Skip to content

Accueil > A.S.H. > Centre de ressources ASH > Dyspraxie

Dyspraxie

mardi 18 novembre 2008, par Conseiller pédagogique départemental usages du numérique

De quoi s’agit-il ?

Comment cela se manifeste-t-il ?

Une dyspraxie est un trouble spécifique du développement moteur, il y a altération du développement de la coordination motrice.
Ces dysfonctionnements neuropsychologiques d’origine peu connue, ne peuvent être dépistés que par un diagnostic précis.
Différents types de dyspraxie existent et peuvent s’associer. Quelques exemples :
  • la dyspraxie constructive concerne les activités où l’on assemble différents éléments (cubes, Légo, puzzles…)
  • la dyspraxie constructive visuo-spatiale qui associe → un trouble dans l’organisation du geste
    • un trouble du regard
    • un trouble de la construction de certains composants de spatialisation

La dyspraxie atteint les enfants de manières différentes (selon son intensité, ses particularités ou s’il y a des troubles associés.) tous n’éprouvent pas les mêmes problèmes, mais tous auront des problèmes de manipulation.

Quelles conséquences dans la classe ?

EN GRAPHISME ET ECRITURE :
Le jeune dyspraxique va se retrouver rapidement en difficulté, car on lui propose des tâches essentiellement praxiques :

  • découpage, collage, coloriage, graphisme, labyrinthe
  • puzzles, jeux de construction
  • imitation des gestes (chant, motricité…)
  • troubles de l’habillage

L’adaptation au handicap de l’enfant dépendra de la nature de la dyspraxie et des éventuels troubles associés (dysphasie, hyperactivité, dyslexie, dyscalculie, dysgraphie …) D’où des difficultés :

EN LECTURE :
Il risque de stagner à un stade de déchiffrage plus ou moins efficace et laborieux et à avoir du mal à entrer dans la lecture de textes.

  • confusion de lettres (a e , ou on…)
  • acquisition difficile des sons complexes.
  • découpage de mots en syllabes malaisé
  • oubli de mots ou de lignes …


EN MATHEMATIQUES :

  • difficultés de manipulation (jetons…)
  • difficultés en arithmétique (numération) et en géométrie apprentissage de la comptine numérique par exemple…


DE MANIERE GENERALE :

  • difficulté d’accès à l’écriture cursive
  • difficulté à soigner son travail
  • dessin pauvre
  • mauvaise organisation au niveau de l’espace feuille…

… et souvent :

  • une fatigabilité
  • une grande lenteur
  • difficultés en rapport avec la sociabilisation …

Mais c’est un enfant intelligent, curieux, qui a souvent une bonne mémoire et une aisance à l’oral et qui apprend avec plaisir…

Quelle pratique de classe adopter ?

EN GRAPHISME ET ECRITURE

  • ne pas insister sur l’apprentissage du graphisme, ne pas donner de lignes verticales, horizontales, de carreaux….
  • proposer des feuilles grand format
  • utiliser des outils qui glissent bien (exemple : plutôt des feutres que des crayons de couleur)
  • proposer des coloriages, ne pas insister s’il dépasse
  • proposer d’écrire ou de tracer sans regarder
  • utiliser des progressions de dessins et de coloriages sur l’ordinateur et inciter l’enfant à utiliser le clavier
  • utiliser des pochoirs
  • varier les supports, les orientations
  • utiliser de la pâte à modeler en relief
  • privilégier le plaisir dans toute activité manuelle
  • ne pas faire copier à partir de modèles
  • utiliser un repérage couleur sur la feuille : où démarrer, où écrire…
  • utiliser plutôt un format A3
  • entourer la feuille d’un trait de feutre (cadre)• ….

EN LECTURE

  • insister sur la conscience phonologique
  • l’écrit devrait précéder la lecture
  • agrandir des caractères et des espaces (entre les mots, entre les lignes)
  • éviter l’écriture manuelle, préférer l’écriture scripte, si possible, toujours le même police de caractères
  • utiliser des repères et des couleurs (alternance des lignes)
  • entraîner l’enfant à suivre avec le doigt, en mettant un cache
  • utiliser des étiquettes amovibles
  • vraiment insister sur l’automatisation de la lecture de syllabes...


EN MATHEMATIQUES

  • trouver des astuces pour faciliter les manipulations
  • ne pas l’inciter à utiliser ses doigts pour calculer
  • travailler la perception globale des petites collections (constellation du dé)
  • insister sur la mémorisation de la comptine numérique
  • s’appuyer sur la file numérique pour travailler l’ajout et le retrait de petites quantités
  • développer l’apprentissage du calcul mental et réfléchi
  • pour la résolution de problèmes, favoriser la formulation du problème par la verbalisation
  • pour la géométrie et les opérations, utiliser des logiciels spécifiques pour permettre l’accès à certaines notions
  • permettre l’utilisation précoce d’une calculette
  • utiliser un codage couleur (exemple : tableau, opérations, unités, dizaines…)


DE MANIERE GENERALE :

  • éviter de donner plusieurs consignes à la fois
  • éviter les travaux où il faut relier 2 éléments
  • donner des indications précises surtout au niveau spatial
  • accompagner verbalement les mouvements
  • éviter de laisser l’élève faire plusieurs choses à la fois
  • ne pas proposer de maintien en maternelle pour des difficultés de graphisme
  • adapter le niveau d’exigence
  • être patient et ne pas stresser
Pour en savoir plus ?

Site internet :