HB News qui seront là pour répondre à vos questions.

Venez nombreux découvrir les coulisses du HB News !

Doxx, du « Blues » à la réussite

Dorian Morato, alias Doxx, les débuts d’un rappeur thionvillois.

Doxx en concert à Terville

D’abord dirigé vers un bac professionnel de cuisine, Doxx rejoint rapidement le domaine de la musique, en écrivant et composant ses raps.

C’est en septembre 2017 qu’il poste, sur YouTube, son premier single intitulé « Blues ». Ses premiers clips sont réalisés sous forme de dessins animés.

Il se fait connaître grâce aux réseaux sociaux mais aussi en faisant de nombreuses premières parties.

Puis, en 2018, il sort son premier EP: « Point de ruptures ». Cette même année, Doxx présente ses œuvres plus généralement en France en les diffusant sur plusieurs plateformes comme Spotify ou Deezer. Il sort également son deuxième EP : « Sun7 ».

Il plaît de plus en plus au public avec son rap souvent qualifié comme doux. Ses musiques légères parlent souvent d’amour, ce qui n’empêche pas de retrouver plusieurs émotions dans ses textes. On peut écouter « Rosé », une chanson enjouée aux airs estivaux, comme on peut écouter « Tristesse » qui elle est plus calme, morose. Une lycéenne nous confie : « Doxx gère en quelque sorte mes humeurs, ses chansons correspondent à tout pour moi. »

Son dernier single, « Vide » sorti en février 2019 ainsi que ses différents projets et annonces montrent clairement qu’il a sa place dans le milieu et nous promet encore beaucoup de réussite.

A écouter sur : https://www.youtube.com/channel/UC0RKcuyouTHWSL-bhHm5jhw

Photo: BastienM

Un nouveau proviseur adjoint : M. Ndiaye

Le nouveau proviseur adjoint, M. Ndiaye , remplaçant M. Clément, a aimablement accepté de répondre à quelques unes de mes questions :

20190208_111611Quel est votre parcours professionnel ? 

J’ai fait des études de philosophie pour ensuite passer le concours externe de CPE. J’ai été Conseiller Principal d’Education dans 4 académies différentes, et CPE au Prytanée national militaire.

En quoi consiste votre métier ? 
Mon poste de chef d’établissement est une collaboration avec Mme Demmer,  proviseure. Il consiste à l’organisation des activités pédagogiques (bac blanc, devoirs communs, examens de fin d’année…). Je travaille en collaboration avec tous les personnels (enseignants, CPE,…), mais aussi avec les élèves et les familles.

Qu’est ce qui vous plaît dans votre métier ? 

Je débute dans le métier mais Continuer la lecture de « Un nouveau proviseur adjoint : M. Ndiaye »

Greta Thunberg : Portrait d’une jeune qui fait bouger les choses

Dans un monde où le réchauffement climatique s’accélère, Greta Thunberg, jeune suédoise atteinte du syndrome d’Asperger, décide d’agir pour le climat. 330px-Greta_Thunberg,_2018_(cropped)

Greta Thunberg est née le 3 janvier 2003 en Suède d’une mère chanteuse d’opéra et d’un père acteur.  Alors que son pays a fait face à de très grandes chaleurs et à des incendies sans précédents en août 2018, Greta a décidé de militer pour le climat. Son action : rester assise devant le parlement suédois avec une pancarte « Skolstrejk för klimatet » (en français « grève scolaire pour le climat ») jusqu’à ce que le gouvernement décide de s’engager à réduire ses émissions de CO2 comme prévu par l’accord de Paris sur le climat. Elle devient une grande source d’inspiration pour des adolescents du monde entier qui découvrent ses actions par les réseaux sociaux. S’en suivent des manifestations lycéennes en Allemagne, Australie, Suisse ou même Belgique au mois de décembre dernier. C’est d’ailleurs à cette période que le nombre d’étudiants ayant participé à une de ces actions s’élevait à 20000. Elle s’est rendue à la COP24 organisée en décembre 2018 par les Nations Unies à Katowice en Pologne où elle a fait un discours devant les dirigeants du monde entier. Elle dénonce leur inaction face à la crise climatique mondiale et affirme que « le vrai pouvoir appartient au peuple » (« The real power belongs to the people ») et donc par extension à ceux qui protestent pour le climat. Elle continue de défendre cette cause au Forum Economique Mondial de Davos en Suisse en janvier 2019 et devant le chef de la Commission Européenne, le luxembourgeois Jean-Claude Juncker, le 21 février 2019 où elle a rejoint, à la fin330px-Follow_Greta!_Strike_for_climate,_placard,_2018_(cropped) de son discours, la protestation en cours dans les rues de Bruxelles.

 

Le 22 février dernier, elle s’est rendue à Paris où elle a manifesté avec un millier de lycéens et a parlé à Emmanuel Macron, président français, et c’est désormais sur la grève scolaire mondiale du 15 mars voulue par la jeune militante suédoise que tous les yeux se tournent.

« Escape Game » : un film qui nous fait nous creuser les méninges !

Connu pour ces films d’horreur comme Insidious : la dernière clé ou Paranormal Activity 5, Adam Robitel revient avec un thriller psychologique qui nous tient en haleine pendant près de 100 minutes !

Connaissez-vous le principe de l’Escape Game ?

Six personnes participent à un jeu qui va vite tourner au cauchemar. Deux issues possibles : trouver les indices ou mourir. Seule leur intelligence leur permettra de survivre. 53063706_993896814153059_6489561774549893120_n

Ce film nous embarque dans une immersion au cœur d’un Escape Game plus vrai que nature. Six protagonistes radicalement différents. Six pièces. Une multitude d’indices. Des choix cruciaux. La volonté de survivre… Tels sont les ingrédients de ce thriller prenant, où chaque énigme s’avère être un véritable casse-tête !

Je suis le type de spectatrice qui s’investit à fond dans les œuvres cinématographiques. Donc, pendant la totalité du film, je notais mentalement les indices et essayais de comprendre les mécanismes de l’intrigue, avec une question obsédante : Pourquoi eux ? Qu’ont-ils en commun ? Car, si j’ai bien appris une chose, c’est qu’on fait rarement un film de ce genre sans un motif, une morale derrière.

Continuer la lecture de « « Escape Game » : un film qui nous fait nous creuser les méninges ! »