Par : J. Berthe
Publié : 2 février 2014

Tangram GS

Exemple d’analyse de séance

Objectifs pédagogiques :


Structuration de l’espace 
- être capable de reconnaître et de nommer les différentes formes géométriques
- appréhender de façon implicite les notions de symétrie et de retournement
- comprendre les relations et les proportions entre les différentes pièces
- effectuer une recherche par tâtonnement pour reproduire un modèle par décomposition

 

Le tangram permet une approche ludique de nombreuses capacités de structuration de l’espace.

Lors de la séance 1 dont on peut voir des photos ici, les formes sont observées, analysées, triées par taille et nombres de cotés ou sommets. Les noms de ces formes sont rappelées et les élèves sont invités à se rendre à leur table pour les manipuler librement en essayant de représenter quelque chose que ses camarades pourront reconnaître facilement.

A la fin de cette séance (et non à la séance 2 comme initialement prévu), les élèves étant très à l’aise avec ce matériel, possédant déjà plusieurs des capacités travaillées ici grâce aux autres manipulations faites dans les séquences précédentes (origamie de l’avion, du moulin, du flocon ; reproductions d’assemblages de formes ; tracés à la règle ; manipulations de cahiers aux lignages variés ; graphismes ; dessins d’animaux...), une situation problème est donnée aux élèves. Il s’agit déjà de reconstituer le carré de référence du tangram (voir photos). Parfois, des rectangles apparaissent, ce qui est l’occasion de redéfinir le carré par rapport au rectangle. Ensuite, la manipulation explicitée est faite devant eux et ils sont invités à retourner à leur table pour réessayer, les premiers essais ayant été infructueux.

Cette première séance a duré 55 minutes, ce qui est très rare en maternelle. L’intéret suscité par le support a permis d’augmenter le temps habituel, ainsi que les temps de liberté de départ, au cours duquel les élèves ont pu laissé libre cours à leurs capacités artistiques. Aucune surcharge cognitive n’a été détectée.

Lors de la séance 2, cette situation problème sera reprise, avec dans un deuxième temps, le contour à l’échelle 1 du carré, à l’intérieur duquel les formes de base doivent tenir, pour aider certains élèves. Un troisième niveau d’aide sera proposé aux enfants qui le nécessiteront, avec le modèle de la reconstitution du carré laissant apparaitre les frontières entre les formes de base. Des intermédiaires entre ces temps sont plannifiés pour permettre une différenciation fine, comme lors de chaque séance et aider chaque élève à exploiter au maximum ses capacités, mais sans découragement. Par exemple, un élève peut être bloqué par la rotation du parallélogramme, dans ce cas, il est inutile de lui donner le détail complet des formes sans lui permettre de définir sa difficulté.

Les élèves qui auront réussi seuls à reproduire le carré sans aucune aide spécifique, seront invités à poursuivre la progression de la séquence au travers d’autres modèles, avec ou sans contours et de l’échelle 1 à une échelle inférieure.

En fin de séquence, les plus à l’aise pourront chercher à élaborer d’autres modèles en les traçant sur feuille blanche. L’ordinateur sera aussi utilisé.

 

Portfolio automatique :