Les inscriptions au baccalauréat approchent à grand pas pour les terminales, il est donc temps de choisir une ou des options, dites « épreuves facultatives » pour gagner des points à l’examen ! Mais… quelles options passer en autonomie ? En quoi consistent-t-elles ? Après une entrevue avec la conseillère d’orientation et un appel au rectorat de toute urgence, le choix que je devrais faire me paraît moins sombre, mais pas tant que ça… Des élèves de ma classe de terminale L souffrant de ce même manque d’informations pour leur avenir ont décidé témoigner. 

epreuve facultative

« Non, nous ne sommes pas du tout informés. », déclare Amélie. Un problème qui n’est pas perçu de la même façon par ceux qui passent une option suivie en cours, comme Capucine : « Je compte passer l’option LV3 au bac. La professeure en question, nous a donné toutes les informations nécessaires sur les coefficients, la préparation et l’épreuve orale pour cette option. ». Shirla, désireuse de prendre une épreuve facultative en autonomie, a trouvé, avec difficulté, d’autres alternatives pour s’informer : « Je n’ai pas eu trop le choix, j’ai dû chercher par moi-même sur internet parce que sur le papier qu’on a reçu on n’avait pas les détails des options. Par exemple, l’albanais ça rentrait dans « langue vivante (étrangère ou régionale) ». Je vais donc prendre l’épreuve écrite en albanais ! ». Camille, angoissée par ce manque d’informations ne sait pas si elle prendra une épreuve facultative ou non pour gagner des points pour le baccalauréat : « Je ne me sens pas vraiment informée, je pense que tout le monde stresse car nous attendons plus d’infos. Du coup, je ne sais pas vraiment si je vais prendre une. J’ai cherché des infos auprès d’autres élèves mais leurs réponses ne coïncident pas les unes avec les autres… ». Shirla, aurait aimé être accompagnée dans son choix : « Nous ne sommes vraiment pas informés, je pense que ça aurait été mieux de nous faire prendre rendez-vous avec les COP par exemple ».

« On doit chercher par nous-mêmes. », confirme Amélie. Chose qui n’étonne en rien Capucine : « Vu que c’est purement de l’investissement personnel et un truc à préparer en autonomie pour pas mal d’options, ça ne me choque pas tant que ça. ».

Ce manque d’aide pour nous orienter serait donc très problématique pour la plupart des élèves de terminale, qui, au même titre que ceux qui suivent l’enseignement de leur option en cours, souhaiteraient plus d’informations pour être, à part égale, avantagés pour l’examen.

Photo : Marie R.

Les épreuves facultatives au baccalauréat : un grand point d’interrogation pour les terminales

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *