Sur Ariane
Les textes anciens de référence
Cette page peut être téléchargée en format *pdf
Catulli carmina, LXIV
(Traduction des vers 50 - 201 et 303 - 408)
Aucune maison, jamais, n’abrita sous son toit de telles amours, aucun amour n’unit amants en alliance comparable au lien de ces cœurs, Pélée à Thétis, Thétis à Pélée. Courez, tirant les fils, courez, fuseaux.
Rencontre et félicité de Thétis et Pélée (1 - 49)
     Peliaco quondam prognatae uertice pinus
     dicuntur liquidas Neptuni nasse per undas
     Phasidos ad fluctus et fines Aeetaeos,
     cum lecti iuuenes, Argiuae robora pubis,
     auratam optantes Colchis auertere pellem
     ausi sunt uada salsa cita decurrere puppi,
     caerula uerrentes abiegnis aequora palmis,
     diua quibus retinens in summis urbibus arces
     ipsa leui fecit uolitantem flamine currum,
10  pinea coniungens inflexae texta carinae.
     Illa rudem cursu prima imbuit Amphitriten ;
     quae simul ac rostro uentosum proscidit aequor
     tortaque remigio spumis incanuit unda,
     emersere freti candenti e gurgite uultus
     aequoreae monstrum Nereides admirantes.
     Illa, atque alia, uiderunt luce marinas
     mortales oculis nudato corpore Nymphas
     nutricum tenus exstantes e gurgite cano.
     Tum Thetidis Peleus incensus fertur amore,
20  tum Thetis humanos non despexit hymenaeos,
     tum Thetidi pater ipse iugandum Pelea sensit.
     O nimis optato saeclorum tempore nati
     heroes, saluete, deum genus! o bona matrum
     progenies, saluete iterum...
     Vos ego saepe, meo uos carmine compellabo,
     teque adeo eximie taedis felicibus aucte,
     Thessaliae columen Peleu, cui Iuppiter ipse,
     ipse suos diuum genitor concessit amores.
     Tene Thetis tenuit pulcerrima Nereine ?
     Tene suam Tethys concessit ducere neptem,
30  Oceanusque, mari totum qui amplectitur orbem ?
     Quae simul optatae finito tempore luces
     aduenere, domum conuentu tota frequentat
     Thessalia, oppletur laetanti regia coetu ;
     dona ferunt prae se, declarant gaudia uultu.
     deseritur Scyros, linquunt Pthiotica Tempe
     Crannonisque domos ac moenia Larisaea,
     Pharsalum coeunt, Pharsalia tecta frequentant.
     Rura colit nemo, mollescunt colla iuuencis,
     non humilis curuis purgatur uinea rastris,
40  non glebam prono conuellit uomere taurus,
     non falx attenuat frondatorum arboris umbram,
     squalida desertis rubigo infertur aratris.
     Ipsius at sedes, quacumque opulenta recessit
     regia, fulgenti splendent auro atque argento.
     candet ebur soliis, collucent pocula mensae,
     tota domus gaudet regali splendida gaza.
     Puluinar uero diuae geniale locatur
     sedibus in mediis, Indo quod dente politum
     tincta tegit roseo conchyli purpura fuco.
Ariane à Naxos (50 - 70)
50    Haec uestis priscis hominum uariata figuris
     heroum mira uirtutes indicat arte.
     Namque fluentisono prospectans litore Diae,
     Thesea cedentem celeri cum classe tuetur
     indomitos in corde gerens Ariadna furores,
     necdum etiam sese quae uisit uisere credit,
     utpote fallaci quae tum primum excita somno
     desertam in sola miseram se cernat harena.
     Immemor at iuuenis fugiens pellit uada remis,
     irrita uentosae linquens promissa procellae.
60 Quem procul ex alga maestis Minois ocellis,
     saxea ut effigies bacchantis, prospicit, eheu,
     prospicit et magnis curarum fluctuat undis,
     non flauo retinens subtilem uertice mitram,
     non contecta leui uelatum pectus amictu,
     non tereti strophio lactentis uincta papillas,
     omnia quae toto delapsa e corpore passim
     ipsius ante pedes fluctus salis alludebant.
     Sed neque tum mitrae neque tum fluitantis amictus
     illa uicem curans toto ex te pectore, Theseu,
70  toto animo, tota pendebat perdita mente.
Cette étoffe, brodée d'antiques figures des humains, montre avec un art étonnant les prouesses des héros. Voici, du rivage de Dia aux flots sonores, dirigeant ses regards vers Thésée, qui part avec sa flotte rapide, le cœur lourd de fureurs implacables voici Ariane :  55  tout ce que voient ses yeux, ses yeux refusent toujours d'y croire ; et en effet, elle vient de s'éveiller d'un sommeil trompeur pour se retrouver abandonnée, la pauvre, sur une plage solitaire : tandis qu'oublieux le jeune homme en sa fuite bat les ondes de ses rames, laissant ses vaines promesses au vent de la tempête.  60  Il s'éloigne et, depuis les algues, la Minoïde, aux grands yeux tristes, telle la statue de pierre d'une Bacchante, le fixe là-bas, hélas! là-bas, et les chagrins la roulent, de leurs grandes vagues : elle ne retient pas la mitre fine sur ses cheveux blonds, elle ne dissimule pas d'un léger vêtement sa poitrine dénudée,  65  elle n'enclôt pas ses seins de lait dans la courbe d'une écharpe ; tout a glissé de son corps ici, là : et les vagues salées en jouaient à ses pieds. Mais elle, alors, insoucieuse de sa mitre, insoucieuse du vêtement qui surnageait, avec tout son cœur, Thésée !,  70  toute son âme, toute sa pensée elle s'accrochait à toi éperdument.
L'intolérable infidélité du héros -  la passion d'Ariane (71 - 131)
     A misera, assiduis quam luctibus externauit
     spinosas Erycina serens in pectore curas,
     illa tempestate, ferox quo ex tempore Theseus
     egressus curuis e litoribus Piraei
     attigit iniusti regis Gortynia templa.
        Nam perhibent olim crudeli peste coactam
     Androgeoneae poenas exsoluere caedis
     electos iuuenes simul et decus innuptarum
     Cecropiam solitam esse dapem dare Minotauro.
80  quis angusta malis cum moenia uexarentur,
     ipse suum Theseus pro caris corpus Athenis
     proicere optauit potius quam talia Cretam
     funera Cecropiae nec funera portarentur.
     Atque ita naue leui nitens ac lenibus auris
     magnanimum ad Minoa uenit sedesque superbas.
     Hunc simul ac cupido conspexit lumine uirgo
     regia, quam suauis exspirans castus odores
     lectulus in molli complexu matris alebat,
     quales Eurotae praecingunt flumina myrtus
90  auraue distinctos educit uerna colores,
     non prius ex illo flagrantia declinauit
     lumina, quam cuncto concepit corpore flammam
     funditus atque imis exarsit tota medullis.
     Heu misere exagitans immiti corde furores
     sancte puer, curis hominum qui gaudia misces,
     quaeque regis Golgos quaeque Idalium frondosum,
     qualibus incensam iactastis mente puellam
     fluctibus, in flauo saepe hospite suspirantem !
     quantos illa tulit languenti corde timores !
100  quanto saepe magis fulgore expalluit auri,
     cum saeuum cupiens contra contendere monstrum
     aut mortem appeteret Theseus aut praemia laudis !
     Non ingrata tamen frustra munuscula diuis
     promittens tacito succepit uota labello.
     Nam uelut in summo quatientem brachia Tauro
     quercum aut conigeram sudanti cortice pinum
     indomitus turbo contorquens flamine robur,
     eruit (illa procul radicitus exturbata
     prona cadit, late quaeuis cumque obuia frangens),
110  sic domito saeuum prostrauit corpore Theseus
     nequiquam uanis iactantem cornua uentis.
     Inde pedem sospes multa cum laude reflexit
     errabunda regens tenui uestigia filo,
     ne labyrintheis e flexibus egredientem
     tecti frustraretur inobseruabilis error.
        Sed quid ego a primo digressus carmine plura
     commemorem, ut linquens genitoris filia uultum,
     ut consanguineae complexum, ut denique matris,
     quae misera in gnata deperdita laetabatur,
120  omnibus his Thesei dulcem praeoptarit amorem :
     aut ut uecta rati spumosa ad litora Diae
     uenerit, aut ut eam deuinctam lumina somno
     liquerit immemori discedens pectore coniunx ?
     Saepe illam perhibent ardenti corde furentem
     clarisonas imo fudisse e pectore uoces,
     ac tum praeruptos tristem conscendere montes,
     unde aciem in pelagi uastos protenderet aestus,
     tum tremuli salis aduersas procurrere in undas
     mollia nudatae tollentem tegmina surae,
130  atque haec extremis maestam dixisse querellis,
     frigidulos udo singultus ore cientem :
Oh, la malheureuse ! à force de souffrir, elle cessa d'être elle-même, car l'Erycine avait semé en son cœur les épines des chagrins, dès cette époque-là, au temps où, farouche, Thésée sortit des rivages incurvés du Pirée  75  pour aborder les palais gortyniens de l'injuste tyran. Car on raconte que jadis  une peste cruelle contraignit la ville de Cécrops à racheter le meurtre d'Androgée : pour punition, elle offrait régulièrement en festin au Minotaure l'élite de ses jeunes gens ainsi que le gloire de ses vierges.  80  Maux accablants pour d'étroites murailles ! alors spontanément, Thésée préféra se jeter lui-même devant sa chère Athènes, plutôt que de laisser la ville de Cécrops porter en Crète ces morts non mortes. C'est ainsi que soutenu par un navire léger et des brises douces,  85  il vint chez Minos le magnanime, en ses altiers séjours. A peine d'un regard passionné la vierge royale l'eut-elle aperçu : une chaste couchette, exhalant de doux parfums, la voyait croître dans les tendres embrassements de sa mère, tels les myrtes qui croissent des ondes de l'Eurotas  90  ou les couleurs diaprées poussant au souffle du printemps : quand elle détourna de lui ses regards ardents, en toute sa personne elle était possédée d'une flamme profonde, et elle brûlait, toute, jusqu'aux moelles. Oh ! cœur cruel qui sans pitié exaspères les passions,  95  enfant divin, qui aux douleurs humaines mêles les joies, et toi, reine de Golgos, reine des frondaisons d'Idalie, de quelles ondes avez-vous assailli la fille à l'âme de braise, qui pour le blond étranger souvent soupirait ! Comme elle éprouva de craintes en son cœur défaillant !  100  Comme elle devint, souvent, plus blême qu'or brillant, quand, désireux d'affronter le monstre cruel, Thésée allait à la mort, ou aux récompenses de la gloire! Pourtant les dieux se plurent aux menus présents qu'elle leur promettait, en l'ardeur de ses vœux, bouche close.  105  Oui, tels au sommet du Taurus un chêne agitant ses bras ou un pin conifère à la suintante écorce, quand le tourbillon indompté du vent tord leurs troncs, les déracine (l'arbre, au loin arraché jusqu'à la souche, s'incline et tombe ; sur un large espace, sa cime brise ce qu'elle rencontre),  110  ainsi le monstre dompté fut abattu par Thésée, et vainement frappait de ses cornes les vents insaisissables. De là sauvé, chargé de gloire, il s'en retourna, guidant à la minceur d'un fil ses pas incertains, de peur qu'en voulant sortir du labyrinthe et de ses détours  115  il ne se perdît dans l'aveugle enchevêtrement de l'édifice.
 Mais pourquoi m'écarter du début de mon chant et plus longuement rappeler comment Ariane quittant  le visage d'un père, -sa fille !,- les bras d'une sœur, enfin ceux d'une mère, une malheureuse dont l'enfant était  la joie à en périr!,  120  à tout cela préféra de Thésée le doux amour ; comment, transportée sur la nef, elle vint aux rives écumeuses de Dia ; comment, quand ses yeux étaient prisonniers du sommeil, son époux, au cœur sans mémoire partit et l'abandonna ? On raconte que souvent, dans le feu dément de son cœur,  125  elle versa du fond de sa poitrine des paroles clairsonnantes : tantôt elle escaladait, morne, les monts abrupts pour tendre de là son regard sur le vaste bouillonnement de l'onde ; tantôt elle courait à la rencontre des flots, vers la mer tremblante, relevant de sa jambe dénudée les voiles souples ;  130  et, en ses dernières plaintes, elle dit ainsi sa douleur, toute frissonnante de sanglots, visage en pleurs, - ce cri :
Plaintes et malédiction d'Ariane (132 - 201)
     "Sicine me patriis auectam, perfide, ab aris,
     perfide, deserto liquisti in litore, Theseu  ?
     Sicine discedens neglecto numine diuum,
     immemor ah! deuota domum periuria portas ?
     Nullane res potuit crudelis flectere mentis
     consilium ? Tibi nulla fuit clementia praesto,
     immite ut nostri uellet miserescere pectus ?
     At non haec quondam blanda promissa dedisti
140  uoce mihi, non haec miserae sperare iubebas,
     sed conubia laeta, sed optatos hymenaeos,
     quae cuncta aerii discerpunt irrita uenti.
     nunc iam nulla uiro iuranti femina credat,
     nulla uiri speret sermones esse fideles ;
     quis dum aliquid cupiens animus praegestit apisci,
     nil metuunt iurare, nihil promittere parcunt :
     sed simul ac cupidae mentis satiata libido est,
     dicta nihil metuere, nihil periuria curant.
     Certe ego te in medio uersantem turbine leti
150  eripui, et potius germanum amittere creui,
     quam tibi fallaci supremo in tempore dessem.
     pro quo dilaceranda feris dabor alitibusque
     praeda, neque iniecta tumulabor mortua terra.
     Quaenam te genuit sola sub rupe leaena,
     quod mare conceptum spumantibus exspuit undis,
     quae Syrtis, quae Scylla rapax, quae uasta Charybdis,
     talia qui reddis pro dulci praemia uita ?
     Si tibi non cordi fuerant conubia nostra,
     saeua quod horrebas prisci praecepta parentis,
160  attamen in uestras potuisti ducere sedes,
     quae tibi iucundo famularer serua labore,
     candida permulcens liquidis uestigia lymphis,
     purpureaue tuum consternens ueste cubile.
     sed quid ego ignaris nequiquam conquerar auris,
     externata malo, quae nullis sensibus auctae
     nec missas audire queunt nec reddere uoces ?
     Ille autem prope iam mediis uersatur in undis,
     nec quisquam apparet uacua mortalis in alga.
     Sic nimis insultans extremo tempore saeua
170  fors etiam nostris inuidit questibus auris.
     Iuppiter omnipotens, utinam ne tempore primo
     Cnosia Cecropiae tetigissent litora puppes,
     indomito nec dira ferens stipendia tauro
     perfidus in Cretam religasset nauita funem,
     nec malus hic celans dulci crudelia forma
     consilia in nostris requiesset sedibus hospes !
     Nam quo me referam ? quali spe perdita nitor ?
     Idaeosne petam montes ? at gurgite lato
     discernens ponti truculentum diuidit aequor.
180  An patris auxilium sperem ? quemne ipsa reliqui
     respersum iuuenem fraterna caede secuta ?
     coniugis an fido consoler memet amore ?
     quine fugit lentos incuruans gurgite remos ?
     Praeterea nullo colitur sola insula tecto,
     nec patet egressus pelagi cingentibus undis.
     nulla fugae ratio, nulla spes : omnia muta,
     omnia sunt deserta, ostentant omnia letum.
     Non tamen ante mihi languescent lumina morte,
     nec prius a fesso secedent corpore sensus,
190  quam iustam a diuis exposcam prodita multam
     caelestumque fidem postrema comprecer hora.
     Quare facta uirum multantes uindice poena
     Eumenides, quibus anguino redimita capillo
     frons exspirantis praeportat pectoris iras,
     huc huc aduentate, meas audite querellas,
     quas ego, uae misera, extremis proferre medullis
     cogor inops, ardens, amenti caeca furore.
     Quae quoniam uerae nascuntur pectore ab imo,
     uos nolite pati nostrum uanescere luctum,
200  sed quali solam Theseus me mente reliquit,
     tali mente, deae, funestet seque suosque."
 "Ainsi donc tu m'as enlevée à ma patrie, perfide!, et à ses autels, pour me laisser sur un rivage désert, perfide Thésée ! Ainsi donc, tu m'abandonnes irrespectueux de la puissance divine,  135  et, sans souvenance, hélas !, tu portes chez toi tes parjures maudits ! Ainsi, rien au monde n'a pu fléchir ton esprit résolu en sa cruauté ? rien en toi d'assez compatissant, qui portât ce cœur sans tendresse à nous accorder quelque pitié ?  Non ! ce ne sont point les promesses dont naguère me caressait  140  ta voix, ce ne sont pas les espoirs que tu offrais à mon malheur, mais allégresse de mariage, mais ferveur d'hyménée. Tout cela ? néant! éparpillé au gré des vents aériens ! Désormais, que jamais femme ne croie aux serments d'un homme, que jamais elle n'espère que propos d'homme soient loyaux !  145  Tant que leur désir se passionne à quelque conquête, point de serment qu'ils redoutent, point de promesse qu'ils épargnent ; mais à peine rassasié le caprice du désir, point de paroles qu'ils respectent, point de parjure dont ils aient souci.  Pourtant, quand tu te trouvais pris en plein tourbillon de trépas, c'est moi qui t'en  150  ai arraché, et j'ai décidé de perdre mon frère, plutôt que de te manquer, traître!, à l'instant critique. Récompense : je serai livrée aux fauves et aux rapaces, proie à déchirer, et nul ne jettera sur mon tombeau la terre des morts. C'est donc une lionne qui t'enfanta sous une roche solitaire,  155  c'est la mer qui t'a conçu et recraché avec l'écume des flots ? ou une Syrte, une Scylla dévorante, un Charybde insatiable ? toi qui t'acquittes ainsi, pour prix de la douceur de vivre ! Si tu n'avais pas à cœur notre mariage, frissonnant aux principes humains d'un père attardé,  160  du moins tu pouvais me conduire en vos demeures : je t'y servirais, heureuse de ce travail d'esclave, rafraîchissant tes pieds blancs d'onde claire ou recouvrant ton lit d'étoffe pourpre. Mais pourquoi, égarée de souffrance, me plaindre, en vain, aux brises qui ne savent pas ?  165  privées de sens, elles ne sauraient ni entendre mes cris ni leur répondre. Mais lui, le voici déjà presque au milieu des flots, et pas un humain n'apparaît sur l'algue déserte. Ainsi, excessif à me piétiner quand mon temps se finit,  170  le Sort cruel refuse même une oreille à nos plaintes. Jupiter tout puissant, ah ! si les poupes cécropiennes  n'avaient pas, dès le début, abordé aux rivages de Cnossos ! si, pour porter les tributs maudits au taureau indompté, un perfide marin n'avait pas amarré en Crète !  175  si ce misérable, au lieu de cacher sous sa beauté tendre la cruauté de ses desseins, n'avait pas trouvé, en nos demeures, le repos de l'hospitalité ! Maintenant, où revenir ? à quelle espérance appuyer ma détresse ? vais-je gagner les monts de l'Ida, dont, hélas! avec l'immensité de son gouffre l'étendue farouche de la mer me tient séparée ?  180  Puis-je espérer l'aide d'un père ? lui que j'ai abandonné, volontairement, pour suivre un jeune homme éclaboussé du meurtre fraternel ! Puis-je me consoler dans l'amour fidèle d'un époux ? lui qui s'enfuit, ployant sur le gouffre ses rames souples! De plus, un rivage sans un toit, une île nue.  185  Aucune issue ne s'ouvre : l'onde me ceint de ses flots ;  nul moyen de fuir, nul espoir ; partout le silence, partout l'abandon, le trépas partout présent. Pourtant mes regards ne s'éteindront pas dans la mort, le sentiment ne partira pas de mon corps épuisé,  190  sans que je réclame aux dieux la juste punition de sa perfidie et qu'à mon heure dernière j'implore l'assistance des Olympiens. Vous donc qui châtiez de peine vengeresse les actions des hommes, Euménides, vous dont la chevelure de serpents, couronne de votre front, darde les colères qu'exhalent vos poitrines,  195  ici ! ici ! pressez-vous, écoutez mes plaintes, ces plaintes que le malheur, hélas!, me contraint à proférer du fond des moelles, -sans recours, toute feu, aveugle de fureur insensée. Puisqu'elles ne naissent que trop vraies des profondeurs de ma poitrine, ne permettez pas que notre détresse soit pour rien ;  200  mais qu'en ayant  le cœur de m'abandonner à cette solitude, Thésée, de ce même cœur, endeuille et lui-même et les siens."
 
Traduction H.Bardon, coll.Latomus, Bruxelles 1970.
Annuit caelestum numine rector :
 La mort d'Egée (202 - 250)
      Has postquam maesto profudit pectore uoces,
     supplicium saeuis exposcens anxia factis,
     annuit inuicto caelestum numine rector ;
     quo motu tellus atque horrida contremuerunt
     aequora concussitque micantia sidera mundus.
     Ipse autem caeca mentem caligine Theseus
     consitus oblito dimisit pectore cuncta,
     quae mandata prius constanti mente tenebat,
210  dulcia nec maesto sustollens signa parenti
     sospitem Erechtheum se ostendit uisere portum.
     Namque ferunt olim, classi cum moenia diuae
     linquentem gnatum uentis concrederet Aegeus,
     talia complexum iuueni mandata dedisse :
     "Gnate mihi longa iucundior unice uita,
     gnate, ego quem in dubios cogor dimittere casus,
     reddite in extrema nuper mihi fine senectae,
     quandoquidem fortuna mea ac tua feruida uirtus
     eripit inuito mihi te, cui languida nondum
220  lumina sunt gnati cara saturata figura,
     non ego te gaudens laetanti pectore mittam,
     nec te ferre sinam fortunae signa secundae,
     sed primum multas expromam mente querellas,
     canitiem terra atque infuso puluere foedans,
     inde infecta uago suspendam lintea malo,
     nostros ut luctus nostraeque incendia mentis
     carbasus obscurata dicet ferrugine Hibera.
     quod tibi si sancti concesserit incola Itoni,
     quae nostrum genus ac sedes defendere Erechthei
230  annuit, ut tauri respergas sanguine dextram,
     tum uero facito ut memori tibi condita corde
     haec uigeant mandata, nec ulla oblitteret aetas ;
     ut simul ac nostros inuisent lumina collis,
     funestam antennae deponant undique uestem,
     candidaque intorti sustollant uela rudentes,
     quam primum cernens ut laeta gaudia mente
     agnoscam, cum te reducem aetas prospera sistet".
     Haec mandata prius constanti mente tenentem
     Thesea ceu pulsae uentorum flamine nubes
240  aereum niuei montis liquere cacumen.
     At pater, ut summa prospectum ex arce petebat,
     anxia in assiduos absumens lumina fletus,
     cum primum infecti conspexit lintea ueli,
     praecipitem sese scopulorum e uertice iecit,
     amissum credens immiti Thesea fato.
     Sic funesta domus ingressus tecta paterna
     morte ferox Theseus, qualem Minoidi luctum
     obtulerat mente immemori, talem ipse recepit.
     Quae tum prospectans cedentem maesta carinam
250  multiplices animo uoluebat saucia curas.
Le cortège de Dionysos (251 - 264)
        At parte ex alia florens uolitabat Iacchus
     cum thiaso Satyrorum et Nysigenis Silenis,
     te quaerens, Ariadna, tuoque incensus amore,
     quicum alacres passim lymphata mente furebant
     euhoe bacchantes, euhoe capita inflectentes.
     Harum pars tecta quatiebant cuspide thyrsos,
     pars e diuolso iactabant membra iuuenco,
     pars sese tortis serpentibus incingebant,
     pars obscura cauis celebrabant orgia cistis,
260  orgia quae frustra cupiunt audire profani ;
     plangebant aliae proceris tympana palmis,
     aut tereti tenuis tinnitus aere ciebant ;
     multis raucisonos efflabant cornua bombos
     barbaraque horribili stridebat tibia cantu.
La fête des noces (267 - 302)
        Talibus amplifice uestis decorata figuris
     puluinar complexa suo uelabat amictu.
     Quae postquam cupide spectando Thessala pubes
     expleta est, sanctis coepit decedere diuis.
     Hic, qualis flatu placidum mare matutino
270  horrificans Zephyrus procliuas incitat undas,
     Aurora exoriente uagi sub limina Solis,
     quae tarde primum clementi flamine pulsae
     procedunt leuiterque sonant plangore cachinni,
     post uento crescente magis magis increbescunt,
     purpureaque procul nantes ab luce refulgent :
     sic tum uestibuli linquentes regia tecta
     ad se quisque uago passim pede discedebant.
     Quorum post abitum princeps e uertice Pelei
     aduenit Chiron portans siluestria dona :
280  nam quoscumque ferunt campi, quos Thessala magnis
     montibus ora creat, quos propter fluminis undas
     aura parit flores tepidi fecunda Fauoni,
     hos indistinctis plexos tulit ipse corollis,
     quo permulsa domus iucundo risit odore.
     Confestim Penios adest, uiridantia Tempe,
     Tempe, quae siluae cingunt super impendentes,
     Minosim linquens doris celebranda choreis,
     non uacuos: namque ille tulit radicitus altas
     fagos ac recto proceras stipite laurus,
290  non sine nutanti platano lentaque sorore
     flammati Phaethontis et aerea cupressu.
     Haec circum sedes late contexta locauit,
     uestibulum ut molli uelatum fronde uireret.
     post hunc consequitur sollerti corde Prometheus,
     extenuata gerens ueteris uestigia poenae,
     quam quondam silici restrictus membra catena
     persoluit pendens e uerticibus praeruptis.
     Inde pater diuum sancta cum coniuge natisque
     aduenit caelo, te solum, Phoebe, relinquens
300  unigenamque simul cultricem montibus Idri :
     Pelea nam tecum pariter soror aspernata est,
     nec Thetidis taedas uoluit celebrare iugalis.
Les Parques s'invitent au banquet (303 - 322)
        Qui postquam niueis flexerunt sedibus artus,
     large multiplici constructae sunt dape mensae,
     cum interea infirmo quatientes corpora motu
     ueridicos Parcae coeperunt edere cantus.
     His corpus tremulum complectens undique uestis
     candida purpurea talos incinxerat ora,
     at roseae niueo residebant uertice uittae,
310  aeternumque manus carpebant rite laborem.
     Laeua colum molli lana retinebat amictum,
     dextera tum leuiter deducens fila supinis
     formabat digitis, tum prono in pollice torquens
     libratum tereti uersabat turbine fusum,
     atque ita decerpens aequabat semper opus dens,
     laneaque aridulis haerebant morsa labellis,
     quae prius in leui fuerant extantia filo :
     ante pedes autem candentis mollia lanae
     uellera uirgati custodibant calathisci.
320  Haec tum clarisona pellentes uellera uoce
     talia diuino fuderunt carmine fata,
     carmine, perfidiae quod post nulla arguet aetas :

       309 var. roseo niueae.

Lorsque les dieux eurent ployé leurs genoux pour s’asseoir sur les banquettes de neige, voici les tables garnies en abondance d’une profusion de mets ; et c’est alors que les Parques, ébranlant toute leur personne d’un fragile mouvement, commencèrent à faire entendre leur chant véridique.  Une éclatante étoffe drapait de tout côté leur corps tremblotant, une lisière pourpre au pourtour des talons ; des bandelettes roses tombaient de leur tête d’un blanc de neige, 310 et leurs mains rituelles filaient l’ouvrage éternel. La gauche maintenait la quenouille chargée de laine moelleuse ; la droite, tantôt formait le fil en l’allongeant, les doigts vers le haut, tantôt, le pouce en bas, tordait les brins et faisait tourner le fuseau en équilibre sur le peson arrondi. Et ce faisant, mordillant, elles égalisaient sans arrêt le travail, et sur leurs lèvres toutes sèches restaient collés les morceaux de laine trouvés en excès sur le fil lisse. À leurs pieds resplendissaient de moelleux flocons de laine, que gardaient des calices d’osier tressé. 320 Alors, de leur voix haute et claire, tandis qu’elles arrachaient les flocons, voici que le chant aux accents divins dévida les décrets de la destinée, un chant qu’aucun âge futur n’accusera de tromperie ; tels ils étaient :
Le chant des Parques (323 - 381)
     O decus eximium magnis uirtutibus augens,
     Emathiae tutamen, Opis carissime nato,
     accipe, quod laeta tibi pandunt luce sorores,
     ueridicum oraclum : sed uos, quae fata sequuntur,
     currite ducentes subtegmina, currite, fusi.
O toi dont les nobles vertus rehaussent une éclatante splendeur, défense de l’Émathie, si cher au dieu né d’Ops, reçois ce que les sœurs révèlent pour toi au jour de liesse, l’oracle de vérité. Mais vous, courez, tirant les fils que suit la destinée, courez, fuseaux.
     Adueniet tibi iam portans optata maritis
     Hesperus, adueniet fausto cum sidere coniunx,
330  quae tibi flexanimo mentem perfundat amore,
     languidulosque paret tecum coniungere somnos,
     leuia substernens robusto brachia collo.
     Currite ducentes subtegmina, currite, fusi.
Bientôt va venir Hespérus, pour toi chargé des vœux des maris, va venir l’épouse à la faveur de l’astre, l’amour à faire fléchir les cœurs et inonder l’âme, qui, toute langueur, s’apprête à unir ses nuits aux tiennes, enlaçant de ses bras lisses ta nuque vigoureuse. Courez, tirant les fils, courez, fuseaux.
     Nulla domus talis umquam contexit amores,
     nullus amor tali coniunxit foedere amantes,
     qualis adest Thetidi, qualis concordia Peleo.
     Currite ducentes subtegmina, currite, fusi.
     Nascetur uobis expers terroris Achilles,
     hostibus haud tergo, sed forti pectore notus,
340  qui persaepe uago uictor certamine cursus
     flammea praeuertet celeris uestigia ceruae.
     Currite ducentes subtegmina, currite, fusi.
Un fils vous naîtra, étranger à la crainte, Achille, connu de l’ennemi, non à son dos, mais à sa vaillante poitrine, qui tant de fois vainqueur aux concours de course vagabonde dépassera les foulées de flamme de la biche rapide. Courez, tirant les fils, courez, fuseaux.
     Non illi quisquam bello se conferet heros,
     cum Phrygii Teucro manabunt sanguine campi,
     Troicaque obsidens longinquo moenia bello,
     periuri Pelopis uastabit tertius heres.
     Currite ducentes subtegmina, currite, fusi.
À lui, pas un héros ne pourra au combat se comparer, lorsque les plaines phrygiennes suinteront du sang troyen, qu’au siège obstiné des murailles de Troie le troisième héritier du parjure de Pélops les dévastera. Courez, tirant les fils, courez, fuseaux.
     Illius egregias uirtutes claraque facta
     saepe fatebuntur gnatorum in funere matres,
350  cum incultum cano soluent a uertice crinem,
     putridaque infirmis uariabunt pectora palmis.
     Currite ducentes subtegmina, currite, fusi.
De lui, les mérites hors de pair, l'éclat des prouesses, bien des fois auront l’aveu des mères aux funérailles de leurs fils, quand, tête blanche défaite, cheveux en désordre, elles marbreront, de leurs paumes à bout de forces, leurs seins flétris. Courez, tirant les fils, courez, fuseaux.
     Namque uelut densas praecerpens messor aristas
     sole sub ardenti flauentia demetit arua,
     Troiugenum infesto prosternet corpora ferro.
     Currite ducentes subtegmina, currite, fusi.
C’est que, tel le moissonneur qui fauche devant lui les épis drus, sous le soleil brûlant moissonne les champs blondissants, de son glaive acharné il abattra les corps des fils Troyens. Courez, tirant les fils, courez, fuseaux.
     Testis erit magnis uirtutibus unda Scamandri,
     quae passim rapido diffunditur Hellesponto,
     cuius iter caesis angustans corporum aceruis
360  alta tepefaciet permixta flumina caede.
     Currite ducentes subtegmina, currite, fusi.
Pour témoin, la grandeur de ses mérites aura l’onde du Scamandre, dont le flot se disperse englouti par l’Hellespont : son cours rétrécira aux monceaux de corps massacrés, ses courants profonds tiédiront mêlés au sang du carnage . Courez, tirant les fils, courez, fuseaux.
     Denique testis erit morti quoque reddita praeda,
     cum teres excelso coaceruatum aggere bustum
     excipiet niueos perculsae uirginis artus.
     currite ducentes subtegmina, currite, fusi.
Pour témoin à la fin, il aura la part du butin due aussi à la mort, quand la cendre du tertre arrondi, amassé sur la haute butte, recevra les membres blancs comme neige d’une vierge immolée. Courez, tirant les fils, courez, fuseaux.
     Nam simul ac fessis dederit fors copiam Achiuis
     urbis Dardaniae Neptunia soluere uincla,
     alta Polyxenia madefient caede sepulcra ;
     quae, uelut ancipite succumbens uictima ferro,
370  proiciet truncum summisso poplite corpus.
     Currite ducentes subtegmina, currite, fusi.
Car, aussitôt que la fortune aura octroyé aux Achéens fatigués le pouvoir de défaire la couronne neptunienne de la cité de Dardanos, le haut sépulcre s’imbibera du meurtre de Polyxène, qui, telle la victime tombant sous le fer à double tranchant, fléchira le genou et projettera au sol son corps égorgé. Courez, tirant les fils, courez, fuseaux.
     Quare agite optatos animi coniungite amores.
     accipiat coniunx felici foedere diuam,
     dedatur cupido iamdudum nupta marito.
     Currite ducentes subtegmina, currite, fusi.
Allez donc ! Nouez les amours auxquelles vos cœurs aspirent. Que l’époux reçoive la divine en une alliance féconde, que l’épouse se rende sans délai au désir du mari. Courez, tirant les fils, courez, fuseaux.
     Non illam nutrix orienti luce reuisens
     hesterno collum poterit circumdare filo.
     Currite ducentes subtegmina, currite, fusi.
Ce n’est pas elle que la nourrice pourra ceindre du fil de la veille en revenant la voir au lever du jour. Courez, tirant les fils, courez, fuseaux.
     Anxia nec mater discordis maesta puellae
380  secubitu caros mittet sperare nepotes.
     Currite ducentes subtegmina, currite, fusi.
Et il n’y aura pas de mère pour se tourmenter, affligée de voir sa fille en mésentente faire lit à part, abandonnant l’espoir de petits-enfants à chérir. Courez, tirant les fils, courez, fuseaux.
Épilogue sans illusions (382 - 408)
        Talia praefantes quondam felicia Pelei
     carmina diuino cecinerunt pectore Parcae.
     Praesentes namque ante domos inuisere castas
     heroum, et sese mortali ostendere coetu,
     caelicolae nondum spreta pietate solebant.
     Saepe pater diuum templo in fulgente reuisens,
     annua cum festis uenissent sacra diebus,
     conspexit terra centum procumbere tauros.
390  Saepe uagus Liber Parnasi uertice summo
     Thyiadas effusis euantis crinibus egit,
     cum Delphi tota certatim ex urbe ruentes
     acciperent laeti diuum fumantibus aris.
     Saepe in letifero belli certamine Mauors
     aut rapidi Tritonis era aut Rhamnusia uirgo
     armatas hominum est praesens hortata cateruas.
     Sed postquam tellus scelere est imbuta nefando
     iustitiamque omnes cupida de mente fugarunt,
     perfudere manus fraterno sanguine fratres,
400  destitit extinctos gnatus lugere parentes,
     optauit genitor primaeui funera nati,
     liber ut innuptae poteretur flore nouercae,
     ignaro mater substernens se impia nato
     impia non uerita est diuos scelerare penates.
     Omnia fanda nefanda malo permixta furore
     iustificam nobis mentem auertere deorum.
     Quare nec talis dignantur uisere coetus,
     nec se contingi patiuntur lumine claro.
Prélude à la félicité de Pélée, tel fut jadis le chant inspiré des Parques. Car, auparavant, les habitants du ciel souvent ont fait voir leur présence aux chastes maisons des héros et ils se montraient dans la société des mortels, quand la piété n’était pas encore méprisée. Souvent, de retour en son temple resplendissant, les cérémonies annuelles arrivées aux jours de fête, le père des dieux vit cent taureaux s’écrouler à terre devant lui. 390 Souvent Liber, vagabondant au plus haut sommet du Parnasse, conduisit les évohé des Thyiades échevelées, quand Delphes tout entière se ruait à l’envi hors de ses murs pour accueillir en liesse le dieu à ses autels fumants. Souvent, dans la mêlée meurtrière de la guerre, Mars, ou la souveraine née de l’impétueux Triton, ou la vierge de Rhamnonte exhortèrent de leur présence les bataillons armés. Mais depuis que la terre est imprégnée d’impie scélératesse et que tous ont chassé la justice de leur âme avide, depuis que les frères ont trempé leurs mains au sang fraternel, 400 que le fils s'est abstenu de pleurer ses parents disparus, que le père a souhaité les funérailles d’un fils au printemps de la vie, pour ravir à loisir la fleur d’une vierge - belle mère avant la noce !, depuis que la mère sacrilège, dans la couche d’un fils abusé, n’a pas craint, sacrilège, de profaner les pénates divins, la frénésie du mal fait tout confondre, permis et interdit, et la conscience divine du juste s’en est détournée de nous. Voilà pourquoi les dieux ne daignent plus visiter pareille société et ne supportent plus d'être approchés au grand jour.
 
 Lecture : M.Tardioli 
Autres traductions en ligne : voir bibliographie
 
 
Retour à la liste des textes grecs et latins
Accueil langues anciennes
Langues anciennes dans l'académie de Nancy-Metz