Carnaval des animaux écoute active camille saint saens paramètres du son hauteur timbre durée intensité éducation musicale école dsden moselle cpem

Le carnaval des animaux

Comment travailler les paramètres du son avec des élèves de maternelle à partir d’extraits de l’œuvre de Camille Saint-Saëns.

Chaque écoute commencera invariablement par un déplacement libre en salle de jeu. C’est à partir de ces déplacements, d’autant plus connectés à la musique que les élèves les pratiquent régulièrement, que l’on permettra aux élèves de transposer corporellement les paramètres du son.

La hauteur

La hauteur du son est caractérisée par le grave ou l’aigu en passant par le médium. Ici, il s’agira de faire discriminer aux élèves les notions de grave / aigu.

1.L’éléphant

Dans cet extrait, on est clairement dans le grave.

En salle de jeu, on demandera aux élèves d’imiter la démarche de l’éléphant en se déplaçant en même temps que la musique.

L’éléphant

2.Poules et coqs

Ici, la basse-cour nous emmène dans les sons aigus !

Après un déplacement libre, ou peut inviter les enfants à imiter la poule avec le corps et à mimer les caquètements en même temps que la musique.

Poules et coqs

3.FUSION !!

L’extrait suivant présente des bouts d’éléphants et des bouts de poules (miam).

Fusion ! Hauteur

Après une première écoute, on pourra demander aux élèves de reproduire la démarche de l’éléphant en marchant et le caquètement de la poule en mimant le bec avec les mains (et sans marcher pour bien différencier) en suivant la musique, sur le principe d’une « Musique surprise » .

Attention ! Il se trouve fortuitement que « l’éléphant » est lent et que « Poules et coqs » est rapide. Il ne faudrait pas que les élèves associent les notions de hauteur à celles de durée. Il est donc très important de respecter la consigne « immobile quand j’entends la basse-cour, en mimant seulement avec les mains », sans quoi on aurait une alternance de déplacements lents ou rapides, qui n’auraient plus rien à voir avec la hauteur. Il s’agit bien ici d’imiter le pas lourd de l’éléphant pour transposer le « grave » », et de mimer les caquètements pour transposer « l’aigu ».

4.Personnages à longues oreilles

Dans cet extrait, deux violons alternent leurs « hi-han » significatifs sur des tenues de cordes

 L’alternance concerne des notes courtes aiguës et des notes graves tenues.

En salle de jeu, on peut jouer sur l’alternance grave-aigu :

-en se déplaçant accroupi lorsque c’est grave, debout lorsque c’est aigu

-en mimant la hauteur avec les bras

-en faisant deux groupes (les « graves » et les « aigus ») qui évoluent sur leur partie

-en faisant des binômes (un « grave » et un « aigu » par binôme)

Personnages à longues oreilles

La durée

Le son à une durée, il est court ou long. On associe à cette notion celles de rythme (succession de sons de longueurs différentes) et de tempo (vitesse d’exécution d’un morceau de musique).

1.Hémiones

Les hémiones sont des chevaux sauvages. Ici, le piano nous entraîne dans une course endiablée. Le déplacement en salle de jeu devra donc être canalisé pour éviter les accidents. On pourra faire des « sauts de cabris » pour éviter de courir, l’idée étant de représenter un cheval au galop.

Hémiones

2.Tortues

Oui, une tortue c’est lent. Vous reconnaîtrez sans doute le fameux Cancan d’Offenbach, dans une version…tortue !

Ici, le déplacement devra naturellement suivre le tempo lent de la musique.

Tortues

3.FUSION !!

Sur le même principe que lors du travail sur la hauteur, il faudra reconnaître les hémiones ou les tortues, et adapter son déplacement en conséquence.

Fusion ! Durée

4.Kangourous

Dans cet extrait, les sauts des kangourous sont figurés par des accélérations. Les élèves, à force d’écoutes successives, devront essayer d’adapter la vitesse de leurs déplacements à ces variations de durées.

Kangourous

Le timbre

Le timbre, c’est ce qui permet de reconnaître deux instruments qui jouent à la même hauteur/durée/intensité. C’est la couleur, la signature du son.

C’est « Le coucou » qui nous permettra de travailler ce paramètre.

Le coucou

Dans cet extrait, les pianos évoquent une marche lente dans la forêt. La clarinette évoque le coucou. Elle intervient de manière aléatoire.

On peut inviter les élèves à marcher en même temps que le piano et à stopper leur déplacement à chaque fois qu’ils entendent le « coucou » de la clarinette, en mettant leurs mains en pavillon sur les oreilles, pour bien signifier qu’ils entendent le coucou.

L’intensité

Pianissimo, piano, forte, fortissimo, ce sont des manières de jouer plus ou moins fort, tout simplement.

Final

Le final se prête bien à une écoute de l’intensité, notamment par la présence d’un « refrain » qui revient plusieurs fois et qui est facilement identifiable. Il s’agira dans un premier temps de repérer ce refrain en lui attribuant un déplacement ou une attitude particuliers.

Ecouter le « refrain »

Dans un second temps, il faudra repérer les moments où le refrain est joué plus fort (astuce : c’est quand les musiciens sont plus nombreux !). On pourra par exemple croiser les bras sur les refrains « piano », et les écarter sur les refrains « forte ».

Sur ce final, on peut aussi s’amuser à repérer les animaux qu’on a déjà rencontrés…

Pour aller plus loin

Le texte de Francis Blanche sur la musique de Saint-Saëns

Une version « marionnettes »


Mots-clés de cette ressource :

Types de pratiques musicales :


Thématiques :


Cycle conseillé :




Ils ont produit cette ressource :

Aurélien Robinet

Conseiller Pédagogique en Education Musicale sur les circonscriptions de Boulay, Hombourg-Haut, Forbach, Saint Avold Ouest et Est, Sarreguemines Ouest et Est

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *