Les femmes comme les hommes souffrent d’inégalités dans notre société. Entre discrimination, remarques, points de vue déplacés, exigences faites par la société, différence salariale et taxe rose (taxe supplémentaire pour les produits féminins)… les lycéens de Thionville ont accepté de nous donner leurs témoignages. 

homme femmePense-tu être victime d’inégalités hommes/femmes ? Pourquoi ?

Lycéen anonyme : Je ne pense pas que le sexisme anti-homme existe. On ne peut pas oppresser l’oppresseur.

Lycéenne anonyme : Le seul truc qui me dérange vraiment c’est qu’on parle des femmes comme des objets quand on parle de rapports sexuels, genre : « Tu te l’ai faite ? ». Et quand t’as plusieurs aventures : on te traite de pute… Puis, le salaire… ce n’est pas normal qu’on soit payé différemment. Et puis, n’importe quelle femme devrait porter ce qu’elle veut. Les garçons sont plus puissants physiquement et c’est injuste que certains en abusent…

Pierluigi, TL1 : Je dirais que ces injustices de sexe s’appliquent à tout le monde car ce sont des préjugés qui touchent le sexe en lui-même. Par exemple, la femme «doit» être belle et l’homme «doit» être fort et viril… donc même si ça se répercute plus sur certaines personnes, on en souffre tous quelque part.

Pauline, 1ES : Je ne pense pas être victime à l’heure actuelle d’inégalités entre les deux sexes mais j’ai un peu « peur » pour mon avenir car on voit bien que dans certaines branches les hommes sont encore majoritaires par rapport à nous.

Lycéenne anonyme : Je pense que nous sommes tous victimes du sexisme, qu’il ne profite même pas aux hommes. Mon corps est plus sexualisé que celui d’un homme, je suis perçue différemment d’un homme: peut-être plus empathique et raisonnable, mais aussi moins fiable, moins forte, moins intelligente, puissante, ambitieuse. Nous sommes tous, femmes et hommes, prisonniers de ces codes, même si les femmes en souffrent bien plus.

Quentin, élève du lycée Jean-Baptiste Colbert : Je pense que les hommes en général sont victimes d’inégalités puisque lorsque il y a divorce et que les parents ne se mettent pas d’accord pour la garde de l’enfant, la garde revient souvent à la mère. De plus, un couple homosexuel masculin est beaucoup plus montré du doigt qu’un couple lesbien. On demande souvent à l’homme d’avoir des abdos, de porter ses « couilles », donc de ne pas pleurer en public sous peine d’être montré du doigt, et également de s’intégrer à un groupe pour ne pas se faire insulter de «PD» lorsqu’il traîne avec un seul garçon. Je trouve aussi injuste le barème en sport qui est différent pour une fille et pour un garçon puisqu’une fille qui peut être plus endurante qu’un garçon sera tout de même avantagée. Je pense qu’il devrait y avoir des sanctions autant pour les filles que pour les garçons, car un garçon qui regarde une fille avec insistance se tape une amende alors qu’à l’inverse non. Le congé parental est aussi une injustice pour l’homme, puisqu’il ne peut pas rester beaucoup avec son enfant pendant cette période. Certaines musiques sont « attribuées » aux garçons, tandis que les filles pourront tout écouter. On voit rarement un homme écouter des chansons d’amour. Je pense qu’il est aussi important de parler de l’attouchement qui n’est pas aussi mal vu lorsque c’est un homme qui le subit. On parle également rarement des violences ou même des viols faits aux hommes. On parle aussi rarement de la différence salariale qui avantage les femmes comme par exemple dans le domaine du mannequinat.

Quelle est la plus grande injustice que tu as vécu par rapport à ton sexe ? 

Lycéen anonyme : Pour moi, l’une des inégalités qu’on pourrait citer est le fait qu’un père ait davantage de difficultés pour obtenir la garde de ses enfants… mais je pense que c’est plutôt relié au fait qu’on suppose que la mère est plus digne de ce rôle, et ça renvoie à un système assez misogyne qui dit « La femme s’occupe des enfants et de la maison ». C’est bien sûr triste pour les pères, mais ce n’est pas une injustice dirigée vers les hommes… La magistrature est un milieu très masculin, et je vois mal des hommes pratiquer une forme de misandrie.

Pierluigi, TL1 : On me discrimine souvent parce que j’ai une grosse poitrine alors que je suis un garçon et je trouve cela aussi choquant qu’injuste… c’est discriminant pour la femme à cause du préjugé de la «grosse poitrine» mais aussi pour l’homme qui n’aurait pas le droit d’en «avoir une».

Pauline, 1ES : Je n’ai jamais eu réellement d’injustice par rapport à ça mais je me souviens une fois quand j’étais en colo, ils avaient du mal à me laisser faire du canyoning parce que j’étais une fille et ils trouvaient ça plus risqué.

Lycéenne anonyme : Je me suis faite agresser sexuellement plusieurs fois au cours de ma vie…

Quentin, élève au lycée Jean-Baptiste Colbert : Avant le sport, des filles peuvent passer devant notre vestiaire sans problème et regarder, alors que l’inverse ferait scandale.

As-tu été témoin d’un événement discriminant pour ton sexe ? Lequel ?

Lycéenne anonyme : J’ai déjà été témoin d’harcèlement de rue mais ce qui m’a le plus marqué a été le jour où j’ai parlé de mon agression sexuelle à mes amies. Chacune d’entre elle avait au moins une histoire à raconter en matière d’agression sexuelle: que ce soit un inconnu, un ami, un proche de la famille, la famille elle-même. Je me suis sentie moins seule mais aussi horrifiée de découvrir que c’était quelque chose de si commun. En en parlant aux femmes de mon entourage, j’ai découvert que chacune d’entre elle avait quelque chose à raconter.

Quentin, élève au lycée Jean-Baptiste Colbert : Un membre de mon entourage est victime d’inégalités dans son travail, puisqu’il est infirmier et que c’est écrit «infirmière» sur sa blouse.

Il y a-t-il une injustice par rapport à ton sexe qui te choque vraiment ? Laquelle et pourquoi ?

Lycéenne anonyme : J’en ai déjà longuement parlé, mais les agressions sexuelles, surtout dans le climat actuel de Me Too et de l’affaire Kavanaugh, est un phénomène si commun mais qu’on tait. L’ignorance des hommes sur le sujet est aussi folle : je ne pense pas que la plupart aient conscience de l’ampleur du phénomène. Les choses changent, peu à peu. J’aimerais avoir des enfants, et si j’ai une fille j’aimerais qu’elle grandisse dans un monde où personne ne vole son droit à disposer de son corps comme elle l’entend.

Quentin, élève au lycée Jean-Baptiste Colbert : Ce qui me choque vraiment est que l’homme ne peut pas avoir des attitudes dites «féminines», il se fera insulter de «tapette». Une femme, non.

Les inégalités hommes/femmes révoltent et touchent déjà nos lycéens… Leurs témoignages sauront apporter un petit élan pour ouvrir les yeux de notre société discriminante et nous aider tous et toutes à lutter contre ces différences !

Photo : https://pixabay.com/fr/femmes-hommes-symbole-union-3373116/

 

 

 

Inégalités hommes / femmes : des adolescents en quête d’égalité des sexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *