Coup de coeur absolu pour « Psycho Pass »  ! Plus qu’un simple animé divertissant, il interroge la notion de justice dans une société divisée selon un schéma binaire, reposant sur le Bien et le Mal.

Psycho Pass est un animé dystopique appartenant au genre de la science-fiction ainsi qu’au thriller psychologique, produit par le studio japonais Production I.G (notamment connu pour L‘Attaque des Titans et Kuroko’s Basket) et écrit par Gen Urobuchi.

vlcsnap-2019-01-12-09h51m17s383

Dans une société futuriste, le système « Sybil » a été mis en place pour établir un monde idéal. En effet, celui-ci a la capacité de mesurer le coefficient de criminalité des individus, appelé « Psycho Pass », pour déterminer s’ils sont susceptibles de devenir des meurtriers en puissance. Ainsi, l’animé se focalise sur l’inspectrice Akane Tsunemori, travaillant au Bureau de la Sécurité Publique, et sur ses Exécuteurs, des criminels latents qui ont choisi d’enquêter au lieu de passer leur vie en isolement. Munis de leurs armes polymorphes nommées « Dominateurs », ils ont pour rôle d’éliminer les individus les plus dangereux, selon des critères définis par le système judiciaire. Néanmoins, Akane va rapidement se rendre compte que « Sybil » n’est pas parfait,puisque certains tueurs rarissimes échappent à ce contrôle. C’est le cas notamment de Shogo Makishima, un criminel asymptomatique doté d’une culture impressionnante (il cite Platon, Nietzsche, Georges Orwell…), qui excelle dans la manipulation et commet des méfaits sans pour autant être sanctionné.

« Sybil » est avant tout un système totalitaire, qui répond à un besoin de protection, de paix et de bonheur illusoires. En imposant ses choix, elle nie la moralité et la réflexion personnelle, définissant le Bien et le Mal, au profit de la servitude aveugle. Ainsi, nulle confiance est accordée au jugement humain, si bien qu’on juge un présupposé tueur sur les bases de la volonté, c’est-à-dire avant même qu’il ne soit passé à l’acte.

Akane et Shogo incarnent parfaitement les deux opposés de cette société : alors que l’inspectrice croit aveuglément en la justice imposée par « Sybil », Shogo, quant à lui, est un humaniste qui affirmera que « le seul moment où les gens ont vraiment de la valeur est quand ils agissent de leur propre volonté ». Ainsi, cette opposition donne lieu à une scène qui mérite d’être analysée :

Alors que son amie est sur le point d’être assassinée de sang froid par Shogo, Akane doit faire un choix cornélien : Tuer le criminel, en allant à l’encontre du système et en affirmant son instinct éthique ainsi que sa responsabilité, ou l’épargner et, de ce fait, agir en tant que produit conditionné et asservi à « Sybil ». Son destin est d’ailleurs symbolisé par les deux armes qu’elle tient avec, d’un côté, le « Dominateur » bloqué qui ne reconnaît pas l’antagoniste comme un méchant, et, de l’autre, un fusil qui représente son libre-arbitre.

D’après vous, quelle sera sa décision ? Pour en savoir plus, je vous invite à vous immerger dans ce monde atypique !

Photo : AmelieB

« Psycho Pass » : la justice au coeur d’un débat philosophique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *