Skip to content

Accueil > A.S.H. > Centre de ressources ASH > Handicap sensoriel auditif

Handicap sensoriel auditif

mardi 24 juin 2008, par Conseiller pédagogique départemental usages du numérique

De quoi s’agit-il ?
Tous les sons qui existent dans la nature peuvent être représentés à l’aide de trois paramètres qui sont l’intensité (exprimée en décibel ou dB), la fréquence (exprimée en Hz) et le temps (exprimé en seconde).
La connaissance de ces trois paramètres à tout instant permet la reconnaissance et l’intégration centrale des signaux sonores perçus ; bruit ou parole.
L’absence de perception d’un de ces paramètres ou la perception déformée de celui-ci conduit à une mauvaise intégration du message et donc à des confusions.
Comment cela se manifeste-t-il ?

Il existe quatre degrés ( NB ; la voix normale se situe à 60 dB) :

  1. Déficience auditive légère : perte de 20 à 40 dB.
  2. Déficience auditive moyenne : perte de 40 à 70 dB.
  3. Surdité sévère : perte de 70 à 90 dB.
  4. Surdité profonde : perte supérieure à 90 dB.

Stratégies à mettre en place :

  • Prévention : éducation précoce, guidance parentale.
  • Rééducation, communication :
  • Démutisation : apprentissage de la parole et du langage
  • Lecture labiale
  • Langage parlé complété (LPC)
  • Dactylologie : chaque lettre de l’alphabet est formée par une position particulière des doigts.
  • Français signé (FS)
  • Français complet signé et codé (FCSC) combinaison du LPC, du LSF et d’expression orale
  • Langue des signes française (LSF)
  • Concernant le mode de communication choisi par le jeune sourd et les répercussions de ce choix, se reporter au décret n°2006-509 du 5 Mai 2006.

Quelles conséquences dans la classe ?

Quelle pratique de classe adopter ?

Quelques réponses pédagogiques :

  • Donner le plus d’informations visuelles possible : écrits, dessins, pictogrammes, illustrations, mimiques, gestes, affichages, photos, légendes…)
  • Se placer bien face à l’élève lorsqu’on s’adresse à lui.
  • Bien articuler, que la forme des lèvres soit bien visible.
  • Expliciter les mots nouveaux.
  • Chercher et maintenir le contact par le regard.
  • Rechercher, en l’accentuant, l’expressivité du visage pour traduire les émotions.
  • Accentuer l’articulation des mots, ralentir le débit de la parole.
  • Penser la place géographique de l’élève dans la classe pour qu’il soit proche des supports visuels
  • Favoriser la vue du groupe au complet.

D’une manière générale, il faut veiller à :

  • accentuer l’explication
  • la fatigue générale
  • la gestion des émotions, la lenteur
  • la part des inquiétudes, du stress

Quelques recommandations pédagogiques :

  • développer la communication
  • donner accès à une compréhension qui soit la meilleure possible
  • développer le langage corporel
  • Si l’enfant est appareillé, veiller au bon fonctionnement des différentes formes d’aide auditives. Signaler tout problème aux parents.
Pour en savoir plus ?
  • Fédération nationale pour l’insertion des personnes sourdes et personnes aveugles en France (FISAF) : www.fisaf.asso.fr
  • Guide HANDISCOL : vous y trouverez notamment des noms de revues spécialisées, d’ouvrages pour la bibliothèque des enfants
  • En Meuse :

SESSAD PEP

rue de Champagne à Bar-le-Duc03.29.79.31.24
Ou Avenue Jules FERRY à VERDUN 03.29.86.07.27