Fusion des lycées de Bitche :
la raison pratique

Angela HAMMAN

L’année scolaire 2014-15 revêt un caractère particulier pour les lycées L-C Teyssier et A. Schweitzer en raison de la nomination d’un unique Proviseur pour les deux structures.

Ces deux établissements, de par leur taille, leur proximité géographique, leur complémentarité, sont désormais voués à un destin commun. Ainsi, la décision de former un lycée polyvalent à partir de ces deux ensembles répond à une « raison pratique » qui tiendra compte des besoins de formation sur le territoire, et qui vise une juste reconnaissance des capacités existantes.

""

Certes, chaque établissement se distingue, par sa culture, son offre de formation, son organisation pédagogique, mais chacun possède des atouts et des richesses multiples, qui se déclinent en compétences et en savoir-faire, en équipements pédagogiques et fonctionnels, et surtout en forces humaines.

Ce rapprochement s’inscrit aussi dans la vocation commune des deux lycées, car ensemble ils participent depuis des décennies à la dynamique territoriale du Pays de Bitche. Espaces de formation et d’éducation, lieux de vie et de culture, tous deux ont contribué, à leur manière, à la réalisation des conditions de promotion sociale, à l’insertion professionnelle et à l’épanouissement des lycéens.

Taux de réussite aux examens :

Bac général et technologique : 98%

Bac professionnel : 93%

Les indicateurs de performance que sont les taux d’orientation scolaire et les taux de réussite aux examens se situent en effet bien au-delà des moyennes académiques et nationales, aussi bien au lycée général et technologique Teyssier qu’au lycée professionnel Schweitzer et démontrent la capacité des équipes pédagogiques à agir pour la réussite des élèves.

Espace multimédia créée en 2012 pour les élèves des deux lycées

Espace multimédia créée en 2012 pour les élèves des deux lycées

Depuis trois années, nous avons renforcé la coopération entre les deux lycées pour améliorer les conditions de travail des élèves, pour faciliter leur parcours d’orientation et fluidifier les trajectoires. Cela nous a permis de bâtir une orientation plus positive, grâce notamment aux stages passerelles vers la voie professionnelle.

D’autres dispositifs d’accompagnement, adaptés à chaque public, se développent aussi bien pour la mise à niveau et l’accès au baccalauréat que pour les trajectoires d’excellence : les stages de remise à niveau en fin de seconde, la préparation du concours d’entrée à Sciences Po Strasbourg en sont deux exemples.

Ensemble, nous parvenons à répondre aux besoins de chaque élève. Et c’est une réelle chance que de pouvoir proposer aux jeunes une telle diversité de parcours, grâce aux différentes filières générales, technologiques et professionnelles, aux multiples séries et spécialités littéraire, scientifique, économique, industrielle et tertiaire, sans oublier la formation continue.

Ensemble, nous proposons plusieurs niveaux de qualification : les baccalauréats (généraux, technologiques, professionnels), le CAP pour les publics prioritaires, mais aussi les certifications intermédiaires (BEP) dans le cadre de la filière professionnelle et le diplôme national du brevet pour les 3ème DP.
Et nous serions en mesure de pouvoir compléter l’offre de formation au niveau post-baccalauréat.

Ensemble, nous développons des axes de travail pertinents comme :

  • la dimension transfrontalière en lien avec l’enseignement des langues vivantes
  • les énergies renouvelables et les formations industrielles
  • les partenariats culturels et institutionnels pour la gestion de l’ambition scolaire et l’égalité des chances

Nous pourrons ainsi renforcer notre engagement pour la promotion sociale et l’insertion professionnelle des jeunes, et contribuer à préserver un niveau d’activité économique ainsi qu’une démographie positive dans notre territoire rural.

""

Angela HAMMAN

Proviseur