Pauline (élève de terminale L au lycée Charlemagne), Emma (élève de terminale S au lycée Hélène Boucher) et France (ancienne élève de notre lycée) ont accepté de partager leur expérience sur le BAFA. 

ufcvQu’est-ce que le BAFA ?

Pauline, élève de terminale L, lycée CharlemagneLe BAFA, c’est le brevet d’aptitudes aux fonctions d’animateur. Ça sert à apprendre à animer des groupes d’enfants selon plusieurs tranches d’âge pour les accompagner lors de leurs vacances (ou dans le cas du périscolaire), faire des jeux ensemble, leur transmettre des choses…

France, ancienne élève (lycée Hélène Boucher) : Le BAFA,  « Brevet d’Aptitude aux Fonctions d’Animateurs » est une formation ouverte à toute personne de 17 ans ou plus. C’est également un diplôme non professionnel du Ministère de la Jeunesse, Sports, Vie Associative et Éducation populaire.

Pour quelles raisons as-tu fait cette formation ?

Pauline, élève de terminale L, lycée Charlemagne : Le métier d’enseignant m’intéresse donc ça m’a permis d’avoir déjà un contact avec les enfants.

France, ancienne élève (lycée Hélène Boucher) : J’ai réalisé cette formation parce qu’il m’était essentiel d’avoir en poche une expérience professionnelle avec les enfants, sans doute en rapport avec un projet futur vers l’enseignement ? Bien que je sois encore indécise, je voulais découvrir ce métier d’animateur afin de me découvrir davantage, de transmettre, de partager et surtout d’apprendre et d’obtenir un certain plaisir avec les enfants et les autres animateurs !

Emma, élève de terminale S, lycée Hélène Boucher Pour pouvoir travailler et pour avoir un aperçu du travail entouré d’enfants.

En quoi consiste le premier stage ? Combien de temps dure-t’il ?

France, ancienne élève (lycée Hélène Boucher) :  Le premier stage est théorique, il dure 8 jours et prépare tout simplement aux fonctions d’animateurs. Celle-ci nous permet en effet d’acquérir non seulement des pratiques mais également des connaissances nécessaires voire indispensables à l’animation.

Pauline, élève de terminale L, lycée Charlemagne : On est encadré par des animateurs titulaires qui nous forment en nous laissant de temps à autre des moments seul(e) où on organise des ateliers pour se mettre dans le bain.

Emma, élève de terminale S, lycée Hélène Boucher On confectionne des grands jeux qu’on fait ensuite tester à une autre partie du groupe. C’est enrichissant, on voit nos erreurs et ce qui peut être amélioré.

4. Comment se déroule le stage pratique ? Combien de temps dure t’il ?

Pauline, élève de terminale L, lycée Charlemagne : Le stage pratique sert à mettre en pratique la théorie que l’on a vue lors du BAFA 1 et avoir un premier contact avec les enfants. C’est aussi la transition avec le BAFA 3.

France, ancienne élève (lycée Hélène Boucher) : Ce stage doit durer au minimum 14 jours, effectué dans un ACM puis déclaré auprès de la DDCS. Je l’ai réalisé en deux fois, donc il est possible de le faire et doit se réaliser au plus tard 18 mois après la date d’entrée dans cette formation.

Emma, élève de terminale S, lycée Hélène Boucher Il se déroule sur le terrain avec des enfants.

5. En quoi consiste le dernier stage ? Combien de temps dure t’il ?

France, ancienne élève (lycée Hélène Boucher) :  C’est un  stage d’approfondissement qui permet d’obtenir le bilan de notre formation et également de choisir une thématique précise afin de réaliser diverses activités en rapport avec cette thématique.

Emma, élève de terminale S, lycée Hélène Boucher  Cet approfondissement ou  qualification dure entre 6 à 8 jours.

6. Quels sont les avantages et inconvénients du métier d’animateur et de cette formation selon toi ?

Pauline, élève de terminale L, lycée Charlemagne :  Les avantages de ce métier est le partage avec les enfants, l’esprit d’équipe avec les autres animateurs. Ça permet aussi de se responsabiliser et d’être débrouillard. Néanmoins, le temps de préparation peut parfois être trop peu suffisant notamment pour les grands jeux. Les règles de sécurité restent très importantes, les allergies sont à prendre en compte…

France, ancienne élève (lycée Hélène Boucher) : Créer des liens, voir les sourires sur les visages lorsque les enfants s’épanouissent grâce à notre activité du jour, c’est un bel avantage ! Il est également favorable pour les animateurs de toucher à divers domaines. Les inconvénients pourraient être les journées conséquentes, et apprendre à s’adapter rapidement avec les enfants et les animateurs. En ce qui concerne la formation, je pense que les inconvénients sont la longueur de celle-ci surtout lorsqu’on est en études, néanmoins c’est gratifiant de se savoir responsable. Je pense qu’il y a malgré tout un important sentiment de découverte, d’épanouissement, d’apprentissage, de transmission et surtout de plaisir !

Emma, élève de terminale S, lycée Hélène Boucher On ne fait jamais la même chose, c’est très enrichissant. Mais parfois, le rythme est très dur surtout en colonie.

7. A qui conseillerais-tu de passer le BAFA ? Et quels conseils donnerais-tu pour mieux le réussir ?

Pauline, élève de terminale L, lycée Charlemagne : Je le conseillerais à mes amis. Je dirais qu’il faut être vigilant à toutes les réglementations et puis vraiment jouer un rôle lors des grands jeux, ne pas avoir peur d’être dans la peau d’un personnage, puis développer son autorité sans trop hurler !

France, ancienne élève (lycée Hélène Boucher) : Je conseille cette formation à ceux qui sont à la fois motivés et réservés car c’est un réel moyen de s’affirmer davantage ! Évidemment pour ceux qui aiment beaucoup travailler et partager avec les enfants ! Elle peut aussi servir à préparer d’autres projets. Les éléments pour réussir sont, je pense, la motivation, la passion, l’ambition, l’affirmation de soi, la patience et surtout une importante communication. Il faut être à l’écoute des autres.

Emma, élève de terminale S, lycée Hélène Boucher Pour mieux réussir, je pense qu’il faut tenter des choses, savoir lâcher prise sur certaines choses et être capable de se retourner sur sa propre enfance.
8. Est-ce que cette formation t’a plu et te sert ? Est-ce que tu regrettes d’avoir fait cette formation ? Pourquoi ?

Pauline, élève de terminale L, lycée Charlemagne : Ça m’a plu ! Je ne regrette pas car ça pourra m’aider pour mon projet professionnel ou bien même en temps que job d’été.

France, ancienne élève (lycée Hélène Boucher) : J’ai beaucoup aimé réaliser cette formation, celle-ci m’a été bénéfique et j’ai fait des rencontres formidables. Je ne regrette en rien d’avoir pu faire cette formation car cela m’a permis de me découvrir davantage et d’apprendre. La transmission entre animateurs et enfants est une ouverture merveilleuse et c’est pour ces raisons que je conseille véritablement aux jeunes motivés de se consacrer à cette formation qui apporte une ouverture d’esprit et beaucoup de plaisir. Je n’utilise pas pour l’instant mon diplôme parce que je me consacre à la PREPA Lettres, mais j’espère, après ce parcours, pouvoir pendant les vacances, retrouver l’animation.

Emma, élève de terminale S, lycée Hélène Boucher : Cette formation pour l’instant m’a plu, il ne me reste que la dernière partie. J’ai hâte. Elle me sert vu que j’ai un peu travaillé notamment avec le stage pratique. Je ne regrette pas du tout.

Vous êtes intéressés par les enfants et avez envie d’avoir déjà un diplôme en poche ? Passez le BAFA !

Photo : Marie R.

 

Un diplôme disponible pour les jeunes ? Le BAFA !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *