Accueil » Contenu général » Pédagogie » La pédagogie en SVT

Questions-réponses sur la réforme du collège avec Mme Brigitte HAZARD, IGEN

Lors de la journée académique SVT-SBSSA en février 2017, Madame Brigitte HAZARD, IGEN, a répondu  à des questions posées par les enseignants de SVT à propos de la mise en œuvre du nouveau programme de SVT dans le cadre de la réforme du collège.

 

Question 1 : L’enseignement en classe de troisième générale et prépa-pro en 2016-17 : Quels aménagements pour l’année en cours ?

Réponse 1 : Voici quelques propositions, valables uniquement en 2016-2017 (copie des diapositives projetées) :

 

Diapo 1

 

Diapo 2

 

Diapo 3

 

Diapo 4

Retourner en haut de la page

 

Question 2 : Comment se déroulera l’épreuve  de sciences et technologie au DNB 2017 ?

Réponse 2 : Voir cette page.

Ce que disent les textes :

  • Un choix des deux disciplines rendu public à compter de la convocation des correcteurs par le recteur (environ 1 mois avant l’épreuve écrite).
  • durée 1h.
  • Un sujet en deux sous- parties disciplinaires.
  • Pour chaque sous partie 30 minutes et sur 25 points (soit 22,5 + 2,5 pour la présentation de la copie).
  • Copies et corrections distinctes.
  • Des exercices pouvant être traités de manière indépendante les uns des autres.
  • Pour chaque sous partie :
    • Une prise d’initiative pour certains exercices
    • Possibilité d’appui sur des situations de la vie courante ou d’autres disciplines
    • Questions ouvertes et/ou QCM.

Ce que nous apprennent les sujets zéros :

Voir ce document.

  • Des documents en nombre variable mais limité.
  • Une rédaction de réponses et/ou un appui sur des schémas.
  • On teste la mobilisation des connaissances (ce qui importe c’est la compréhension des notions, pas le vocabulaire pointu. Pas de question de « restitution » de connaissances du type « réciter la définition de… »).
  • Les élèves ont à mettre en œuvre des compétences travaillées avec montée en complexité :
    • premières questions « faciles » (observer, identifier, analyser…) ;
    • dernière question : mettre en relation, argumenter…

Conclusion on évalue donc au DNB l’aptitude à :

  • Maîtriser les compétences et les connaissances prévues dans les programmes ;
  • Pratiquer différents langages (textuel, symbolique, algébrique, schématique, graphique) pour observer, raisonner, argumenter et communiquer ;
  • Exploiter des données chiffrées et/ou expérimentales ;
  • Analyser et comprendre des informations en utilisant les raisonnements, les méthodes et les modèles propres aux disciplines concernées.

C’est à cela qu’il faut former les élèves au cours du cycle pour leur permettre de réussir l’épreuve écrite.

Retourner en haut de la page

 

Question 3 : Comment construire une progression « spiralaire », conforme aux attentes ?

Réponse 3 : Les programmes laissent une grande liberté pédagogique aux enseignants. Les « attendus de fin de cycle » guident la construction des enseignements car ils énoncent les compétences à construire tout au long du cycle. À chaque enseignant et à chaque équipe d’emprunter le cheminement le plus adapté pour y parvenir.

Les limites des attendus sont parfois énoncées directement dans le BO (en cycle 3 notamment) ou dans les ressources sur Eduscol.

Parmi elles, sont à considérer comme les « documents d’accompagnement » des anciens programmes celles de la section  « inscrire son enseignement dans une logique de cycle », car elles donnent toutes les indications nécessaires : limites, idées clés que les élèves doivent retenir, parfois des idées de répartition au sein du cycle...

Dans les rubriques : « enseigner les SVT au cycle 4 » et « approfondir ses connaissances » sont apportés des compléments et des analyses, notamment scientifiques. Dans la rubrique « mettre en œuvre son enseignement » on trouve des idées de séances et de séquences qui ont été testées par des collègues. Cela donne donc des idées, sans toutefois constituer des modèles.
La rubrique « évaluation de la maîtrise du socle commun » proposera bientôt des exemples de situations d’évaluation variées, comportant des outils utilisables en classe (curseurs par exemple).

Retourner en haut de la page

 

Question 4 : Comment former au mieux les élèves, leur faire acquérir les attendus de fin de cycle ?

Réponse 4 : Comment former au mieux les élèves, leur faire acquérir les attendus de fin de cycle ?

En préambule, il s’agit de bien comprendre la logique des programmes et leur progressivité :

Diapo 5

Diapo 6

La progressivité dans les attendus de fin de cycle peut être illustrée à partir des verbes utilisés :

Diapo 7

L’apprentissage doit permettre aux élèves d’acquérir progressivement ces compétences à un degré de maîtrise suffisant. Pour cela on peut conseiller de :

Travailler au quotidien

  • Prendre en compte les acquis des élèves pour construire à partir de ces acquis.
  • Diversifier l’organisation du travail en classe (individuel, groupe, binôme …).
  • Varier les situations d’apprentissage ; proposer :
    • des tâches simples pendant lesquelles on observe l’élève en train de les réaliser et on peut ainsi remédier si nécessaire à ses difficultés.
    • des productions diverses (écrites, orales, techniques) et variées (expression du niveau de maîtrise mis en jeu par l’élève) dont des traces de recherche ;
    • des tâches  avec prise d’initiative pour que l’élève puisse mettre en jeu ses compétences : l’observer faire des choix, identifier ses stratégies de résolution, le regarder prendre des décisions, produire (professeur accompagnateur et observateur pour comprendre le raisonnement de l’élève). On dispose ainsi d’observables qui permettent de poser un niveau de maîtrise de la compétence ;
  • Évaluer :
    • Permettre à l’élève de recommencer et éventuellement d’être réévalué ;
    • Favoriser l’auto-évaluation et la co-évaluation qui permettent une approche métacognitive très formatrice ;
    • On peut imaginer des situations disciplinaires, interdisciplinaires ou non apportant des données au niveau des attitudes : projet d’orientation ; parcours avenir ; histoire des arts ; stage de 3ème; activité de théâtre, etc. ;
    • Évaluer la réussite de tâches simples au cours desquelles les élèves mettent en jeu des capacités élémentaires (réussi/échoué) ;
    • Évaluer « des compétences » (les élèves mettent en jeu des compétences lorsqu’on les met face à des tâches nécessitant la mise en jeu de différentes connaissances capacités et attitudes), en posant un degré de maîtrise.

Sur la durée… au cours d’un cycle

  • Construire une progressivité des apprentissages en équipe (construction d’un projet d’enseignement sur les 3 ans, projet amendé si nécessaire en fin d’année)
  • Varier les contextes et adapter la difficulté (donc le niveau d’exigence)
  • Garder trace des résultats aux évaluations (livret)
  • Tendre vers une continuité pédagogique en harmonisant notamment les modalités d’évaluation des compétences (exigences progressives et communes au sein d’une équipe)

Voir le document Eduscol : Document d’accompagnement pour l’évaluation des acquis du socle commun de connaissances, de compétences et de culture.

Retourner en haut de la page

 

Question 5 : Comment former au mieux les élèves, leur faire acquérir les attendus de fin de cycle ?

Réponse 5 : Évaluation en SVT et validation du socle ?

Renseigner le LSU :

L'enseignant doit expliciter pour les parents ce qu'il a visé comme objectifs principaux de formation pendant la période écoulée (en s'appuyant sur les compétences du programme et/ou du socle). Il s’agit d’énoncer un petit nombre de compétences, celles qui ont été travaillées prioritairement.

La colonne qui concerne les progrès ou les échecs de l'élève est totalement référée à la colonne précédente : il s'agit de dire aux parents où en est l'élève par rapport à chaque objectif. Dire par exemple où il en est dans ses activités de raisonnement, de communication, de réalisation etc.

Poser un niveau de maîtrise pour une compétence du socle :

Le professeur de SVT s’est doté, au fil de l'eau, de résultats d'évaluations conservés au cours du cycle. Ces positionnements lui servent alors de repères par rapport aux domaines du socle. Il utilise ces données, au même titre que ses collègues, lors de la réunion qui permet d’établir collégialement le degré de maîtrise des 8 domaines et sous domaines du socle en fin de cycle. (Il ne s’exprime pas nécessairement pour tous les domaines).

Voir des exemples d'évaluation des compétences du socle sur Eduscol.

Retourner en haut de la page

 

Question 6 : Pour l’élève, quelles traces écrites conserver sur le cycle ?

Réponse 6 : Qu'un élève garde pendant trois ans toutes les traces de ce qu'il a fait (cahier, classeur) semble très difficile à envisager, sauf à tout stocker en classe ou dans un espace numérique. Dans ces conditions, la question que les professeurs doivent se poser est : Quels documents doivent absolument être conservés pour permettre aux élèves de bien apprendre sur la durée d’un cycle ?

On peut citer quelques exemples de documents qu’il est utile de conserver pendant les trois ans:

  • les documents de référence : fiches méthodes, fiches d'évaluation, etc.
  • les documents que les élèves utiliseront et enrichiront au fil du temps (comme la classification des êtres vivants).
  • Des bilans de fin de séquences (schémas, cartes mentales, fiches de synthèse …), reprenant les acquis qu’il faudra remobiliser ultérieurement.

Reste pour l’équipe à choisir sous quelle forme sont conservés les documents utiles : papier, numérique ?
Et qui conserve ces documents : l’élève, le professeur ?

 

Lien vers la vidéo de la conférence

Retourner en haut de la page

Voir aussi la page journée SVT-SBSSA 2017



Autres pages dans La pédagogie en SVT : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7

 

© SVT Lorraine 2017