Vous êtes ici : Accueil > Classe mirabelle (Grands de M. BERTHE) > Préparation de la sortie au jardin éphémère Place Stanislas 2019
Par : J. Berthe
Publié : 9 octobre 2019

Préparation de la sortie au jardin éphémère Place Stanislas 2019

Thème "empreinte, inspiré cette année de La main aux algues et aux coquillages d’Emile Gallé (1904, Musée d’Orsay), figure emblématique du mouvement artistique de l’École de Nancy.

A partir de cette oeuvre, est dessiné le jardin éphémère de cette année :

 

La bague présente sur le mageur est occupée par la Statue de Stanislas, ancien maître des lieux : c’est une bague royale sertie d’un bassin et de plantes aux feuillages panachés.

Pour la préparation de la sortie, trois volets thématiques ont été préparés avec les élèves :

- Des aspects architecturaux au travers de la reconnaissance de certains batiments historiques : l’hôtel de ville , la cathédrale et la place Stanislas avec la statue de l’ancien propriétaire des lieux.

- Des aspects historiques et géographiques avec Stanislas Leszczynski , dont la représentation sur sa haute stèle pointe du doigt le médaillon à l’effigie de son gendre Louis XV, qui figure au sommet de la porte Héré (sous le renommée recouverte de feuilles d’or) ; avec les symboles de la royauté (fleur de lys sur fond bleu et couronnes ) ; avec les fontaines (dont on a expliqué qu’elles représentaient des personnages mythologiques et que c’était la seule source culturelle dont pouvaient bénéficier les gens modestes, les livres étant réservés aux très riches à cette époque) ; les drapeaux de la France, de l’Europe et de la Lorraine qui étaient en berne lors de la visite.

- Des aspects biologiques au travers de la reconnaissance de certaines plantes (bambou , Ginko Biloba ou arbre aux mille écus avec ses feuilles en forme d’éventail , le Saule , le pommier ) ; on a remarqué que certaines plantes poussent librement et d’autres non (elles sont attachées ou taillées comme les Saules ou le pommier) ; enfin les feuilles des plantes ont des couleurs différentes<img12886|center>, pas seulement vertes, ce qui représente un atout pour le jardinier paysagiste.

 

 

 

Héré et la Ronommée, ainsi que d’autres bâtiments bordant la place feront l’objet de séances ultérieures, car nous serons normalement amenés à revenir sur la place en février en parallèle de la visite guidée du musée des Beaux Arts et d’un atelier.