Bulletin N° 17
Avril 2016
 
SOMMAIRE du numéro 17
(Au besoin, n'oubliez pas d'actualiser cette page, qui a pu être conservée dans le cache de votre navigateur)
  • Éditorial
  • Idées
  • L'histoire des mots 
  • Dans la classe et pour le professeur
  • Le latin et l'informatique 
  • La rubrique des lecteurs 
  • Le sommaire de tous les numéros parus
  • * * *
    Éditorial
             Février 2015 : c’est le théâtre qui était au cœur de notre Journée des langues anciennes et les spectateurs réunis à la Manufacture pour ce spectacle bien particulier qu’est une intervention de Florence Dupont ont pu mesurer toute la modernité des lectures proposées à cette occasion. Cette journée entre en résonnance avec bien des démarches de nos cours de langues anciennes. Il nous a donc semblé intéressant de faire du théâtre et plus généralement de l’oral un fil conducteur de ce nouveau numéro du Bulletin des langues anciennes.

    Car on parle latin et grec dans les cours de Langues et Culture de l’Antiquité.

    Bien sûr, on lit (avec quel plaisir, et quelle fierté pour les débutants !) à voix haute, mais on se salue aussi en latin, on répond à des questions et des consignes formulées dans une langue digne de Cicéron, on ose quelques phrases pour décrire une image ou se présenter, on « oralise ». On revient sur des expressions latines passées telles quelles dans les pages roses du dictionnaire et dans notre langue. On récite également, on met en voix les textes étudiés. Dans une perspective plus scolaire et pratique, on s’enregistre, aussi, par exemple pour se préparer à l’épreuve facultative du baccalauréat. Les nouvelles technologies introduisent en outre des temps d’écoute : les ressources se multiplient, mettant à portée des enseignants imaginatifs de plus en plus de textes anciens lus par des professionnels, pour le plus grand plaisir des élèves. On ose enfin le théâtre en costumes, sur les lieux mêmes parfois où les Gallo-Romains de nos régions ont laissé leurs traces.

    Outre ces articles, vous trouverez d’autres preuves de l’inventivité déployée par les professeurs de lettres classiques. Enseignants épris de savoir, ils ont bien sûr le goût de la recherche spécialisée. Ils apprécient d’être en contact avec les dernières découvertes de la recherche, et la conférence très dense donnée le 31 mars par madame Jouanna-Bouchet a été l’occasion de le vérifier, tout en découvrant quelques passages de l’œuvre du médecin Scribonius, œuvre encore inédite en France. Enseignants curieux, ils aiment à découvrir dans le détail les œuvres du programme : Longus et Sénèque ont fait l’objet de nombreux travaux stimulants. Enseignants ouverts, ils n’hésitent pas non plus à expérimenter encore et toujours les outils numériques pour renouveler et élargir leurs pratiques.

    Autant de preuves de dynamisme dont vous aurez ici un aperçu. Oui, comme le dit l’une de nos rédactrices, « Le latin est vivant. »

    Marie-Laurence Kieffer, IA-IPR de Lettres


Coordination du bulletin :
 
S. Gaudel : sophie.gaudel@ac-nancy-metz.fr

Rappel : La rubrique des lecteurs est ouverte à tous ! 
@S.G.
 
     
  Menu général
du site Langues anciennes

sommaire
de ce numéro