Accueil > Les archives > Année scolaire 08-09 > Mômes-Actu N°68, spécial 1914-1918 > Ecole Elémentaire Paul Eluard Bar-le-Duc > La Voie Sacrée

La Voie Sacrée

lundi 15 décembre 2008, par Elève1 de Paul Eluard

Pour transporter, les munitions, la nourriture, le matériel médical et les soldats à Verdun, l’armée française disposait d’une voie de chemin de fer à l’Est qui était bloquée par les Allemands à Saint-Mihiel (le saillant St-Mihiel). Une autre voie passant par l’Argonne était bloquée à Aubréville à cause des bombardements allemands.

Il ne restait plus que l’axe Bar-le-Duc Verdun avec la Voie Sacrée et le Petit Meusien. Toute la journée, des véhicules montaient vers Verdun et descendaient en direction de Bar-le-Duc.
Le commandant Girard et le capitaine Doumenc organisent le trafic sur cette voie qui fait 75 km de long sur 7 mètres de largeur. Toutes les semaines, en moyenne 90 000 hommes et 50 000 tonnes de matériel sont transportés par 9 000 véhicules : aux moments de la Bataille de Verdun en 1916, c’était un véhicule toutes les 14 secondes.
La Voie Sacrée était entretenue par 1 200 territoriaux répartis dans 6 cantons. Ils jetaient de la pierraille sur la chaussée, c’est pourquoi il fallut ouvrir des carrières en bordure de route.

Le Petit Meusien, voie de chemin de fer entre Bar-le-Duc et Verdun, a transporté pour sa part les soldats blessés vers l’hôpital de Bar-le-Duc et a assuré le ravitaillement en vivres sur le front.

Etienne, Mickaël, Fabrizio et Emré
Ecole Paul Eluard de Bar-le-Duc