Bandeau
Circonscription de Metz-Nord
Slogan du site
Inspection de l’Education
Nationale de
METZ-NORD

22 rue du 18 juin
57070 METZ
03 87 33 68 79
ce.ien57-metz-nord@ac-nancy-metz.fr
Les écrits de travail des élèves
Article mis en ligne le 12 avril 2018

par CPC
logo imprimer

"À l’école, on n’écrit pas toujours beaucoup, car on est trop souvent dans la logique de production d’un écrit bien fait, qui sera évalué ou communiqué. Or, le langage écrit est aussi un instrument intellectuel, au service du travail quotidien des élèves. Comment les faire écrire davantage ?"
C’est l’accroche des Cahiers Pédagogiques pour leur numéro 544 (mars 2018) sur "Les écrits de travail des élèves".

Avant-propos de Jacques Crinon et Hélène Eveleigh.
Sommaire

Le chapitre "Qu’as-tu appris que tu ne savais déjà ?" met en avant les avantages du journal des apprentissages. Outil de régulation pour l’enseignant, recueil de la réflexion écrite pour l’élève.
Exemples de consignes possibles :

  • "que retiens-tu de ce qu’on a travaillé aujourd’hui ?
  • Comment reformulerais-tu ce qu’on a appris avec tes propres mots ?
  • Penses-tu que ton travail a été efficace ? Pourquoi ?
  • Que souhaites-tu retravaillé pour être prêt à être évalué ? Qu’as-tu ressenti lors de la lecture du texte ?
  • Choisis une des erreurs commises dans ta dictée : à quoi pensais-tu pour écrire le mot ainsi ? Comment l’éviter la prochaine fois ?

Les questions sont posées avec "tu" pour que l’élève réponde avec "je".
Les premiers écrits dans le journal des apprentissages sont de l’ordre de l’affectif ("j’ai adoré ..., j’ai bien aimé ...") ; au fil du temps apparaissent des "j’ai appris, je retiens, j’ai compris ...".

Ritualiser l’apprentissage : prendre quelques notes, faire formuler par les élèves les mots importants, écrire ce qui peut être une interrogation.
Il ne s’agit pas de produire un écrit grammaticalement normé ni même structuré. Il est nécessaire que les élèves intègrent la rigueur du lexique conceptuel et qu’ils prennent l’habitude d’écrire et de formaliser (...). Ne pas considérer l’écrit pour apprendre comme un travail supplémentaire et chronophage, mais comme ce qui permet la transformation des habitudes langagières, linguistiques et cognitives des élèves qui n’ont que l’école pour le faire et comme des pratiques qui s’inscrivent dans le quotidien de l’activité.

Quels supports ?
- selon les situations : écrits individuels, collectifs d’un petit groupe ou du groupe-classe
- selon la trace : dessin, calculs posés, schéma, notes, ...
- ardoise pour des écrits courts avec une reprise au cours de la séance ; trace éphémère, taille de l’écrit -> penser à la photo de cet écrit pour une reprise ultérieure
- cahier de brouillon : peut servir aux écrits de travail mais sert aussi à toutes sortes d’écrits personnels ; ne peut être communiqué, souvent déchiré, non organisé, ...
- tableau : éphémère -> photo
- enregistrement audio pour une retranscription ultérieure
- cahier de recherche : dédié aux essais et pluridisciplinaire ; organisation avec une page-brouillon (idées en "vrac") et une page-reprise (organisation des idées).

Extrait du programme cycle 3 - Français Ecrire - p99 : (...) Recourir à l’écriture pour réfléchir et pour apprendre. (...) Ecriture - p110 : (...) L’accent est mis sur la pratique régulière et quotidienne de l’écriture, seul ou à plusieurs, sur des supports variés et avec des objectifs divers : l’écriture est convoquée dans les apprentissages pour développer la réflexion aux différentes étapes sous forme d’écrits de travail ou de synthèse ; elle est pratiquée en relation avec la lecture de différents genres littéraires dans des séquences qui favorisent l’écriture créative et la conduite de projets d’écriture. Les élèves prennent l’habitude de recourir à l’écriture à toutes les étapes des apprentissages : pour réagir à une lecture, pour réfléchir et préparer la tâche demandée, pour reformuler ou synthétiser des résultats, pour expliquer ou justifier ce qu’ils ont réalisé. Ces écrits font pleinement partie du travail réalisé en classe, qu’ils figurent dans le cahier de brouillon, conçu comme un véritable outil de travail, ou dans les cahiers dédiés aux différents enseignements. (...)
Recourir à l’écriture pour réfléchir et pour apprendre
 » Écrits de travail pour formuler des impressions de lecture, émettre des hypothèses, articuler des idées, hiérarchiser, lister
 » Écrits de travail pour reformuler, produire des conclusions provisoires, des résumés
 » Écrits réflexifs pour expliquer une démarche, justifier une réponse, argumenter
Recours régulier à l’écriture aux différentes étapes des apprentissages : au début pour recueillir des impressions, rendre compte de sa compréhension ou formuler des hypothèses ; en cours de séance pour répondre à des questions, relever, classer, mettre en relation des faits, des idées ; en fin de séance pour reformuler, synthétiser ou résumer.
Usage régulier d’un cahier de brouillon ou place dédiée à ces écrits de travail dans le cahier ou classeur de français ou des autres disciplines.
Téléchargements Fichier à télécharger :
  • Eduscol - Les écrits de travail, pour réfléchir et pour apprendre
  • 108.7 ko / PDF

Dans la même rubrique



pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs pucesquelette puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2012-2022 © Circonscription de Metz-Nord - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.85.4