Ovide ... quelques métamorphoses végétales

Quercus robur                                         Tilia cordata
Philémon
et
Baucis...
 
Les vers d'Ovide : Les métamorphoses, Livre VIII
La lecture des latinistes
La fable de La Fontaine
Complément : iconographie
 
Philémon et Baucis

                    [...] "Inmensa est finemque potentia caeli
                    non habet, et quicquid superi uoluere, peractum est.
             620  Quoque minus dubites, tiliae contermina quercus 
                    collibus est Phrygiis modico circumdata muro ;
                    ipse locum uidi ; nam me Pelopeia Pittheus
                    misit in arua suo quondam regnata parenti.
                    Haud procul hinc stagnum est, tellus habitabilis olim,
             625  nunc celebres mergis fulicisque palustribus undae.
                    Iuppiter huc specie mortali cumque parente
                    uenit Atlantiades positis caducifer alis.
                    Mille domos adiere locum requiemque petentes,
                    mille domos clausere serae. Tamen una recepit,
             630  parua quidem, stipulis et canna tecta palustri ;
                    sed pia Baucis anus parilique aetate Philemon
                    illa sunt annis iuncti iuuenalibus, illa
                    consenuere casa paupertatemque fatendo
                    effecere leuem nec iniqua mente ferendo.
             635  Nec refert, dominos illic famulosne requiras ;
                    tota domus duo sunt, idem parentque iubentque.
                    Ergo ubi caelicolae paruos tetigere penates
                    summissoque humiles intrarunt uertice postes,
                    membra senex posito iussit releuare sedili.
             640  Quo super iniecit textum rude sedula Baucis
                    inque foco tepidum cinerem dimouit et ignes
                    suscitat hesternos foliisque et cortice sicco
                    nutrit et ad flammas anima producit anili
                    multifidasque faces ramaliaque arida tecto
             645  detulit et minuit paruoque admouit aeno. 
                    Quodque suus coniunx riguo conlegerat horto,
                    truncat holus foliis ; furca leuat illa bicorni
                    sordida terga suis nigro pendentia tigno
                    seruatoque diu resecat de tergore partem
             650  exiguam sectamque domat feruentibus undis.
                    Interea medias fallunt sermonibus horas
             655  concutiuntque torum de molli fluminis ulua 
                    inpositum lecto sponda pedibusque salignis. 
                    Vestibus hunc uelant, quas non nisi tempore festo
                    sternere consuerant ; sed et haec uilisque uetusque
                    uestis erat, lecto non indignanda saligno.
             660  Adcubuere dei. Mensam succincta tremensque 
                    ponit anus, mensae sed erat pes tertius inpar ;
                    testa parem fecit ; quae postquam subdita cliuum
                    sustulit, aequatam mentae tersere uirentes.
                    Ponitur hic bicolor sincerae baca Mineruae
             665  conditaque in liquida corna autumnalia faece 
                    intibaque et radix et lactis massa coacti
                    ouaque non acri leuiter uersata fauilla,
                    omnia fictilibus. Post haec caelatus eodem
                    sistitur argento crater fabricataque fago                    
            670  pocula, qua caua sunt, flauentibus inlita ceris.
                    Parua mora est, epulasque foci misere calentes,
                    nec longae rursus referuntur uina senectae
                    dantque locum mensis paulum seducta secundis.
                    Hic nux, hic mixta est rugosis carica palmis


          
675  prunaque et in patulis redolentia mala canistris
                    et de purpureis conlectae uitibus uuae,
                    candidus in medio fauus est ; super omnia uultus
                    accessere boni nec iners pauperque uoluntas.
                         'Interea totiens haustum cratera repleri
             680  sponte sua per seque uident succrescere uina ; 
                    attoniti nouitate pauent manibusque supinis
                    concipiunt Baucisque preces timidusque Philemon
                    et ueniam dapibus nullisque paratibus orant.
                    Vnicus anser erat, minimae custodia uillae :
             685  Quem dis hospitibus domini mactare parabant ;
                    ille celer penna tardos aetate fatigat
                    eluditque diu tandemque est uisus ad ipsos
                    confugisse deos : Superi uetuere necari
                    "di" que "sumus, meritasque luet uicinia poenas
             690  inpia" dixerunt ; "uobis inmunibus huius 
                    esse mali dabitur ; modo uestra relinquite tecta
                    ac nostros comitate gradus et in ardua montis
                    ite simul !" Parent ambo baculisque leuati
                    nituntur longo uestigia ponere cliuo.
            695   Tantum aberant summo, quantum semel ire sagitta
                    missa potest ; flexere oculos et mersa palude
                    cetera prospiciunt, tantum sua tecta manere ;
                    dumque ea mirantur, dum deflent fata suorum,
                    illa uetus dominis etiam casa parua duobus
             700  uertitur in templum ; furcas subiere columnae ;
                    stramina flauescunt aurataque tecta uidentur
                    caelataeque fores adopertaque marmore tellus.
                    Talia tum placido Saturnius edidit ore :
                    "Dicite, iuste senex et femina coniuge iusto
             705  digna, quid optetis." Cum Baucide pauca locutus 
                    iudicium superis aperit commune Philemon :
                    "Esse sacerdotes delubraque uestra tueri
                    poscimus, et quoniam concordes egimus annos,
                    auferat hora duos eadem, nec coniugis umquam
             710  busta meae uideam, neu sim tumulandus ab illa." 
                    Vota fides sequitur ; templi tutela fuere,
                    donec uita data est. Annis aeuoque soluti
                    ante gradus sacros cum starent forte locique
                    narrarent casus, frondere Philemona Baucis,
             715  Baucida conspexit senior frondere Philemon. 
                    Iamque super geminos crescente cacumine uultus
                    mutua, dum licuit, reddebant dicta "uale" que
                    "o coniunx" dixere simul, simul abdita texit
                    ora frutex. Ostendit adhuc Thyneius illic
             720  incola de gemino uicinos corpore truncos. 
                    Haec mihi non uani (neque erat, cur fallere uellent)
                    narrauere senes. Equidem pendentia uidi
                    serta super ramos ponensque recentia dixi
                    "cura deum di sint, et, qui coluere, colantur."
 
Ovide, Métamorphoses, VIII

Jupiter et Mercure, Philémon et Baucis : illustration des Métamorphoses, Bruxelles, 1677. Voir ci-dessous  (*)
Les noces d'un chêne et d'un tilleul

Immense est la puissance du ciel, elle est sans bornes ; quoi qu'ils veuillent en haut, c’est accompli. Pour lever tes doutes, il y a dans les collines Phrygiennes, côte à côte, un tilleul et un chêne, entourés d’un simple enclos ; moi-même j’ai vu l’endroit, car Pitthée m’envoya aux terres de Pélops, où régna jadis son père. 
Non loin de là est une nappe d’eau, autrefois terre habitée, maintenant grouillant de plongeons et de foulques à marais.
Jupiter vint là sous une figure mortelle et, accompagnant son père, le porteur de caducée descendant d’Atlas, qui avait ôté ses ailes. Mille maisons ils approchèrent y demandant place et repos, mille maisons se fermèrent au verrou. 
Une seule malgré tout les reçut, petite il est vrai, un toit de chaumes et du jonc de marais, mais dans cette chaumière, la pieuse Baucis, une vieille femme, et, du même âge qu’elle, Philémon se sont unis dans leurs jeunes années ; là ils ont vieilli et fait leur pauvreté légère en l'admettant et la supportant sans chagrin. Et il n’y a pas lieu de rechercher ici maîtres ni serviteurs : à eux deux, ils sont toute la maison, mêmement  ordonnant et obéissant. 
Donc dès que les habitants du ciel eurent gagné les humbles pénates et que, courbant la tête, ils eurent franchi la petite porte, le vieillard installa un banc, les invitant à se reposer. La diligente Baucis y jeta une toile grossière et, dans le foyer, écarta la cendre tiède, ravivant les braises de la veille en les alimentant de feuilles et d’écorce sèche, et de son souffle de vieille femme les poussant jusqu’aux flammes. De la soupente elle descendit de la torche bien fendue et des brindilles séchées, les cassant menu et les bourrant sous un petit chaudron.
Son mari était allé cueillir du légume dans le frais jardin ; elle l’épluche ; avec une fourche à deux dents elle décroche à la noire solive le lard sali d’un porc, et à ce morceau longtemps conservé découpe un petit quartier qu’elle amollit, en tranches, dans l’eau bouillante. Ce faisant ils trompent le temps par leurs bavardages, battent le coussin de joncs moelleux du fleuve, placé sur la banquette au bois et aux pieds d’osier. Ils la couvrent d’un tapis qu’ils n’avaient l’habitude d’étendre que les jours de fête ; mais c’était une étoffe vieille et ordinaire, dont n’avait pas à s'offenser un lit d’osier.
Les dieux s’y étendirent. La vieille, retroussée et tremblante, installe la table, mais le troisième pied était boiteux : elle l’équilibra avec un tesson ; cette cale relève la pente, et la table, d'aplomb, est essuyée avec des menthes vertes.
La baie naturelle de Minerve, en deux couleurs, y est posée, et des cornouilles d’automne, confites dans la lie vineuse, et des chicorées, du raifort, un fromage, des œufs retournés prestement sous la braise modérée, le tout dans des jattes d’argile. Ensuite est servi un cratère ciselé de même argenterie, avec des coupes façonnées dans le hêtre ; en leur gorge elles sont dorées d'une couche de cire.
Il tarde peu que les plats chauds du foyer soient présentés ; le vin qui n’a pas longuement vieilli est rapporté, et mis un peu de côté pour faire place au second service. Alors ce sont noix, figue mêlée à des dattes ridées, prunes, pommes odorantes dans de vastes corbeilles, grappes cueillies aux vignes pourpres. Au milieu c’est un blanc rayon de miel. Par-dessus tout s’ajoutent des visages de bonté et une obligeance qui n'est ni de petitesse ni de misère.
Cependant ils voient que le cratère où l’on puise tant de fois se remplit tout seul et que le vin y monte de lui-même. Effarés par le miracle ils s’apeurent ; mains renversées, effrayés, Baucis et Philémon  prononcent des formules de prière invoquant le pardon pour le repas et l’absence d’apprêts.
Il y avait une oie, unique, vigie du tout petit logis, que les maîtres se disposaient à immoler à leurs hôtes divins ; mais à coups d’aile rapides elle épuise la lenteur de leur âge et se joue longtemps d’eux ; enfin la voici qui se réfugie près des divinités elles-mêmes :  les dieux défendirent de la tuer.
 « Nous sommes dieux, dirent-ils, et vos voisins sans piété subiront le châtiment mérité ; à vous il sera donné d’échapper à ce malheur ; quittez seulement votre toit, accompagnez nos pas et suivez-nous sur la crête de la montagne ! » Tous deux obéissent et, se soulageant à l’aide de bâtons, s'évertuent à gravir la longue côte.
Ils n’étaient séparés du sommet que de ce que peut franchir d’un coup un tir de flèche quand ils tournèrent les yeux ; ils découvrent le spectacle : alors qu’un marais a englouti tout le reste, seule leur maison subsiste. Tandis qu’ils s’en étonnent, tandis qu’ils se lamentent sur le sort de leurs familiers, voici que cette vieille masure, petite même pour deux maîtres, se change en un temple ; des colonnes ont remplacé les montants en fourche ; le chaume blondit, la toiture montre des dorures, la porte des ciselures, la terre un pavement de marbre.
Alors avec douceur le fils de Saturne prit la parole : « Dites, juste vieillard, et toi, femme digne d’un juste époux, ce que vous souhaitez . » 
Après un bref entretien avec Baucis, Philémon révèle aux dieux leur idée commune :  « Nous sollicitons d’être vos prêtres et de veiller sur votre sanctuaire, et puisque nous avons mené notre vie d’un seul cœur, que la même heure nous emporte tous les deux ; que jamais je ne voie le bûcher de mon épouse, que jamais elle n’ait à me mettre au tombeau. » La parole donnée obéit à leurs vœux ; ils furent la garde du temple tant que la vie leur fut donnée. 
Un jour que, défaits par l’âge et les années, ils se tenaient devant les degrés sacrés et racontaient les événements de l’endroit, Baucis vit Philemon se couvrir de feuilles, se couvrir de feuilles le vieux Philemon vit Baucis. Déjà une cime s'élevait au-dessus de leurs deux visages et ils continuaient à se rendre l’un à l’autre leurs paroles, tant qu’ils le purent. « Adieu, mon épousée, adieu, mon épousé », dirent-ils en même temps, en même temps que le bois les enveloppait pour les faire disparaître. 
Encore maintenant l’habitant de Bithynie montre là-bas les troncs voisins faits de leurs deux corps. 
C’est ce que m’ont raconté des vieillards dignes de confiance, et ils n’avaient pas de raisons de vouloir me tromper. Quant à moi, j’ai vu des guirlandes pendre sur les rameaux, et j’en ai mis de nouvelles en disant : « Puissent être dieux ceux qui ont le soin des dieux ; que ceux qui les ont honorés soient honorés. »

 Professeur : Claire Tardioli - Jougnot

A Monseigneur le duc de Vendôme 

Ni l'or ni la grandeur ne nous rendent heureux ;
Ces deux divinités n'accordent à nos vœux
Que des biens peu certains, qu'un plaisir peu tranquille :
Des soucis dévorants c'est l'éternel asile ;
Véritables vautours, que le fils de Japet
Représente, enchaîné sur son triste sommet.
L'humble toit est exempt d'un tribut si funeste :
Le sage y vit en paix, et méprise le reste ;
Content de ces douceurs, errant parmi les bois,
Il regarde à ses pieds les favoris des rois;
Il lit au front de ceux qu'un vain luxe environne
Que la Fortune vend ce qu'on croit qu'elle donne.
Approche-t-il du but, quitte-t-il ce séjour,
Rien ne trouble sa fin : c'est le soir d'un beau jour.
Philémon et Baucis nous en offrent l'exemple :
Tous deux virent changer leur cabane en un temple.
Hyménée et l'Amour, par des désirs constants,
Avaient uni leurs cœurs dès leur plus doux printemps.
Ni le temps ni l'hymen n'éteignirent leur flamme ;
Clothon prenait plaisir à filer cette trame.
Ils surent cultiver, sans se voir assistés,
Leur enclos et leur champ par deux fois vingt étés.
Eux seuls ils composaient toute leur république :
Heureux de ne devoir à pas un domestique
Le plaisir ou le gré des soins qu'ils se rendaient !
Tout vieillit : sur leur front les rides s'étendaient ;
L'amitié modéra leurs feux sans les détruire,
Et par des traits d'amour sut encor se produire.
Ils habitaient un bourg plein de gens dont le coeur
Joignait aux duretés un sentiment moqueur.
Jupiter résolut d'abolir cette engeance.
Il part avec son fils, le dieu de l'Eloquence ;
Tous deux en pèlerins vont visiter ces lieux :
Mille logis y sont, un seul ne s'ouvre aux dieux.
Prêts enfin à quitter un séjour si profane,
Ils virent à l'écart une étroite cabane,
Demeure hospitalière, humble et chaste maison.
Mercure frappe : on ouvre ; aussitôt Philémon
Vient au-devant des dieux, et leur tient ce langage :
Vous me semblez tous deux fatigués du voyage,
Reposez-vous. Usez du peu que nous avons ;
L'aide des dieux a fait que nous le conservons ;
Usez-en ; saluez ces pénates d'argile:
Jamais le Ciel ne fut aux humains si facile
Que quand Jupiter même était de simple bois ;
Depuis qu'on l'a fait d'or, il est sourd à nos voix.
Baucis, ne tardez point : faites tiédir cette onde ;
Encor que le pouvoir au désir ne réponde,
Nos hôtes agréeront les soins qui leur sont dus. 
Quelques restes de feu sous la cendre épandus
D'un souffle haletant par Baucis s'allumèrent :
Des branches de bois sec aussitôt s'enflammèrent.
L'onde tiède, on lava les pieds des voyageurs.
Philémon les pria d'excuser ces longueurs ;
Et, pour tromper l'ennui d'une attente importune,
Il entretint les dieux, non point sur la Fortune,
Sur ses jeux, sur la pompe et la grandeur des rois,
Mais sur ce que les champs, les vergers et les bois
Ont de plus innocent, de plus doux, de plus rare.
Cependant par Baucis le festin se prépare.
La table où l'on servit le champêtre repas
Fut d'ais  non façonnés à l'aide du compas :
Encore assure-t-on, si l'histoire en est crue,
Qu'en un de ses supports le temps l'avait rompue.
Baucis en égala les appuis chancelants
Du débris d'un vieux vase, autre injure des ans.
Un tapis tout usé couvrit deux escabelles :
Il ne servait pourtant qu'aux fêtes solennelles.
Le linge orné de fleurs fut couvert, pour tous mets,
D'un peu de lait, de fruits, et des dons de Cérès.
Les divins voyageurs, altérés de leur course,
Mêlaient au vin grossier le cristal d'une source.
Plus le vase versait, moins il s'allait vidant :
Philémon reconnut ce miracle évident ;
Baucis n'en fit pas moins : tous deux s'agenouillèrent ;
A ce signe d'abord leurs yeux se dessillèrent.
Jupiter leur parut avec ces noirs sourcils
Qui font trembler les cieux sur leurs pôles assis.
«Grand Dieu, dit Philémon, excusez notre faute :
Quels humains auraient cru recevoir un tel Hôte ?
Ces mets, nous l'avouons, sont peu délicieux :
Mais, quand nous serions rois, que donner à des dieux ?
C'est le coeur qui fait tout : que la terre et que l'onde
Apprêtent un repas pour les maîtres du monde ;
Ils lui préféreront les seuls présents du coeur. »
Baucis sort à ces mots pour réparer l'erreur.
Dans le verger courait une perdrix privée,
Et par de tendres soins dès l'enfance élevée ;
Elle en veut faire un mets, et la poursuit en vain :
La volatile échappe à sa tremblante main ;
Entre les pieds des dieux elle cherche un asile.
Ce recours à l'oiseau ne fut pas inutile :
Jupiter intercède. Et déjà les vallons
Voyaient l'ombre en croissant tomber du haut des monts.
Les dieux sortent enfin, et font sortir leurs Hôtes. 
De ce bourg, dit Jupin, je veux punir les fautes : 
Suivez-nous. Toi, Mercure, appelle les vapeurs. 
O gens durs ! vous n'ouvrez vos logis ni vos cœurs ! 


Il dit : et les autans troublent déjà la plaine. 
Nos deux époux suivaient, ne marchant qu'avec peine ; 
Un appui de roseau soulageait leurs vieux ans : 
Moitié secours des dieux, moitié peur, se hâtants, 
Sur un mont assez proche enfin ils arrivèrent ; 
A leurs pieds aussitôt cent nuages crevèrent. 
Des ministres du dieu les escadrons flottants 
Entraînèrent, sans choix, animaux, habitants, 
Arbres, maisons, vergers, toute cette demeure ; 
Sans vestige du bourg, tout disparut sur l'heure. 
Les vieillards déploraient ces sévères destins. 
Les animaux périr ! car encor les humains, 
Tous avaient dû tomber sous les célestes armes. 
Baucis en répandit en secret quelques larmes. 
Cependant l'humble toit devient temple, et ses murs 
Changent leur frêle enduit aux marbres les plus durs. 
De pilastres massifs les cloisons revêtues 
En moins de deux instants s'élèvent jusqu'aux nues ; 
Le chaume devient or ; tout brille en ce pourpris ; 
Tous ces événements sont peints sur le lambris. 
Loin, bien loin les tableaux de Zeuxis et d'Apelle! 
Ceux-ci furent tracés d'une main immortelle. 
Nos deux époux, surpris, étonnés, confondus, 
Se crurent, par miracle, en l'Olympe rendus. 
Vous comblez, dirent-ils, vos moindres créatures ; 
Aurions-nous bien le coeur et les mains assez pures 
Pour présider ici sur les honneurs divins, 
Et prêtres vous offrir les vœux des pèlerins ? 
Jupiter exauça leur prière innocente. 
Hélas ! dit Philémon, si votre main puissante 
Voulait favoriser jusqu'au bout deux mortels, 
Ensemble nous mourrions en servant vos autels : 
Clothon ferait d'un coup ce double sacrifice ; 
D'autres mains nous rendraient un vain et triste office: 
Je ne pleurerais point celle-ci, ni ses yeux 
Ne troubleraient non plus de leurs larmes ces lieux. 
Jupiter à ce vœu fut encor favorable. 
Mais oserai-je dire un fait presque incroyable ? 
Un jour qu'assis tous deux dans le sacré parvis
Ils contaient cette histoire aux pèlerins ravis,
La troupe, à l'entour d'eux, debout prêtait l'oreille ;
Philémon leur disait : Ce lieu plein de merveille
N'a pas toujours servi de temple aux immortels :
Un bourg était autour, ennemi des autels,
Gens barbares, gens durs, habitacle d'impies ;
Du céleste courroux tous furent les hosties.
Il ne resta que nous d'un si triste débris :
Vous en verrez tantôt la suite en nos lambris ;
Jupiter l'y peignit. En contant ces annales,
Philémon regardait Baucis par intervalles ;
Elle devenait arbre, et lui tendait les bras ;
Il veut lui tendre aussi les siens, et ne peut pas.
Il veut parler, l'écorce a sa langue pressée.
L'un et l'autre se dit adieu de la pensée :
Le corps n'est tantôt plus que feuillage et que bois.
D'étonnement la troupe, ainsi qu'eux, perd la voix,
Même instant, même sort à leur fin les entraîne ;
Baucis devient tilleul, Philémon devient chêne.
On les va voir encore, afin de mériter
Les douceurs qu'en hymen Amour leur fit goûter :
Ils courbent sous le poids des offrandes sans nombre.
Pour peu que des époux séjournent sous leur ombre,
Ils s'aiment jusqu'au bout, malgré l'effort des ans.
Ah ! si. .. Mais autre part j'ai porté mes présents.
Célébrons seulement cette métamorphose.
Des fidèles témoins m'ayant conté la chose,
Clio me conseilla de l'étendre en ces vers,
Qui pourront quelque jour l'apprendre à l'univers :
Quelque jour on verra chez les Races futures
Sous l'appui d'un grand nom passer ces aventures.

Vendôme, consentez au los que j'en attends :
Faites-moi triompher de l'envie et du temps ;
Enchaînez ces démons, que sur nous ils n'attentent,
Ennemis des héros et de ceux qui les chantent.
Je voudrais pouvoir dire en un style assez haut
Qu'ayant mille vertus vous n'avez nul défaut.
Toutes les célébrer serait oeuvre infinie ;
L'entreprise demande un plus vaste génie :
Car quel mérite enfin ne vous fait estimer ?
Sans parler de celui qui force à vous aimer ?
Vous joignez à ces dons l'amour des beaux ouvrages,
Vous y joignez un goût plus sûr que nos suffrages :
Don du Ciel, qui peut seul tenir lieu des présents
Que nous font à regret le travail et les ans.
Peu de gens élevés, peu d'autres encor même,
Font voir par ces faveurs que Jupiter les aime.
Si quelque enfant des dieux les possède, c'est vous ;
Je l'ose dans ces vers soutenir devant tous.
Clio, sur son giron, à l'exemple d'Homère,
Vient de les retoucher, attentive à vous plaire :
On dit qu'elle et ses soeurs, par l'ordre d'Apollon,
Transportent dans Anet tout le sacré Vallon:
Je le crois. Puissions-nous chanter sous les ombrages
Des arbres dont ce lieu va border ses rivages !
Puissent-ils tout d'un coup élever leurs sourcis,
Comme on vit autrefois Philémon et Baucis ! 




La Fontaine, Fables, XII, 25

(*) Cette représentation apparaît d'abord dans l'ouvrage d'Otto Van Veen, dit Vaenius (Leyde, 1556 - Bruxelles, 1629), Q. Horatii Flacci Emblemata, Anvers, 1607, pl. 87 (WIID).
On la retrouve dans des éditions des Métamorphoses, à Bruxelles  (1677)
Bayerische Staatsbibliothek : Münchener Digitalisierungszentrum
puis à Amsterdam : 1703 et 1732, Bernard Picart.
Voir aussi la scuplture anonyme en bois du Rijksmuseum (XVIIIe s.)


Jacob van Oost l'Ancien (1601 - 1671), Jupiter et Mercure chez Philémon et Baucis
huile sur toile, 166,1 x 234,3 cm. Fine Arts Museums of San Francisco (Search : "Philemon")


Jacob Jordaens (1593 - 1678) (atelier), Jupiter et Mercure en visite chez Philémon et Baucis, 1650,
huile sur toile, 90 x 118 cm, Helsinki, Musée National
Voir aussi la version 51,5 x 77,5 cm, collection privée (RKD)( Tajan), le dessin du musée du Louvre (RMN - Base Joconde), celui de Besançon (Base Joconde) et la gravure de  Nicolaes Lauwers à Chiari, Pinacoteca Repossi


Rembrandt van Rijn (1606 - 1669) (atelier), Philémon et Baucis, 1658,
huile sur bois, 54,5 x 68,5 cm., Washington, The National Gallery of Art
Autres images : Web Gallery of Art - Fondation Jacques-Edouard Berger -  RKD

Voir aussi, notamment : 

Adam Elsheimer, Jupiter, Mercure, Philémon et Baucis
huile sur cuivre, 16,5 x 22,5 cm., vers 1609-1610, Dresde, Gemäldegalerie :
Web Gallery of Art. - http://fr.wikipedia.org/
  • Hendrik Goudt (d'après Elsheimer), Jupiter et Mercure dans la maison de Philémon et Baucis, 1612, 16,3 x 21,8 cm, notamment à San Francisco, Fine Arts Museums (Search : Philemon).Voir aussi la version 22,5 x 26,2 cm, collection privée : RKD - WIID 

Hendrik Goudt (d'abord attribué à Elsheimer), Jupiter et Mercure dans la maison de Philémon et Baucis, gouache, 91 x 124 mm., National Gallery of Scotland : WIID -
Voir le dessin du British Museum et celui du Louvre


Bartolomeo Suardi dit Bramantino (vers 1460-1530) : Jupiter et Mercure chez Philémon et Baucis
huile sur bois, 57,5 x 78 cm, vers 1500, Cologne, Wallraf-Richartz Museum - Fondation Corboud :
Ciudad de la pintura - WIID


Pierre Paul Rubens, Paysage de tempête avec Philémon, Baucis, Jupiter et Mercure 
(au début du "déluge"), 1625,  huile sur bois, 147 x 209 cm
Vienne, Kunsthistorisches Museum  : Web Gallery of Art.- WIID


Atelier de Rubens, Jupiter et Mercure chez Philémon et Baucis, huile sur toile, 153,5 x 187 cm., vers 1625, 
Vienne, Kunsthistorisches Museum


Emanuel de Witte, Jupiter et Mercure chez Philémon et Baucis, huile sur bois, 54 x 62 cm, 1647, Delft, Stedelijk Museum Het Prinsenhof
RKD - The Memory of the Netherlands


La métamorphose de Philémon et Baucis. 
Gravure non signée pour Isaac de Benserade : Ovide, Métamorphoses en rondeaux. Imprimez et enrichis de figures par ordre de Sa Majesté et dediez à Monseigneur Le Dauphin. Paris, Imprimerie Royale, 1676.
http://www.textesrares.com/grav/grav00.php


Jean-Bernard Restout (1732 - 1797),
Philémon et Baucis donnant l'hospitalité à Jupiter et à Mercure, huile sur toile,  119 x 163 cm,
Tours,
Musée des Beaux-Arts :- Base Joconde - Utpictura 18
31.5 x 41.8 cm, esquisse du tableau de Tours, vers 1769, Toulouse, musée des Augustins : WIID
  • Jean-Auguste Dominique Ingres (1780 - 1867), Philémon et Baucis recevant chez eux Jupiter, mine de plomb, 1801, Le Puy-en-Velay, Musée Crozatier. : WIID
  • Jean-Auguste Dominique Ingres, Philémon et Baucis recevant chez eux Jupiter, crayon, lavis de bistre, 1855, Bayonne, musée Bonnat : RMN. Voir aussi la version de 1816, collection privée
  • Hubert Denis Etcheverry (1867-1950), Philémon, Baucis, Jupiter, Mercure, 1892, huile sur toile, Bayonne, musée Bonnat : RMN

Margit Kovács (Hongrie, 1902-1977), Philémon et Baucis, céramique
Les illustrations d'Antonio Tempesta (1585, 1606),
Johan Wilhelm Baur, Ovidii Metamorphosis (1703),
Virgil Solis (1563) : l'accueil chez Philémon et Baucis, la métamorphose de Philémon et Baucis devant le temple.
Bernard Salomon,  La Metamorphose d'Ovide (1583) ;
Lodovico Dolce,  Le Transformationi (1568) ;
Johann Ulrich Krauss,  Die Verwandlungen des Ovidii
Nathan Brooks, The Metamorphoses of Publius Ovidius Naso (1849).

Retour à l'index des textes d'Ovide   Langues anciennes
académie de Nancy-Mtz