Evaluation bienveillante et exigeante par le numérique

Bienveillance et exigence : deux termes antinomiques ?
Faut-il opposer bienveillance et malveillance ?
Comment le numérique modifie-t-il l’évaluation ?
Qu’apporte la recherche en développant concepts et outils pour des évaluations formatives et interactives ?

Autant de questions abordées lors du séminaire des cadres, organisé par la DANE, qui a eu lieu mardi 20 février, au lycée Cassin à Metz.

En introduction, dans son exposé, André Antibi a défini ce qu’il appelle « la constante macabre », pour ensuite présenter l’évaluation par contrat de confiance.

Divers ateliers ont permis de réfléchir de concert sur la thématique du jour : l’évaluation formative, l’évaluation des compétences, l’apprentissage explicite, les outils numériques au service de l’évaluation (plus-value, perspectives…).

Lors des tables rondes, en présence de Florence Robine, Rectrice de la région académique Grand Est, Rectrice de l'académie de Nancy-Metz, les intervenants ont prolongé les échanges.

En clôture, Anne BOYER, chercheur porteur du projet eFran METAL, a illustré ce que pourrait être l’évaluation différenciée de demain, en s’appuyant sur les learning analytics