Accueil > Vie scolaire > Journal lycéen > Le Lycée Teyssier décroche le prix Varenne

Le Lycée Teyssier décroche le prix Varenne de la presse lycéenne :
une première dans l’Académie Nancy-Metz

31 mai 2012

L’équipe du journal du lycée Teyssier de Bitche a remporté, pour la première fois, le prix national du concours scolaire de journalisme Alexandre-Varenne, au musée du Quai Branly à Paris. Une consécration.

Pauline Schmitt, Dominique Cramer, Clarisse Muller, Vincent Wieczny, Franck Mathieu, Hervé Froemer, leur professeur Fabrice Vurpillot et leur proviseur Angela Hamman ont décroché avec brio la médaille d’or du prix Alexandre-Varenne.

Crédits :

Photo Philippe DOBROWOLSKA

Voici sept ans que Le Lis ! C Teyssier, le journal du lycée d’enseignement général Louis-Casimir-Teyssier de Bitche, existe et qu’il remporte des prix : en 2007, prix Reporters sans frontières Expresso, en 2008 nomination académique par le comité de sélection du prix Alexandre-Varenne, en 2010 primé par Jets d’encre, association nationale pour la promotion et la défense de la presse d’initiative jeune, en 2011 encouragé par la fondation Alexandre-Varenne au niveau académique.

Cette fois-ci, l’établissement a décroché la palme suprême : le premier prix national Alexandre-Varenne. Une première pour le Pays de Bitche et l’académie.

Six élèves, leur coach Fabrice Vurpillot, professeur d’histoire, et Angela Hamman, le proviseur, ont appris la nouvelle avec émotion, hier après-midi, au musée du Quai Branly, à Paris, à l’occasion de la remise des prix scolaires de la fondation, soutenue par le Centre de liaison de l’enseignement et des médias d’information (Clemi).

Pauline, la rédactrice en chef, Dominique, le chef maquettiste, Clarisse, Vincent, Franck et Hervé ont envoyé des messages à leurs proches dès que l’information est tombée.

L’ambiance était bon enfant, même potache. Les jeunes ont présenté leur « canard » via des sketches, certains en costume de crocodile ou de lapin. Les Bitchois ont composé une chanson sur la musique des Village People, autour de leur « patron », Fabrice Vurpillot, à l’origine de la création de Lis ! C Teyssier en 2005. Un journal d’une trentaine de pages illustrées, parfois de caricatures, qui paraît deux à trois fois par an, tiré à 300 exemplaires.

« J’ai toujours trouvé qu’un lycée devait avoir son journal, un lieu d’expression libre et pas uniquement un outil de communication et un outil pédagogique pour les profs. Lis ! C Teyssier permet de reconnaître des talents qui ne s’exprimeraient peut-être pas en cours », expliquait, la veille de la cérémonie, Fabrice Vurpillot.

Avenir à assurer

Chaque mercredi, une vingtaine de jeunes, majoritairement des terminales cette année, planchent sur leurs sujets, les photos, la mise en page.

« Les élèves sont fidèles : ils commencent l’atelier presse en seconde et poursuivent jusqu’à la fin de leur cursus. L’équipe est arrivée à une grande autonomie. Je n’interviens quasiment pas », ajoute-t-il.

La nomination au national n’a donc pas surpris le professeur : « Vu la qualité de leur travail, leur impertinence, je pouvais m’attendre à cette reconnaissance. »

Le numéro primé, celui de fin 2011, met notamment en valeur le nouveau proviseur Angela Hamman. Un entretien culotté et qui a sans doute contribué à la décision du jury. « Ça valait le coup de se mettre en danger ! », commente celle qui ne cache pas sa fierté.

Le lycée affiche déjà un insolent taux de réussite au baccalauréat. Cette fois, il prouve que ses élèves n’ont pas qu’une tête bien pleine. Elle est aussi bien faite. Un beau cadeau pour les futurs bacheliers dont certains assurent vouloir « continuer un journal à la fac ou en classe préparatoire ». Un beau présent aussi pour le lycée qui a fêté cette année ses vingt ans.

Cerise sur le gâteau : la Région Lorraine a validé un projet de création d’une salle de rédaction au lycée. L’équipe a déjà un ordinateur portable, gagné à Paris. Trois d’entre eux pourront également bénéficier d’une formation à l’Ecole nationale de l’information à Paris fin juin. Reste à assurer la relève.

Aude-FAYOLLE-SCHWARTZ.
Journaliste au Républicain Lorrain.