Ovide ... quelques métamorphoses végétales
Laurus nobilis Daphné...
 
Les vers d'Ovide : Les métamorphoses, Livre I
La lecture des latinistes du lycée Poincaré à Bar-le-Duc
Complément : Daphné dans l'histoire de l'art
 
Daphné

Phébus a vaincu Python, le serpent à Delphes. 
Pour honorer cette victoire sont institués des jeux « Pythiques ».

               Hic iuuenum quicumque manu pedibusue rotaue 
               uicerat, aesculeae capiebat frondis honorem.
    450      Nondum laurus erat, longoque decentia crine
               tempora cingebat de qualibet arbore Phoebus.
                     Primus amor Phoebi Daphne Peneia, quem non
               fors ignara dedit, sed saeua Cupidinis ira,
               Delius hunc nuper, uicta serpente superbus,
    455      uiderat adducto flectentem cornua neruo
               «quid» que «tibi, lasciue puer, cum fortibus armis ?»
               dixerat : «ista decent umeros gestamina nostros,
               qui dare certa ferae, dare uulnera possumus hosti,
               qui modo pestifero tot iugera uentre prementem
    460      strauimus innumeris tumidum Pythona sagittis.
               Tu face nescio quos esto contentus amores
               inritare tua, nec laudes adsere nostras !»
               filius huic Veneris «figat tuus omnia, Phoebe,
               te meus arcus» ait ; «quantoque animalia cedunt
    465      cuncta deo, tanto minor est tua gloria nostra.»
               Dixit et eliso percussis aere pennis
               inpiger umbrosa Parnasi constitit arce
               eque sagittifera prompsit duo tela pharetra
               diuersorum operum : fugat hoc, facit illud amorem ;
    470      quod facit, auratum est et cuspide fulget acuta,
               quod fugat, obtusum est et habet sub harundine plumbum.
               Hoc deus in nympha Peneide fixit, at illo
               laesit Apollineas traiecta per ossa medullas ;
               protinus alter amat, fugit altera nomen amantis
    475      siluarum latebris captiuarumque ferarum 
               exuuiis gaudens innuptaeque aemula Phoebes :
               Vitta coercebat positos sine lege capillos.
               Multi illam petiere, illa auersata petentes
               inpatiens expersque uiri nemora auia lustrat
    480      nec, quid Hymen, quid Amor, quid sint conubia curat.
               Saepe pater dixit : «Generum mihi, filia, debes,»
               saepe pater dixit : «debes mihi, nata, nepotes» ;
               illa uelut crimen taedas exosa iugales
               pulchra uerecundo suffuderat ora rubore
    485      inque patris blandis haerens ceruice lacertis
               «da mihi perpetua, genitor carissime,» dixit
               «uirginitate frui ! dedit hoc pater ante Dianae.»
               Ille quidem obsequitur, sed te decor iste quod optas
               esse uetat, uotoque tuo tua forma repugnat :
    490      Phoebus amat uisaeque cupit conubia Daphnes,
               quodque cupit, sperat, suaque illum oracula fallunt,
               utque leues stipulae demptis adolentur aristis,
               ut facibus saepes ardent, quas forte uiator
               uel nimis admouit uel iam sub luce reliquit,
    495      sic deus in flammas abiit, sic pectore toto
               uritur et sterilem sperando nutrit amorem.
               Spectat inornatos collo pendere capillos
               et «quid, si comantur ?» ait. Videt igne micantes
               sideribus similes oculos, uidet oscula, quae non
    500      est uidisse satis ; laudat digitosque manusque
               bracchiaque et nudos media plus parte lacertos ;
               si qua latent, meliora putat. Fugit ocior aura
               illa leui neque ad haec reuocantis uerba resistit :  
                    «Nympha, precor, Penei, mane ! non insequor hostis ;

    505      nympha, mane ! Sic agna lupum, sic cerua leonem, 
               sic aquilam penna fugiunt trepidante columbae,
               hostes quaeque suos : Amor est mihi causa sequendi !
               me miserum ! Ne prona cadas indignaue laedi
               crura notent sentes et sim tibi causa doloris !
    510      Aspera, qua properas, loca sunt : Moderatius, oro,
               curre fugamque inhibe, moderatius insequar ipse.
               Cui placeas, inquire tamen : Non incola montis,
               non ego sum pastor, non hic armenta gregesque
               horridus obseruo. Nescis, temeraria, nescis,
    515      quem fugias, ideoque fugis : Mihi Delphica tellus
               et Claros et Tenedos Patareaque regia seruit ;
               Iuppiter est genitor ; per me, quod eritque fuitque
               estque, patet ; per me concordant carmina neruis.
               Certa quidem nostra est, nostra tamen una sagitta
    520      certior, in uacuo quae uulnera pectore fecit !
               inuentum medicina meum est, opiferque per orbem
               dicor, et herbarum subiecta potentia nobis.
               Ei mihi, quod nullis amor est sanabilis herbis
               nec prosunt domino, quae prosunt omnibus, artes !»  
    525           Plura locuturum timido Peneia cursu

               fugit cumque ipso uerba inperfecta reliquit,
               tum quoque uisa decens ; nudabant corpora uenti,
               obuiaque aduersas uibrabant flamina uestes,
               et leuis inpulsos retro dabat aura capillos,
    530      auctaque forma fuga est. Sed enim non sustinet ultra
               perdere blanditias iuuenis deus, utque monebat
               ipse Amor, admisso sequitur uestigia passu.
               Vt canis in uacuo leporem cum Gallicus aruo
               uidit, et hic praedam pedibus petit, ille salutem ;
    535      alter inhaesuro similis iam iamque tenere 
               sperat et extento stringit uestigia rostro,
               alter in ambiguo est, an sit conprensus, et ipsis
               morsibus eripitur tangentiaque ora relinquit :
               Sic deus et uirgo est hic spe celer, illa timore.
    540      Qui tamen insequitur pennis adiutus Amoris,
               ocior est requiemque negat tergoque fugacis
               inminet et crinem sparsum ceruicibus adflat.
               Viribus absumptis expalluit illa citaeque
               uicta labore fugae spectans Peneidas undas
    545      «fer, pater,» inquit «opem ! Si flumina numen habetis,
               qua nimium placui, mutando perde figuram !»
               [Quae facit ut laedar mutando perde figuram.] 
                     Vix prece finita torpor grauis occupat artus,
               mollia cinguntur tenui praecordia libro,
    550      in frondem crines, in ramos bracchia crescunt,
               pes modo tam uelox pigris radicibus haeret,
               ora cacumen habet : remanet nitor unus in illa.
               Hanc quoque Phoebus amat positaque in stipite dextra
               sentit adhuc trepidare nouo sub cortice pectus
   555       conplexusque suis ramos ut membra lacertis
               oscula dat ligno ; refugit tamen oscula lignum.
               Cui deus «at, quoniam coniunx mea non potes esse,
               arbor eris certe» dixit «mea ! semper habebunt
               te coma, te citharae, te nostrae, laure, pharetrae ;
   560       tu ducibus Latiis aderis, cum laeta Triumphum
               uox canet et uisent longas Capitolia pompas ;
               postibus Augustis eadem fidissima custos
               ante fores stabis mediamque tuebere quercum, 
               utque meum intonsis caput est iuuenale capillis,
   565       tu quoque perpetuos semper gere frondis honores !»
               Finierat Paean : Factis modo laurea ramis
               adnuit utque caput uisa est agitasse cacumen.

Gian Lorenzo Bernini, Apollo e Dafne, marbre, h. 243 cm., entre 1622 et 1625. 
Rome, Galleria Borghese
Thais  : 1200 anni di scultura italiana
ICONOS
Fondation Jacues-Edouard Berger
Origines du laurier : les amours de Phœbus et Daphné
       
        Le laurier n’existait pas encore :  parées de sa longue chevelure, Phoebus  ceignait alors  ses tempes de toute espèce de végétaux.

        De Phoebus, Daphné, fille de Pénée fut le premier amour. Cet amour ne fut pas l’œuvre du naïf hasard mais celle de la cruelle colère de Cupidon. Le Délien, fier de sa victoire sur le serpent venait de voir Cupidon tendre une corde pour faire fléchir son arc : « Que fais-tu, toi, faible enfant, avec ces armes puissantes ?» avait-il dit. « C’est à nos épaules que ces objets que tu portes conviennent, nous qui pouvons infliger des coups certains à la bête sauvage, infliger des blessures à l’ennemi, nous qui avons terrassé d’innombrables flèches celui qui par son ventre empoisonné écrasait tant d’arpents, Python le boursouflé. Toi, contente-toi d’allumer je ne sais quelles passions à ce flambeau qui est ton attribut et ne te joins pas à notre gloire.» Le fils de Vénus lui dit : « Ton arc transperce tout, le mien ce sera toi.. Si grand est le dieu auquel tous les animaux se soumettent : mais  ta gloire reste d’autant inférieure à la nôtre.» Ainsi parla-t-il. Sur ce, il frappa l’air en battant des ailes rapidement, s’arrêta sur les hauteurs ombragées du mont Parnasse et, de son carquois muni de flèches, il tira deux traits, ayant des effets différents : l’un fait fuir l’amour, l’autre le fait naître. La flèche qui le fait naître est d’or et brille de sa pointe acérée, celle qui le fait fuir est émoussée et sous le roseau, cache du plomb. Le dieu pointa cette dernière sur la nymphe, fille de Pénée et de l’autre il blessa le cœur d’Apollon, transpercé à travers la moelle profonde de ses os. Soudain, l’un aime, l’autre fuit le nom même d’amante et se réjouit au contraire des cachettes de la forêt et de ses dépouilles de bêtes sauvages : elle devient l’émule de la chaste Diane. Une bandelette retenait ses cheveux laissés sans ordre. Beaucoup cherchèrent à l’atteindre, mais elle, se détournant de ses prétendants, sans pouvoir souffrir ni fréquenter les hommes, elle parcourt les bois sacrés impraticables. Et, elle ne se préoccupe alors ni du dieu Hymen, ni du dieu Amour, ni du mariage. 
        Souvent son père disait : « Un gendre, ma fille, tu me dois ». Souvent son père disait : « Tu me dois, mon enfant, un petit-fils. » Mais celle-ci, haïssant les torches conjugales comme un crime, avait empourpré son beau visage de pudeur et, se pendant au cou de son père de ses bras caressants, lui dit : « Donne-moi, toi si cher qui m’a engendrée, la permission de jouir d’une virginité éternelle ! Le père de Diane l’a jadis accordé à sa fille. » Son père certes, y consent, mais ta beauté, Daphné, t’interdit d’être ce que tu souhaites et ton charme s’oppose à ton vœu : Phoebus aime et, après l’avoir vue, désire ses noces avec Daphné et ce qu’il désire, il l’espère et ses propres oracles le trompent ; et de la même manière qu’une fois les épis moissonnés, brûlent les chaumes légers, de la même manière que les haies prennent feu aux torches, que par hasard, le voyageur a soit trop approchées soit oubliées sous le soleil déjà levé, ainsi le dieu s’enflamma, ainsi il brûle de tout son cœur et nourrit d’espoir son amour vain. Il admire les cheveux sans parure glisser le long de son cou et se demande : « Coiffés, comment seraient-ils ? » . Il voit ses yeux étincelants semblables à des étoiles, il voit sa petite bouche qu’il ne se lasse jamais d’avoir vue, il vante et ses doigts et ses mains et ses poignets et ses bras à moitié dénudés ; quant à tout ce qui est caché il l’imagine plus beau encore. Elle fuit plus vite que la brise légère, cette beauté, et elle ne s’arrête pas aux paroles de son poursuivant :
        « Nymphe, je t’en conjure, fille de Pénée, arrête ! Je ne te poursuis pas en ennemi ; nymphe, arrête ! Il en est ainsi de l’agneau et du loup, ainsi de la biche et du lion, ainsi les colombes battant de l’aile devant l’aigle ; chacun fuit ses ennemis . Mais pour moi, c’est l’amour qui est la cause de ma poursuite ! malheureux que je suis ! Prends garde de ne pas tomber, que les épines n’aillent pas marquer tes jambes indignes d’être blessées et que je ne te sois pas cause de douleur ! Âpres sont les lieux où tu te hâtes : je t’en supplie, cours plus doucement et retiens ta fuite, moi-même plus doucement je te suivrai. Cherche cependant à connaître celui à qui tu plais : moi je ne suis ni un habitant de la montagne, ni un berger, ni le sauvage qui veille aux bêtes du troupeau. Tu ignores, inconsciente, tu ignores qui tu fuis et c’est pour cette raison que tu le fuis. Les contrées de Delphes, de Claros, de Ténédos et la royale Patarée me servent. Jupiter est mon géniteur. Grâce à moi, ce qui sera et ce qui fut et ce qui est, devient visible. Grâce à moi, les chants s’harmonisent aux cordes de la lyre. Mes flèches sont précises, cependant une seule est plus efficace que les miennes : celle qui a percé mon cœur blessé. La médecine est mon invention. On dit que je suis porteur de secours à travers le monde et la force des plantes m’est soumise. Malheur à moi car aucune plante ne guérit l’Amour et mon art, qui est utile à tous, n’est pas utile à son maître ! » 
        Alors qu’il était sur le point d’en dire davantage, la fille de Pénée fuit dans une course craintive et elle l’abandonna, seul avec ses paroles inachevées, restant toujours aussi belle à voir. Les vents dénudaient ses membres, les souffles contraires agitaient et retournaient ses vêtements, la brise légère rejetait ses cheveux en arrière et sa beauté est accrue par sa fuite. Mais de fait, laisser perdre plus longtemps ses douces paroles, le jeune dieu ne le supporte plus : et ainsi qu’Amour lui-même le lui conseillait, il s’élance pour suivre ses traces. Quand un chien gaulois voit un lièvre dans une plaine déserte, et que l’un cherche à atteindre sa proie avec ses pattes et l’autre son salut, l’un des deux comme sur le point de saisir sa  proie, espère déjà et enfin la posséder. Et il resserre ses pas, son museau tendu. L’autre n’est pas sûr d’être pris, et il s’arrache même aux morsures, et abandonne là, la gueule qui l’enserre : c’est de cette manière que le dieu et la vierge sont rapides, l’un poussé par l’espoir, l’autre par la crainte. Cependant, celui qui poursuit, aidé par les ailes de l’Amour, est plus vif, il refuse le repos et vole au-dessus du dos de la fugitive, et il s’approche en soufflant de sa chevelure répandue sur ses épaules. A bout de forces, Daphné pâlit, vaincue par l’effort de sa course rapide, et scrutant les eaux du Pénée, elle dit : « De l’aide, Père ! Si vous, eaux du fleuve, un pouvoir possédez, ce visage par lequel j’ai su trop plaire, faites moi le perdre en le transformant ! »
        Sa prière à peine achevée, une lourde torpeur s’empare de ses membres, sa tendre poitrine est serrée par une fine écorce, ses cheveux s’allongent en feuilles, en branches s’étendent ses bras, tandis que ses pieds, si vifs à l’instant, sont fixés par de solides racines. Une cime lui tient lieu de visage ; seul son éclat subsiste en elle. Mais Phœbus l’aime même ainsi et après avoir posé la main sur son tronc, il sent battre encore son cœur sous l’écorce nouvelle, et après avoir enlacé de ses bras les branches tels des membres, il donne des baisers au bois ; mais le bois repousse ses baisers.
    Alors le dieu lui dit : « Puisque tu ne peux pas être mon épouse, assurément tu seras mon arbre consacré ; laurier, c’est toi qui pareras ma chevelure, toi encore ma cithare, toi toujours mon carquois. C’est toi qui assisteras les généraux du Latium lorsqu’une voix joyeuse chantera le Triomphe et que les hauteurs du Capitole contempleront leurs longs cortèges. Aux portes d’Auguste, gardienne la plus fidèle, tu te tiendras devant ses battants et tu veilleras sur la couronne de chêne centrale ; et de la même manière que mes longs cheveux rajeunissent  mon visage, toi aussi, porte toujours les honneurs perpétuels de ton feuillage ! » Péan s’était tu :  le laurier, de ses branches tout juste formées, acquiesça et, ainsi qu’une tête, on vit sa cime s’agiter.

Traduction proposée par les élèves latinistes de première du lycée POINCARÉ .
Bar-le-Duc, avril 2001.

Professeur : Claire Tardioli - Jougnot
Documents iconographiques (cliquer sur les images et/ou sur les liens)
(révision : février 2015)
Bibliographie:
  • Yves F.-A. Giraud, La fable de Daphné. Essai sur un type de métamorphose végétale dans la littérature et dans les arts  jusqu'à la fin du XVII° siècle, Genève, Droz, 1969
  • Lexicon Iconographicum Mythologiae Classicae, (1981-1999) : huit tomes doubles (8400 pages de texte et 32000 photographies en noir et blanc réparties sur 5 800 planches) et deux volumes d'Index, publiés par Artemis-Verlag, Zurich-Munich (désormais Patmos-Verlag, Düsseldorf) . 
  • Elisa Saviani : Projet ICONOS, Viaggio interattivo nelle Metamorfosi di Ovidio (Università di Roma "La Sapienza"), qui offre aujourd'hui, notamment,  66 notices sur les représentations du mythe. Nous faisons ci-dessous référence à ces travaux lorsqu'ils s'appliquent aux œuvres que nous avons choisies. On se reportera à l'ensemble du site pour celles que nous ne citons pas.
Bases d'images Quelques références parmi les centaines de représentations du mythe ... :



Pompéi, VI, 9, 6 (Maison des Dioscures), Apollon se saisissant de Daphné
57,5 x 51,5 cm., IVe style, vers 70 après J.-C.
http://arachne.uni-koeln.de/item/objekt/204599


Pompéi, VIII, 4, 4 (Maison de Holconius Rufus), Apollon se saisissant de Daphné
IVe style vespasien (cliquer sur l'image pour l'agrandir)


Pompéi, IX, 3, 5 (Maison de M.Lucretius- Maison des musiciennes) - Naples, Musée archéologique inv.9536, Apollon se saisissant de Daphné
70-79 après J.-C. : ICONOS
http://arachne.uni-koeln.de/item/marbilderbestand/917521
  • Castellammare di Stabia (Stabies), Villa San Marco, second péristyle, Apollon se saisissant de Daphné : Naples, Musée archéologique inv.9535 - Cultura Italia
  • Gravure dans Le Antichità di Ercolano Esposte, Tomo 4, Tavola XXVII, Naples, 1755 - 1792


Pompéi, I, 7, 19 (Maison de l'Éphèbe, Maison de P.Cornelius Teges), Apollon et Daphné
48 x 48 cm., IVe style (cliquer sur l'image pour l'agrandir).


Pompéi, VII, Maison du Vicolo del Balcone Pensile, Apollon et Daphné

Photographie Sommer, vers 1880
WIID
Voir aussi Pompéi, VI, 9, 2 (Maison de Méléagre), Apollon et Daphné
Naples, Musée archéologique inv.9534 - Cultura Italia
et Pompéi, IX, 2, 10, Naples, Musée archéologique inv.9533 - Pompei in Pictures


Pompéi, VII, 4, 31-51 (Maison d'Ariane, Maison des Chapiteaux colorés, ala 13, paroi Ouest),
Apollon et Daphné
IVe style, époque de Néron. ICONOS
http://arachne.uni-koeln.de/item/marbilderbestand/917519


Pompéi, VI, 15 1 (Maison des Vettii, oecus q), Apollon et Daphné, couple en vol 
(voisin d'une figure de même type : Dionysos et Ariane), IVe style, vers 65 après J.-C.


Paphos, mosaïque (maison de Dionysos) : Apollon, Daphné et Pénée
IIe-IIIe s. après J.-C. (cliquer sur l'image pour l'agrandir)


Piazza Armerina, villa du Casale, mosaïque : la métamorphose de Daphné
IVe s. après J.-C (cliquer sur l'image pour l'agrandir).


Thysdrus, mosaïque : Daphné fuyant Apollon et se métamorphosant
Musée de El Jem, 42 x 42 cm. Fin du IIe s. après J.-C.

  • Tébessa, Apollon et Daphné, mosaïque, IIIe s. après J.-C. Cf. Leschi Louis. Une mosaïque de Tébessa. In : Mélanges d'archéologie et d'histoire T. 41, 1924. pp. 95-110.doi : 10.3406/mefr.1924.8481 http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/mefr_0223-4874_1924_num_41_1_8481
  • Thessalonique, Apollon et Daphné, mosaïque trouvée dans une maison romaine du centre de  la ville (avec deux autres : Dionysos et Ariane, Zeus et Ganymède), première moitié du IIIe s. après J.-C. Musée archéologique de Thessalonique


Marino, mosaïque : Apollon et Daphné
IIe s. après J.-C. Rome, Museo Nazionale Romano
ICONOS


Lillebonne, mosaïque : quatre scènes de chasse encadrent Daphné poursuivie par Apollon
IIIe s. après J.-C. Rouen, musée départemental des antiquités.
http://www.cndp.fr/crdp-rouen/
http://www.ia27.ac-rouen.fr/
ICONOS - Bridgeman Art Culture History

http://fr.academic.ru/pictures/frwiki/
http://online-media.uni-marburg.de/kunstgeschichte/
Cf. E.Chatel, Notice sur la mosaïque de Lillebonne, in Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, XXVIII, 1871 :
 BNF Gallica
Yves Giraud, La fable de Daphné: Essai sur un type de métamorphose végétale dans la littérature et dans les arts jusqu'à la fin du XVIIe siècle, 1968:  https://books.google.fr/


Antioche (Daphné-Harbiye), Maison de Ménandre, mosaïque : Apollon et Daphné
IIIe s. après J.-C. Musée d'Antakya
http://artmuseum.princeton.edu/collections/objects/29457
Voir aussi http://www.pbase.com/


Art copte, Antinoé : le "châle de Sabine", tenture, détail : Apollon et Daphné
VIe siècle après J.-C. Musée du Louvre
Agence Photographique de la R M N ; ICONOS

  • Décor de niche d'architecture, Moyenne Egypte : Métamorphose de Daphné, Ve-VIe s. après J.C., Musée du Louvre, exposition l'Empire du Temps (2000)

"Maître de l'Epître d'Othéa", Œuvres de Christine de Pisan, Paris, vers 1406-1408. 
Paris, BnF, Département des manuscrits, Français 604 : Apollon et Daphné.


Christine de Pisan, L'Epître d'Othéa, vers 1450-1475, 
La Haye, Koninklijke Bibliotheek, Ms 74 G 27 Fol. 83r : Apollon et Daphné
ICONOS - WIID


Antonio Pollaiuolo, Apollon et Daphné
huile sur toile, 29.5 x 20 cm., v.1470-1480, National Gallery, Londres 
Web Gallery of Art  ; Tigertail Virtual Museum  ; Iconos 

  • Liberale da Verona, Apollon et Daphné, gravure sur bois, fin du XVe s., Wolfenbuttel, Herzog-August Bibliothek, Cod. 277A : Iconos - WIID
  • Attribué à Albrecht Dürer (1471–1528), Apollon et Daphné, gravure sur bois, 1502, Boston, Museum of Fine Arts : Iconos 

Giovanni Battista Palumba ["Maître IB avec l'Oiseau"], Apollon et Daphné
gravure sur bois, 1er quart du XVIe siècle
Iconos
  • Pietro Vannucci [Le Pérugin], Le combat de l'amour et de la chasteté, entre 1503 et 1505, musée du Louvre : Base Joconde ; Atlas du Louvre ;  RMN ; Musagora ; Iconos
  • Attribué à Giorgione, ou à Titien, ou à Paris Bordone : Apollon et Daphné, vers 1510-1515, Venise, Seminario Patriarcale (Pinacoteca Manfrediniana) : Iconos ; Alinari ; Fondazione Zeri - WIID
  • Antonio di Donnino (ou Andrea del Sarto (vers 1487 - 1530), Histoire d'Apollon et Daphné, vers 1510, Coll. Corsini, Florence : Iconos ; Fondazione Zeri
  • Giovanni Antonio Bazzi [Il Sodoma] (1477-1549) : Apollon et Daphné, vers 1511, Worcester Art Museum : Iconos ; Fondazione Zeri
  • Jacopo Da Carrucci [Pontormo] (1494-1557), Apollon et Daphné, 1513, Bowdoin College Museum of Art : Iconos - Fondazione Zeri

Baldassare Peruzzi (1481-1536), Apollon et Daphné, détail, 1517-1518, Villa Farnesina, Rome : Iconos ; Fondazione Zeri : WIID ; bildindex.de
[voir la copie de Gustave Moreau (1826 - 1898), aquarelle, Paris, musée Gustave Moreau]

  • Bernardino Luini (vers 1480-1532), Apollon et Daphné, 1520-1523, Milan, Pinacoteca di Brera : Iconos ; Fondazione Zeri
  • Barthel Beham, Apollon et Daphné, eau-forte, 1523 : Université de Liège ; Iconos
  • Andrea Schiavone (Andrea Medulich ou Meldolla) (1522 ?–1563), Apollon et Daphné, vers 1538-1540, Metropolitan Museum : Iconos (autres gravures du même artiste : 1, 2) ; voir aussi la toile de Vienne, Kunsthistorisches Museum, vers 1542-1544 : Iconos
  • Jacopo Robusti (Tintoret) (1518 - 1594), Apollon et Daphné, 1541-1542, Modène, Galleria Estense : Iconos
  • Pietro Bonaccorsi (Perin del Vaga)(1501-1547), Apollon et Daphné, fresque, Château Saint-Ange, 1545-46 : ICDD (<sogetto> : Dafne ; <autore> : Vaga)
  • Domenico Zaga, Apollon et Daphné, fresque, plafond de la salle d'Apollon au Château Saint-Ange, 1547-48 : ICDD (<sogetto> : Dafne ; <autore> : Zaga) et Musei d'Italia (voir aussi Iconos)
  • Dosso Dossi (vers 1479 - 1542), Apollon et Daphné, huile sur toile, 191 x 116 cm., vers 1525-1530, Galleria Borghese, Rome : Web Gallery of Art ; Scholars Resource ; Iconos
  • Federico Zuccari (1542-1609) - Taddeo Zuccari (1529-1566), Apollon et Daphné, fresque, Cantalupo, Palazzo Camuccini : Corbis

Hermann Posthumus, Apollon et Daphné, fresque, 1542, Landshut, Stadtresidenz
Die Eichstätter Datenbank zur Antike-Rezeption/Kunst ; même sujet.

Paolo Caliari Veronese, Apollon et Daphné, v.1565-1570, San Diego Museum of Art
; ICONOS ; Fondazione Zeri


Cort Cornelis (1533 environ - 1578) [graveur] ; Floris Frans I, (1516-1570) [dessin], La métamorphose de Daphné, taille-douce, 1564. Estampe de la Bibliothèque Municipale de Lyon (<Recherche> : Daphné) et Musée Boijmans Van Beuningen


Pierre Paul Rubens, Apollon poursuivant Daphné
huile sur bois (esquisse), 27 x 26 cm., vers 1636, Bayonne, musée Bonnat
RKD ; RMN ; Iconos
Cornelis de Vos (1584-1651) (élève de Rubens), Apollon poursuivant Daphné
huile sur toile, 193 x 207 cm. Madrid, musée du Prado
Ciutad de la pintura ; Iconos ; RKD
  • Sebastiano Mazzoni (vers 1611-1678), Apollon et Daphné, Ravenne, Galleria dell'Accademia (Pinacoteca del Museo d'Arte della Città) : Scala Archives ; Fondazione Zeri

Nicolas Poussin (1594-1665), Apollon et Daphné, 1625, Munich, Alte Pinakothek 
Iconos ; Fondation Jacques-Edouard Berger : ensemble ; détail
Web Gallery of Art

Giovanni Battista Tiepolo, Apollon et Daphné
huile sur toile, 96 cm x 79 cm., vers 1743 - 1744, musée du Louvre ; RMN ; Web Gallery of Art


Giovanni Battista Tiepolo, Apollon poursuivant Daphné,
huile sur toile,  68.5 x 87 cm., vers 1755 - 1760, Washington, National Gallery :
 Iconos ; WorldImages Kiosk


Théodore Chasseriau (1819-1856), Apollon et Daphné
huile sur toile, 53 x 35 cm., musée du Louvre : Educnet - Louvre-edu ; Atlas du Louvre
Art Renewal Center

Gustave Moreau (1826-1898), Apollon et Daphné
huile sur toile, 32 x 25 cm., entre 1852 et 1855, Paris, musée Gustave Moreau
RMN 

Apollon et Daphné, ivoire, Ve-VIe siècle, Ravenne, Museo Nazionale
ICONOS
http://www.flickr.com/photos/

* * * Révision :  février  2015* * *


Retour à l'index des textes d'Ovide   Langues anciennes
académie de Nancy-Metz