Retour dans les années 80 à Hélène Boucher

fullsizeoutput_122f

Estelle, 47 ans, médecin,  nous raconte sa scolarité à Hélène Boucher dans les années 80.

  • Vous êtes restée dans cet établissement du collège au lycée comment se sont passées ces longues années ?

Très bien. Il n’y jamais eu aucun soucis, l’ambiance était sympa, il y avait un bon encadrement mais l’arrivée en sixième a été difficile car je ne connaissais personne et au fil du temps les amitiés se créent et les repères se trouvent.

  • Le changement entre la primaire et le collège était-il difficile ?

Un peu oui, car en quelque sorte, je devais changer toutes mes habitudes. De plus, j’étais totalement seule car tous mes amis étaient partis dans d’autres établissements, il a été difficile de trouver mes classes et les plus grands étaient assez imposants et ils me faisaient un peu peur… Le rythme de travail changeait également mais il a fallu s’habituer rapidement.

  • Vous étiez demi-pensionnaire, comment trouviez vous la cantine ?

Je ne garde pas de souvenirs mémorables des repas car comme dans toute restauration collective, il y a des jours « avec » et des jours « sans ». Cependant, il y avait une bonne ambiance, tout le monde rigolait bien. Ce qui est également étonnant, c’est qu’à notre époque, ce n’était pas un self, nous étions servis à table mais j’aimais bien je me rappelle que les gens allaient chercher, très souvent, du « rab ».

  • Saviez vous déjà ce que vous vouliez faire à l’époque ?  Aviez vous des matières de « prédilection »et d’autres que vous n’aimiez pas  ?

Oui, j’ai toujours voulu faire médecin, bien que j’ai eu des moments de doute sur mes capacités à atteindre mon but. Forcément, mes matières de prédilection étaient les maths, la chimie mais pas trop la physique et les sciences naturelles. Je n’aimais pas du tout l’orthographe et la philosophie car je n’y arrivais pas et je ne comprenais pas comment on pouvait débattre sur de tels sujets.

  • Quels ont été les progrès dans cette école depuis votre époque ? Pensez vous qu’ils ont été bénéfiques ?

Nous avions plus de libertés pour l’entrée et la sortie et nous pouvions sortir quand on le désirait et par toutes les portes ! Cependant je pense qu’à votre époque, il y a plus de surveillance du fait de vigipirate et il est également plus difficile de « bleuter » car les parents sont beaucoup plus rapidement mis au courant, point qui est bénéfique. L’évolution du cahier de texte de la classe est également un bon point , car à notre époque nous n’avions pas internet mais seulement un cahier de texte écrit et il fallait se rendre à l’école pour récupérer les devoirs ou bien téléphoner à des amis. Je suis d’ailleurs très contente que ma fille ait intégré cet établissement.

  • Quels sont vos meilleurs souvenirs au sein de cet établissement ?

J’ai toujours apprécié les différents voyages que nous avons faits.

  • Revoyez-vous des anciens camarades de classe ?

Oui, j’ai revu quelques professeurs et j’ai même revu des anciens élèves et c’est d’ailleurs toujours un plaisir de se revoir, de se reconnaître et de se remémorer les souvenirs de notre jeunesse.  Quelquefois on peut être étonné de leurs parcours par rapport à leurs attentes initiales.

  • Quand vous revoyez des photos de classe vous reconnaissez-vous et reconnaissez-vous d’anciens amis ?

Oui, je me reconnais et je reconnais d’anciens camarades mais malheureusement certains noms ne me reviennent plus.

  • Et enfin y a t-il des professeurs qui vous ont marquée ? 

Oui, Madame Lévy, une professeure de français, que j’ai d’ailleurs revu quelques années plus tard. Je trouvais que c’était une très bonne prof et de plus c’est elle qui m’a surprise entrain d’essayer de fumer pour la première fois et je pense que c’est la réaction qu’elle a eu sur le moment qui m’a permis de ne jamais fumer par la suite !

fullsizeoutput_1231

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *