Ce film, I, Daniel Blake, a été réalisé par le grand Ken Loach, réalisateur britannique très réputé pour son style naturaliste, qui reçut avec ce film, sa seconde palme d’or au festival de Cannes, la première ayant été pour Le vent se lève en 2006.
I, Daniel Blake reste totalement dans le type de film réalisé par Ken Loach, c’est un drame dénonçant la société et politique anglaises de notre époque.

Comme le titre l’indique , l’histoire est celle de Daniel Blake, 59 ans, un veuf qui vit seul dans un petit appartement à Newcastle. Il souffre de problèmes cardiaques, ce qui va lui poser une suite croissante de problèmes. Le film est tourné de manière à ce que le public suive littéralement la vie et les péripéties du personnage principal à la manière d’un documentaire. Daniel est à la recherche d’un emploi, qui va, au fil du temps, être de plus en plus compliqué à trouver. Au « jobcenter », pôle emploi anglais, il est témoin d’une scène révoltante entre une agente et une cliente. Daniel intervient. Ils se font expulser par le vigile et c’est alors qu’il fait la rencontre de Katie Morgan et de ses deux enfants. Venant de Londres et très déstabilisée, très pauvre aussi et isolée, la petite famille trouve en Daniel un soutien à la fois moral et matériel pour elle et ses enfants. Même pauvre, on peut être généreux, tel est le message, du film.
I , Daniel Blake  est une critique explicite de la société, de l’administration quand elle devient incapable de souplesse et montre parfaitement la difficulté, pour des gens qui n’ont rien, à trouver de l’aide et des appuis, qu’ils soient financiers ou moraux. Par exemple, Daniel ne sait pas se servir d’un ordinateur et cela devient pour lui un obstacle énorme à franchir ; sans l’aide des autres, il n’y arrive pas.

Attention aux cœurs sensibles, ce film comporte des scènes très émouvantes et révoltantes ; mais il est indispensable d’aller le voir car c’est une magnifique leçon d’humanisme !

Enya L.,  AnneT.,  Damien G., 1ère S3

Sélection PJRL 2017 / Moi, Daniel Blake : Solidarité et humanité des êtres contre absurdité et violence du système.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *