© Académie de Nancy-Metz


De l'Énéide aux images
Le Lorrain (1600 - 1682) - Turner (1775 - 1851)
(On peut cliquer sur certaines images pour voir la source et les agrandir. Sur certaines œuvres, des fiches plus développées sont proposées à partir de cette page)

(page en travaux)

Claude Gellée dit le Lorrain (Chamagne, près de Mirecourt, 1600 - Rome, 1682)
Marine avec le débarquement d'Énée et de ses compagnons dans le Latium
Huile sur toile
102 x 137 cm
Longford Castle, collection comte de Radnor

1650
Dessins préparatoires à Paris, 18,6 x 25,8 cm, École Nationale supérieure des Beaux-arts inv. EBA 937et 26,7 x 19,2 cm, Londres, British Museum.
Liber Veritatis N° 122

Copie du tableau de Claude Gellée :
95.5 x 134.4 cm, vers 1700-1725, Shipley Art Gallery
http://www.bbc.co.uk/
http://www.vads.ac.uk/large.php?uid=84186
Gravure de James Mason, 1772, Paris, ambassade de Grande-Bretagne
 Harvard Art Museums/Fogg Museum - Harvard University Library
Entourage de Claude Gellée :

74,3 x 99,1 cm
http://www.mutualart.com/
http://www.christies.com/
Claude Gellée dit le Lorrain
Vénus armant
Énée 
23,7 x 17,4 cm
vers 1670
Londres, Courtauld Gallery

Voir aussi le dessin du British Museum, La forge de Vulcain
Gravure de Richard Earlom, 1802, publiée en 1819, Harvard Art Museums

Note : Ces dessins, autonomes, ne correspondent à aucun tableau. C'est aussi le cas de Paysage avec Iris et Turnus (collection privée) et  Paysage avec Vénus rencontrant Énée et Achate, 1678  (voir plus bas).
Claude Gellée dit le Lorrain
Marine avec Énée à Délos
Anius, prêtre d'Apollon et roi de Délos (en blanc), Anchise (en bleu), Enée (en rouge) et Ascagne.
huile sur toile
100 x 134 cm.
1672
Londres, National Gallery
Liber Veritatis N° 179
Web Gallery of Art
Art Renewal Center

Sacra mari colitur medio gratissima tellus
Nereidum matri et Neptuno Aegaeo,
quam pius arquitenens oras et litora circum
errantem Mycono e celsa Gyaroque reuinxit,
immotamque coli dedit et contemnere uentos.
Huc feror; haec fessos tuto placidissima portu
accipit: egressi ueneramur Apollinis urbem.
Rex Anius, rex idem hominum Phoebique sacerdos
uittis et sacra redimitus tempora lauro,
occurrit; ueterem Anchisen adgnouit amicum.
Iungimus hospitio dextras, et tecta subimus.
 
Virgile, Énéide, III, 73-84
[...]  utilibus uentis aestuque secundo
intrat Apollineam sociis comitantibus urbem.
Hunc Anius, quo rege homines, antistite Phoebus
rite colebatur, temploque domoque recepit
urbemque ostendit delubraque nota duasque
Latona quondam stirpes pariente retentas.

Ovide, Métamorphoses, XIII, 630-635




Claude Gellée dit le Lorrain
Marine avec Enée à Délos
encre et crayon sur papier
Dessin préparatoire (en sens inverse) du tableau de Londres ci-dessus
16 x 22 cm.
vers 1670-1672
Amsterdam, Rijksmuseum inv. RP-T-1965-290

Autre dessin, 31,3 x 43,3 cm, 1672
Rome, Palazzo Fontana di Trevi, Gabinetto Nazionale delle Stampe, Fondo Corsini inv. FC125304R
http://www.culturaitalia.it

Claude Gellée dit le Lorrain
Paysage avec Énée chassant sur la côte de Lybie
huile sur toile
111 x 158 cm.
1672
Bruxelles, Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique

La chasse d'Énée
Plume, encre brune, lavis brun, rehauts de blanc
Dessin préparatoire pour le tableau conservé à Bruxelles
19,2 x  28,3 cm.
1672
Paris, École Nationale Supérieure des Beaux-Arts inv. EBA 938
Base Joconde


Defessi Aeneadae, quae proxima litora, cursu
contendunt petere, et Libyae uertuntur ad oras.
Est in secessu longo locus: insula portum
efficit obiectu laterum, quibus omnis ab alto
frangitur inque sinus scindit sese unda reductos.
Hinc atque hinc uastae rupes geminique minantur
in caelum scopuli, quorum sub uertice late
aequora tuta silent; tum siluis scaena coruscis
desuper horrentique atrum nemus imminet umbra.
Fronte sub aduersa scopulis pendentibus antrum,
intus aquae dulces uiuoque sedilia saxo,
nympharum domus: hic fessas non uincula nauis
ulla tenent, unco non alligat ancora morsu.
Huc septem Aeneas collectis nauibus omni
ex numero subit; ac magno telluris amore
egressi optata potiuntur Troes harena,
et sale tabentis artus in litore ponunt.
[...]
 (...) tris litore ceruos
prospicit errantis; hos tota armenta sequuntur
a tergo, et longum per uallis pascitur agmen.
Constitit hic, arcumque manu celerisque sagittas
corripuit, fidus quae tela gerebat Achates;
ductoresque ipsos primum, capita alta ferentis
cornibus arboreis, sternit, tum uolgus, et omnem
miscet agens telis nemora inter frondea turbam;
nec prius absistit, quam septem ingentia uictor
corpora fundat humi, et numerum cum nauibus aequet.
Hinc portum petit, et socios partitur in omnes.

Virgile, Énéide, I, 157-194


Ce tableau avait pour pendant le suivant : Énée conduit par la Sibylle de Cumes aux Enfers
* Voir la fiche

Claude Gellée dit Le Lorrain
Énée conduit par la Sibylle de Cumes aux Enfers
En arrière-plan : le lac Averne
Lavis d'encre de chine; pinceau ; rehauts de blanc

25,3 x 35,5 cm.
vers 1673
Musée du Louvre, département des Arts graphiques RF4586
Agence photographique de la Réunion des Musées nationaux (Recherche : Enée)
http://lelorrain.louvre.fr/fr/html/ll21.html
Base Joconde
Voir la fiche du collège Guy-Môquet (Gennevilliers)

Il s'agit d'un dessin préparatoire pour un tableau, 111 x 158 cm, dont la localisation est aujourd'hui inconnue. Il était le pendant du précédent, Énée chassant sur la côte de Libye :
Liber Veritatis N° 183
Étude à Pasadena (1769), Norton Simon Museum
Gravure de Richard Earlom : Harvard Art Museums/Fogg Museum
Pour ce paysage comme pour la scène représentée, il est intéressant de se reporter aux tableaux de Turner sur le même sujet (1798 et 1814).
Tantum effata, furens antro se immisit aperto ;
ille ducem haud timidis uadentem passibus aequat.
Di, quibus imperium est animarum, umbraeque silentes,
et Chaos, et Phlegethon, loca nocte tacentia late,
sit mihi fas audita loqui ; sit numine uestro
pandere res alta terra et caligine mersas !

Ibant obscuri sola sub nocte per umbram,
perque domos Ditis uacuas et inania regna :
quale per incertam lunam sub luce maligna
est iter in siluis, ubi caelum condidit umbra
Iuppiter, et rebus nox abstulit atra colorem.


Virgile, Énéide, VI, 261 sqq
Claude Gellée dit le Lorrain
Paysage avec l'arrivée d'Énée devant Pallantée (Pallanteum)
huile sur toile
175 x 224 cm
1675
Cambridge, Anglesey Abbey, National Trust
* Voir la fiche

« Iuuenes, quae causa subegit
ignotas temptare uias, quo tenditis ? » inquit.
« Qui genus, unde domo ? Pacemne huc fertis an arma ? »
 Tum pater Aeneas puppi sic fatur ab alta
paciferaeque manu ramum praetendit oliuae :
« Troiugenas ac tela uides inimica Latinis,
quos illi bello profugos egere superbo.
Euandrum petimus. Ferte haec et dicite lectos
Dardaniae uenisse duces socia arma rogantis. »
Obstipuit tanto percussus nomine Pallas :
« Egredere o quicumque es » ait « coramque parentem
adloquere ac nostris succede penatibus hospes. »
excepitque manu dextramque amplexus inhaesit.  

Virgile, Énéide, VIII, 112 sqq

Claude Gellée dit le Lorrain
Vue de Carthage avec Énée et Didon.
La reine, le héros et leur suite partant pour la chasse - au-delà de la baie, le temple de Junon. Mais d'autres moments du récit sont évoqués en surimpression dans le tableau :
 Didon montrant Carthage à Énée, le départ d'Énée ...
huile sur toile
120 x 149,2 cm
1676
Hambourg, Kunsthalle inv. 483
Web Gallery of Art
RMN
Bildindex
Liber Veritatis N° 186
Dessins préparatoires à Détroit, Institute of Art et à Bayonne, Musée Bonnat
Pendant de l'œuvre datée 1682 ci-dessous.

Tum sic excepit regia Iuno :
« Mecum erit iste labor : nunc qua ratione, quod instat
confieri possit, paucis, aduerte, docebo.
Venatum Aeneas unaque miserrima Dido
in nemus ire parant, ubi primos crastinus ortus
extulerit Titan, radiisque retexerit orbem.
His ego nigrantem commixta grandine nimbum,
dum trepidant alae, saltusque indagine cingunt,
desuper infundam, et tonitru caelum omne ciebo.
Diffugient comites et nocte tegentur opaca :
speluncam Dido dux et Troianus eandem
deuenient ; adero, et, tua si mihi certa uoluntas,
conubio iungam stabili propriamque dicabo,
hic hymenaeus erit. »  Non aduersata petenti
adnuit, atque dolis risit Cytherea repertis.

(...)
Tandem progreditur, magna stipante caterua,

Sidoniam picto chlamydem circumdata limbo.
Cui pharetra ex auro, crines nodantur in aurum,
aurea purpuream subnectit fibula uestem.

Nec non et Phrygii comites et laetus Iulus
incedunt. Ipse ante alios pulcherrimus omnis
infert se socium Aeneas atque agmina iungit...

Virgile, Énéide, IV, 114-142



Claude Gellée dit le Lorrain
Paysage avec Énée et la Sibylle de Cumes
Plume et encre brune
1677
Londres, British Museum Oo,7.147
Claude Gellée dit le Lorrain
Paysage avec Vénus rencontrant Énée et Achate
Enea accompagnato d'Acato rincontra Venus in habito di caciatrice
(inscription)
Plume et encre brune, lavis brun et gris, rehauts de blanc
24,5 x 31,3 cm
v. 1678
Chatsworth (Derbyshire), collection du Duc de Devonshire inv. 940
* Voir la fiche

Ipse uno graditur comitatus Achate,
bina manu lato crispans hastilia ferro.
Cui mater media sese tulit obvia silva,
virginis os habitumque gerens, et virginis arma
Spartanae, vel qualis equos Threissa fatigat
Harpalyce, volucremque fuga praevertitur Hebrum.
Namque umeris de more habilem suspenderat arcum
venatrix, dederatque comam diffundere ventis,
nuda genu, nodoque sinus collecta fluentis.
Ac prior, "Heus" inquit "iuvenes, monstrate mearum
vidistis si quam hic errantem forte sororum,
succinctam pharetra et maculosae tegmine lyncis,
aut spumantis apri cursum clamore prementem."
Sic Venus; et Veneris contra sic filius orsus :
"Nulla tuarum audita mihi neque visa sororum,
O quam te memorem, virgo ? Namque haud tibi voltus
mortalis, nec vox hominem sonat. O, dea certe
- an Phoebi soror ? an nympharum sanguinis una ? 
sis felix, nostrumque leves, quaecumque, laborem, 
et, quo sub caelo tandem, quibus orbis in oris
iactemur, doceas. Ignari hominumque locorumque
erramus, vento huc vastis et fluctibus acti :
multa tibi ante aras nostra cadet hostia dextra."

Virgile, Énéide, I, 312-334
Claude Gellée dit le Lorrain
Paysage avec Ascagne transperçant le cerf de Silvia, sous un ciel menaçant (Allecto ...)
120 x 150 cm
1682

Oxford, Ashmolean Museum of Art
Web Gallery of Art
Art Renewal Center
Non répertorié par l'artiste dans le Liber Veritatis, sans doute à cause de sa mort.
(Voir aussi le dessin de Berlin, 1669, Kupferstichkabinett der Staatlichen Museen inv. KdZ 1475)

Ceruus erat forma praestanti et cornibus ingens,
Tyrrhidae pueri quem matris ab ubere raptum
nutribant Tyrrhusque pater, cui regia parent
armenta et late custodia credita campi.
Adsuetum imperiis soror omni Siluia cura
mollibus intexens ornabat cornua sertis,
pectebatque ferum puroque in fonte lauabat.
Ille manum patiens mensaeque adsuetus erili
errabat siluis rursusque ad limina nota
ipse domum sera quamuis se nocte ferebat.
Hunc procul errantem rabidae uenantis Iuli
commouere canes, fluuio cum forte secundo
deflueret ripaque aestus uiridante leuaret.
Ipse etiam eximiae laudis succensus amore
Ascanius curuo derexit spicula cornu ;
nec dextrae erranti deus afuit, actaque multo
perque uterum sonitu perque ilia uenit harundo.
Saucius at quadripes nota intra tecta refugit
successitque gemens stabulis, questuque cruentus
atque imploranti similis tectum omne replebat.

Virgile, Énéide, VII, 483-502


* * * 
Joseph Mallord William Turner (Londres, 1775 - 1851)
Énée et la Sibylle au bord du lac Averne : Le rameau d'or
huile sur toile
76,5 x 98,4 cm
vers 1798
Londres, Tate Britain N00463

* Voir la fiche
Joseph Mallord William Turner
Le lac Averne : Énée et la Sibylle de Cumes
(deuxième version)
huile sur toile

72 x 97 cm
1814-1815
New Haven (Connecticut), Yale Center for British Art.
http://www.william-turner.org/
http://commons.wikimedia.org/

* Voir la fiche
  Joseph Mallord William Turner
Vue d'un port méditerranéen avec Énée et Didon cherchant refuge dans la grotte
Crayon, plume et encre avec lavis d'aquarelle brun
11,7 x 18,2 cm
Carnet de croquis Wey, Guilford, vers 1805
Londres, Tate Britain D06182
Joseph Mallord William Turner
Didon et Énée (le matin de la chasse ...)
huile sur toile
146 x 137 cm
exposé en 1814
Londres, Tate Britain N00494
Fondation Jacques-Edouard Berger

* Voir la fiche
Joseph Mallord William Turner
Didon faisant construire Carthage (ou l'Ascension de l'Empire carthaginois)
huile sur toile
155,6 x 231,8 cm
exposé en 1815
Londres, National Gallery
CGFA

Voir aussi  la gravure de E. Goodall (1859-1861)
Ce tableau est le pendant du suivant. Le déclin de l'Empire carthaginois.
L'un et l'autre illustrent l'admiration de l'artiste pour les défis picturaux lancés par son aîné Claude le Lorrain. C'est pourquoi, du reste, selon le testament du peintre lui-même, ce tableau devait être accroché à la National Gallery à côté de Claude le Lorrain : Port de mer avec l'embarquement de la reine de Saba (1648), en compagnie de son propre Soleil levant dans la brume (avant 1807) et de Paysage avec figures dansant (Mariage d'Isaac et Rébecca), de Claude (1648). 
Joseph Mallord William Turner
Le Déclin de l'Empire carthaginois
exposé en 1817
huile sur toile
170 x 238,5 cm
Londres, Tate Britain N00499
  Joseph Mallord William Turner
Didon dirigeant l'armement de la flotte ou Le matin de l'empire carthaginois
Huile sur toile
150 x 226 cm
exposé en 1828
Londres, Tate Britain N00506
Joseph Mallord William Turner
Le rameau d'or (troisième version)
huile sur toile
104,1 x 163,8 cm
exposé en 1834
Londres, Tate Britain N00371
Gravure de T.A.Prior, 1859-1861 : Tate Britain

* Voir la fiche
Joseph Mallord William Turner
Mercure avertit Énée
huile sur toile
90,2 x 120,6 cm
exposé en 1850
Londres, Tate Britain N00553
Olga's Gallery
Joseph Mallord William Turner
Le départ de la flotte
exposé en 1850
huile sur toile
89,9 x 120,3 cm
Londres, Tate Britain N00554
* Voir la fiche
Ce tableau marque la fin de l'histoire, évoquant le crépuscule fatidique où Didon est abandonnée par son amant. L'ambiance est soulignée par quelques vers d'un poème de Turner intitulé The Fallacies of Hope :
The Orient moon shone on the departing fleet,
Nemesis invoked, the priest held the poisoned cup.
La lune de l'Orient brillait sur la flotte en partance,
Le prêtre, invoquant Némésis, tenait la coupe de poison.
Ian Warrell, trad. Jean-François Allain (Catalogue de l'exposition "Turner et le Lorrain", Musée des Beaux-Arts, Nancy : Ed. Hazan, Paris 2002).
Joseph Mallord William Turner
Énée, Ascagne (Cupidon) et Didon sur le tombeau de Sychée
Huile sur toile
exposé en 1850
Londres, Tate Britain N00555

Dans la série des quatre toiles exposées en 1850 il faut inclure une œuvre disparue : Le récit d'Énée à Didon
 
Bibliographie :
  • Gerald Finley, Angel in the Sun : Turner’s Vision of History, Montreal, McGill-Queen's University Press, 1999
  • Jean-Claude Boyer, Claude le Lorrain et le monde des dieux, Ed. RMN, Paris 2001 (catalogue de l'exposition d'Epinal, musée départemental d'art ancien et contemporain ; 12 mai - 20 août 2001)
  • Ian Warrell, trad. Jean-François Allain, Turner et le Lorrain, Ed. Hazan, Paris 2002 (catalogue de l'exposition de Nancy, musée des Beaux-Arts ; 13 décembre 2002 - 17 mars 2003).
  • Marcel Rothlisberger, Tout l’œuvre peint de Claude Lorrain, Les classiques de l’art, Flammarion, Paris, 1977 (rééd.1986).
  • Irène Aghion, Claire Barbillon, François Lissarrague, Héros et dieux de l'antiquité - Guide iconographique. Collection Tout l'art. Flammarion, 1994 rééd. 2008.

Suggestions pour l'étude d'autres œuvres à sujet mythologique ou historique :

Claude Gellée

(les références au Liber Veritatis (L.V. N°...) renvoient au site du British Museum)

  • Paysage avec un port et une scène d'embarquement (v.1627, coll.privée).
Le sujet n'est pas déchiffré : Hélène suivant Pâris ? Cléopâtre prenant congé d'Antoine ? Didon rendant visite à Énée ? ...) [in Jean-Claude Boyer, op.cit., p.36 sq.]. Quoi qu'il en soit le tableau est à rapprocher de la toile d'Agostino Tassi (dont Claude Gellée reçut les leçons à son arrivée à Rome), l'Imbarco di Sant'Elena, vers 1625, collection privée :
  • Paysage avec l'enlèvement d'Europe
Ce tableau peut être rapproché de la composition de Domenico Zampieri (dit Il Domenichino), partie d'une série de dix fresques dédiées à Apollon, vers 1616-1618, exécutées pour la Villa Aldobrandini à Frascati, la plupart détachées sur toile et conservées à Londres, National Gallery. - ICONOS -  Fondazione Zeri 
-  
Autres versions :
  • Pendant du précédent : Paysage avec Céphale et Procris réunis par Diane : 55 x 45 cm, vers 1645 ? Rome, Palazzo Doria Pamphilj, Galleria Aldobrandini inv.282 : * Voir la fiche
Autres versions :
  • Bacchus et Ariane à Naxos, dit aussi Marine avec Ésaque et Hespérie ou Ulysse apparaissant à Nausicaa (1656, Elmira, Arnot Art Museum. Ce tableau est mentionné sur notre site dans le dossier consacré à "Ariane". * Voir la fiche qui le concerne.
"Uranie", œuvre romaine d'après un original du IVe siècle.
Musées du Capitole, Palais des Conservateurs inv.806 - Census Database
Copies aux Tuileries et à Versailles
Claude le Lorrain, Étude pour une statue antique. 1630-1635.
Londres,  British Museum inv. Oo,6.1

Turner

Ce tableau doit être rapproché du Paysage avec Jacob et Laban et ses filles, de Claude Gellée (vers 1654, Petworth House, The Egremont Collection, National Trust), comme c'est le cas, plus complexe, de Palestrina (1828, ci-dessous) 
  • La baie de Baïes avec Apollon et la Sibylle (exposé en 1823, Londres, T.B.) - ICONOS

  • Vision de Medée (1828, Londres, Tate Britain)
  • Palestrina - Composition (1828, exposé en 1830, Londres, Tate Britain). 
"La dette de Turner envers le Lorrain (Paysage avec Jacob et Laban et ses filles, National Trust) est apparente au niveau de la structure du tableau, notamment dans cette avenue qui s'enfonce à droite, attirant le spectateur dans l'intérieur de l'image, bien que le pont propose à gauche un autre itinéraire. L'utilisation du mot composition dans le titre choisi par Turner montre bien que ce type de paysage claudien est une accumulation de "morceaux de nature" et non une transcription pure et simple de ce qu'il voit à partir d'un unique point de vue." (Ian Warrell, Jean-François Allain, op.cit.)
Ce tableau est à rapprocher de Claude le Lorrain, Port de mer avec la Villa Médicis, 1638, Florence, Galerie des Offices - Web Gallery of Art  - Liber Veritatis N° 28.
Retour à la page "Énée et Didon" Retour à la page "Enfers et prophétie"
Menu
Langues anciennes 
dans l'académie de Nancy-Metz