Ovide ... quelques métamorphoses végétales

Michel Ange, La chute de Phaéton, la douleur des Héliades
vers 1533, British Museum
Les Héliades...
 
Les vers d'Ovide : Les métamorphoses, Livre II
La lecture des latinistes
Complément : iconographie choisie
 
Les Héliades
Phaéthon a voulu conduire le char de son père Hélios. Mais l'aventure menace le monde d'embrasement. Jupiter décide d'y mettre fin. L'ambition du jeune héros sera punie.

                                At pater omnipotens, Superos testatus et ipsum 
                305      qui dederat currus, nisi opem ferat, omnia fato 
                            interitura graui, summam petit arduus arcem, 
                            unde solet latis nubes inducere terris, 
                            unde mouet tonitrus uibrataque fulmina iactat. 
                            Sed neque quas posset terris inducere nubes 
                310       tunc habuit, nec quos caelo demitteret imbres. 
                            Intonat et dextra libratum fulmen ab aure 
                            misit in aurigam pariterque animaque rotisque 
                            expulit et saeuis conpescuit ignibus ignes. 
                            Consternantur equi et saltu in contraria facto 
                315       colla iugo eripiunt abruptaque lora relinquunt. 
                            Illic frena iacent, illic temone reuulsus 
                            axis, in hac radii fractarum parte rotarum 
                            sparsaque sunt late laceri uestigia currus. 
                                At Phaethon rutilos flamma populante capillos 
                320       uoluitur in praeceps longoque per aera tractu 
                            fertur, ut interdum de caelo stella sereno 
                            etsi non cecidit, potuit cecidisse uideri. 
                            Quem procul a patria diuerso maximus orbe 
                            excipit Eridanus fumantiaque abluit ora. 
                325       Naides Hesperiae trifida fumantia flamma 
                            corpora dant tumulo, signant quoque carmine saxum :
                            « Hic situs est Phaethon currus auriga paterni 
                            quem si non tenuit magnis tamen excidit ausis.» 
                                Nam pater obductos luctu miserabilis aegro 
                330       condiderat uultus, et, si modo credimus, unum 
                            isse diem sine sole ferunt : Incendia lumen 
                            praebebant aliquisque malo fuit usus in illo. 
 

                          At Clymene, postquam dixit quaecumque fuerunt 
                          in tantis dicenda malis, lugubris et amens 
              335       et laniata sinus totum percensuit orbem
                          exanimesque artus primo, mox ossa requirens, 
                          repperit ossa tamen peregrina condita ripa, 
                          incubuitque loco, nomenque in marmore lectum 
                          perfudit lacrimis et aperto pectore fouit.
              340       Nec minus Heliades lugent et inania morti 
                          munera dant lacrimas et caesae pectora palmis 
                          non auditurum miseras Phaethonta querellas 
                          nocte dieque uocant, adsternunturque sepulcro. 
                          Luna quater iunctis implerat cornibus orbem ; 
              345       illae more suo, nam morem fecerat usus, 
                          plangorem dederant. E quis Phaethusa, sororum 
                          maxima, cum uellet terra procumbere, questa est 
                          deriguisse pedes ; ad quam conata uenire 
                          candida Lampetie subita radice retenta est ; 
              350       tertia, cum crinem manibus laniare pararet, 
                          auellit frondes ; haec stipite crura teneri, 
                          illa dolet fieri longos sua bracchia ramos. 
                          Dumque ea mirantur, complectitur inguina cortex, 
                          perque gradus uterum pectusque umerosque manusque 
             355        ambit, et exstabant tantum ora uocantia matrem. 
                          Quid faciat mater, nisi, quo trahat impetus illam, 
                          huc eat atque illuc et, dum licet, oscula iungat ? 
                          Non satis est ; truncis auellere corpora temptat 
                          et teneros manibus ramos abrumpit ; at inde 
             360       sanguineae manant, tamquam de uulnere guttae. 
                         "Parce, precor, mater" quaecumque est saucia, clamat, 
                          "parce, precor ! Nostrum laceratur in arbore corpus. 
                          Iamque uale." — cortex in uerba nouissima uenit. 
                          Inde fluunt lacrimae, stillataque sole rigescunt 
              365      de ramis electra nouis, quae lucidus amnis 
                          excipit et nuribus mittit gestanda Latinis.

Origines de l'ambre :

Alors le père tout-puissant prit à témoin les dieux d’en haut, et celui même qui avait donné son char : sans secours, tout était voué à une terrible ruine. Il s'élève au sommet des hauteurs d’où il a coutume d’étendre les nuées sur le vaste monde, d’où il ébranle le tonnerre, brandit et darde les éclairs.
Mais il n’eut pas alors de nuages qu’il pût étendre sur le monde, ni de pluies à lancer du ciel. Il tonne et, balançant l’éclair à la hauteur de son oreille droite, il l’envoya sur l’aurige, le délogeant du même coup du char et de la vie : par la furie des flammes il étouffa les flammes.
Les chevaux s’épouvantent, se cabrent d’un bond, arrachent du joug leur cou, rompent les sangles et s’en dégagent. Là gisent les brides, là l’essieu et le timon désassemblés, en cet endroit les rayons des roues brisées, et les débris du char disloqué sont disséminés au loin.
Quant à Phaéthon, tandis que le feu ravage sa chevelure flamboyante, il roule dans l’abîme, porté à travers les airs sur une longue traînée, comme on peut voir parfois du ciel serein la chute d’une étoile qui cependant ne tombe pas.
Loin de sa patrie, à l’autre bout du monde, l'auguste Éridan le reçut qui baigna son visage fumant. Les Naïades de l’Hespérie livrent au tombeau le corps calciné par la flamme à trois pointes et ajoutent sur la pierre une inscription en vers : 

Ci-gît Phaéthon, conducteur du char de son père. 
S’il ne l’a pas maîtrisé, du moins est-il tombé du haut d’une grandiose audace. 
De fait son père, misérable sous les souffrances du chagrin, avait couvert son visage d’un voile, et, à en croire du moins ce qu’on rapporte, un jour s’écoula sans soleil ; c’est l’incendie qui donnait la lumière et il y eut ainsi quelque chose d’utile dans ce désastre.
Quant à Clyméné, elle donna libre cours à tout ce qui dut s'exprimer dans une telle épreuve, puis, éplorée à en perdre la raison, s'étant lacéré la poitrine, elle explora le monde entier, en quête du corps sans vie d'abord, mais bientôt après de ses ossements, ossements qu'elle finit par découvrir, encore étaient-ils ensevelis en des bords étrangers ; elle se jeta sur l'endroit et baigna de ses larmes le nom qu'elle lisait sur le marbre, le réchauffant sur son sein découvert.
Non moindre est l’affliction des Héliades ; vaines offrandes à la mort, elles lui donnent leurs larmes, se frappent la poitrine de leurs paumes ; de Phaéthon qui n’entendrait pas leurs misérables plaintes jour et nuit elles appellent le nom et se couchent à son tombeau. 
Quatre fois la lune, rejoignant ses cornes, avait empli son cercle ; elles, selon leur coutume, car l’habitude avait fait la coutume, se livraient encore aux coups de leur chagrin. Mais voici que parmi elles, Phaéthuse, l’aînée des sœurs, voulant se courber au sol, se plaignit que ses pieds s’étaient raidis ; l’éclatante Lampétie tente de venir à elle, une soudaine racine la paralyse ; la troisième, qui se disposait à s’arracher les cheveux, décroche des feuilles ; celle-ci gémit qu’un tronc arrête ses jambes, celle-là que ses bras s'allongent en rameaux. Pendant qu'elles sont tout à leur stupeur, l’écorce enserre leur taille ; par degrés, elle enlace leur ventre, leur poitrine, leurs épaules et leurs mains ; ne ressortait que leur bouche implorant leur mère. 
Que faire pour  une mère, sinon aller çà et là où l’entraînent ses transports et, pendant qu’elle le peut, joindre leurs baisers ? Ce n’est pas assez ; elle tente d’arracher aux troncs les corps, elle brise de ses mains les tendres rameaux ; mais sanglantes des gouttes s’en écoulent, comme d’une blessure. 
« Pitié, je t’en prie, mère », crie chacune de celles qu’elle a meurtries, « pitié, je t’en prie ! c’est notre corps qui est torturé dans l’arbre. C’en est fait, adieu ! » — l’écorce est venue sur les dernière paroles. 
Des larmes s’en écoulent ; goutte à goutte aux branches nouvelles le soleil durcit l’ambre, que les claires eaux du fleuve recueillent et envoient pour parure aux jeunes femmes du Latium.

  Professeur : Claire Tardioli - Jougnot


Vergilius Solis, illustration du livre II des Métamorphoses, Frankfurt 1563
Après Ovide, quelques images ... 

Rome, l'histoire de Phaéthon : sarcophage,  v. 290 après J.C, villa Borghèse
Le sarcophage Borghèse illustre assez bien l'émergence d'une sorte de baroque "populaire", avec son alacrité sommaire et directe, expressive et comme joyeuse, malgré le tragique du sujet. Le panneau évoque la perturbation du monde terrestre et céleste, l'affolement des forces que déstabilise la présomption fatale de Phaéthon. Ce mythe qu'on produisait, comme celui de Prométhée, sur les théâtre romains transcrivait allégoriquement pour les stoïciens l'embrasement périodique (ekpurôsis) du cosmos. Les chevaux, qu'on dirait de bois, comme des jouets, ont une encolure démesurée. Mais cette démesure donne une impression de surgissement instantané qui, avec la gesticulation disparate des personnages, contribue à la vivacité du tableau. Cependant, les figures sont agencées sur un fond neutre, comme on les juxtaposerait sur un pavement de mosaïque, sans autre profondeur que leur propre stéréométrie matérielle. Robert Turcan, L'Art romain, Flammarion 1995, p.343 sqq.
La chute de Phaéthon et les Héliades
apparaissent sur bon nombre de sarcophages, par exemple :
à Florence, Galerie des Offices, v. 170 après J.-C. (WIID), et Opera del Duomo : sarcophage de Pietro Farnèse, IIe s.(WIID),
à Vérone, Museo Maffeiano (image),
à Copenhague, Ny Carlsberg Glyptotek, IIIème s. après J.C (AKG),
à Saint Pétersbourg, musée de l'Ermitage (IIe s.- image),
au
Louvre (Census Database - LIMC - WIID)...

La mosaïque de Phaéthon à Barrarus (Rougga) - détail
Cf. Slim Hédi. La chute de Phaeton sur une mosaïque de Barrarus-Rougga en Tunisie. In: Comptes-rendus des séances de l'année... - Académie des inscriptions et belles-lettres, 147e année, N. 3, 2003. pp. 1103-1133.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/crai_0065-0536_2003_num_147_3_22628

Plus tard ...


Ovide, Métamorphoses (traduction anonyme), Belgique, Flandre, XVe 
Métamorphose des Héliades
Bibliothèque Nationale de France Richelieu - Manuscrits occidentaux Français 137, Fol. 16
Base Mandragore (Recherche : Cote = "français 137" et Folio = 16)


Histoire de Phaéthon : La métamorphose des Héliades, tapisserie de Bruxelles, vers 1540
Suite de trois panneaux : Ecouen, musée de la Renaissance
RMN


Jean Mignon, La chute de Phaéthon et la métamorphose des Héliades, gravure, vers 1545

rubens.anu.edu.


Michel Ange, La chute de Phaéthon et la métamorphose des Héliades, 1533
Windsor,
 The Royal Collection
Milan, Raccolte Grafiche e Fotografiche del Castello Sforzesco
Web Gallery of Art
Le dessin en titre de cette page est au British Museum
Web Gallery of Art

Francesco di Simone Mosca dit il Moschino (vers 1523 - 1578), La chute de Phaéthon et la douleur des Héliades, marbre, 125 x 96 cm., 
Berlin, Staatliche Museen Preussicher Kulturbesitz, Skulpturensammlung
http://fr.wikipedia.org/wiki
http://www.mlahanas.de/
  • Joseph Heintz (1564 - 1609), La chute de Phaéthon, vers 1595, Leipzig, Museum der bildenden Künste. Web Gallery of Art - Art Renewal Center
  • Ludovico Carracci, La chute de Phaéthon, fresque, 1596 - 1599, Bologne, Collezioni Comunali d'Arte di Palazzo d'Accursio : Fondazione Zeri
  • Guido Reni, La chute de Phaéthon, 1596-1598, fresque, Bologne, Palazzo Zani-Rossi : Utpictura18
  • Guido Reni, Phaéthon, fresque (plafond), Bologne, Palazzo Zani
  • Frans Floris I, La chute de Phaéton, musée du Louvre
  • Giovanni Antonio Bazzi, La chute de Phaéthon sous les yeux des Héliades, 1595 - 1610, Worcester Art Museum : Fondazione Zeri
  • Hans Rottenhammer, La chute de Phaéthon, v. 1604, Berlin, Staatliche Museen : Bildindex (Suche : Phaethon) - New York, The Morgan Library & Museum
  • Jean Mathieu  (1590-1672), La métamorphose des Héliades, gravure (in Ovide, Les Métamorphoses, 1619) : BNF Gallica.

Santi di Tito (1536 - 1603), La métamorphose des Héliades, 1572, Florence, Palazzo Vecchio (studiolo)
THAIS - Fondazione Zeri -http://commons.wikimedia.org/

Johan Wilhelm Baur (1600-1640), gravure pour les Métamorphoses (v. 1639, réimpr. 1703) : 
Heliades in arbores
University of Vermont - University of Virginia


Claude Gellée, dit Le Lorrain, Marine avec les Héliades, v. 1645, Cologne, Wallraf-Richartz Museum
Web gallery of Art ; Ciudad de la pintura - Bildindex

  • Pierre Brebiette (1598-1650), La Mort de Phaéton et la transformation des Héliades, ses soeurs en peupliers, musée du LouvreRMN - Base Joconde
  • Michel Corneille II, Les Héliades changées en peupliers, musée du Louvre
  • Sébastien Le Clerc, dit le vieux (1637-1714), Cygnus et les Héliades pleurent Phaéthon (in Les Métamorphoses en rondeaux, 1676) : Utpictura18 - http://etext.virginia.edu
  • Gaspare Diziani (1689 - 1767), La chute de Phaéthon et la métamorphoses des Héliades, v. 1745-1750 : Washington, National Gallery of Art
  • Giambattista Tiepolo (1711 - 1770), La chute de Phaéthon, Barnard Castle - Bowes Museum : Bildindex (<Suche> <Tiepolo Phaethon
  • Giambattista Tiepolo, La chute de Phaéthon et la métamorphose des Héliades, 1719-1720, Massanzago, Villa Baglioni 
  • Sebastiano Ricci (1659 - 1734), La chute de Phaéthon, 1704, Belluno, Museo Civico  : Web Gallery of Art - Fondazione Zeri - Art Renewal Center 
  • Gérard Hoet le Vieux (1648 - 1733), Le tombeau de Phaéthon pleuré par ses sœurs, dessin, musée du Louvre
  • Charles Monnet (1732 - après 1808), Les Héliades au tombeau de Phaéthon (in Métamorphoses abbé Banier, 1767) : Utpictura18
  • Odilon Redon (1840 - 1916), Phaéthon, 1900 : xroads.virginia.edu/ ; http://www.wikigallery.org/
  • Gustave Moreau, Phaéthon, 1878 : Artcyclopedia.com/ ; Art Renewal Center
  • Giorgio de Chirico (d'après Rubens), La chute de Phaéthon, 1954, Rome, coll. privée : Ciudad de la pintura
  • Sur Greek Mythology Link (Carlos Parada) : Attribué à Jean Mignon (entre 1535 et 1555), La chute de Phaéthon, Musée des beaux arts, Rouen GML ; Bernart Picart, La métamorphose des Héliades (Temple des Muse, 1655) GML (voir aussi http://etext.virginia.edu/) ; Jean-Jacques-François Le Barbier (1738-1826), Phaéthon GML ; Nicolas-André Monsiau (1754-1837), La chute de Phaéthon (Les Métamorphoses d'Ovide, Paris 1806) GML  :
  • Bibliographie :
Maréchaux Pierre. Les métamorphoses de Phaëton : étude sur les illustrations d'un mythe à travers les éditions des «Métamorphoses» d'Ovide de 1484 à 1552. In: Revue de l'Art, 1990, n°90. pp. 88-103.
doi : 10.3406/rvart.1990.347874
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rvart_0035-1326_1990_num_90_1_347874


Claude Monet, Peupliers au bord de l'Epte, 1891, huile sur toile,
National Gallery of Scotland, Edinburgh.

Retour à l'index des textes d'Ovide   Langues anciennes
académie de Nancy-Mtz