Skip to content

Accueil > A.S.H. > Centre de ressources ASH > Trisomie 21

De quoi s’agit-il ?
La trisomie 21 résulte d’un accident mécanique subi par les chromosomes lors de la division cellulaire.
Accidentelle et imprévisible, la trisomie 21 est, toutes formes confondues, l’anomalie génétique la plus courante dans le monde.
Au-delà de certains traits morphologiques, les personnes porteuses de trisomie partagent un développement psychomoteur plus lent et des possibilités intellectuelles plus faibles que la moyenne.
Comment cela se manifeste-t-il ?

A ce handicap global, qui varie très largement d’un sujet à l’autre, peuvent se rajouter des pathologies associées dont les principales sont :

  •  des malformations cardiaques
  •  une sensibilité accrue aux infections O.R.L.
  •  une hypotonie (diminution du tonus musculaire)
  •  une hyperlaxité ligamentaire
  •  une hypothyroïdie (qui peut être à l’origine des signes de fatigue)
  •  des troubles de régulation de la glycémie

Toutes ces pathologies ne sont pas systématiques
Les personnes porteuses de trisomie 21 ne se plaignent pas nécessairement même lorsqu’elles ont mal, si bien qu’un problème de santé peut passer inaperçu pour l’entourage et que le diagnostic est parfois difficile à établir pour le médecin.

Quelles conséquences dans la classe ?
A. Le développement mental.

Chez la plupart il existe une déficience intellectuelle. Les compétences sont variables d’un individu à l’autre. Elles sont liées au capital génétique mais aussi à l’éducation, l’environnement social et familial.

B. Le langage

Le développement du vocabulaire et le développement phonologique correspondant sont plus lents.

C. L’attention

Une labilité de l’attention existe surtout de 4-5 ans à 12-13 ans. Une action pédagogique adaptée, prenant en compte le besoin de pauses, permet de faire progresser de manière notable le temps de concentration.

D. Le temps de latence

Il existe un temps de latence qui diminue mais reste présent même avec des rééducations appropriées. L’enfant a besoin de temps avant de formuler sa réponse à une question posée. Il lui est également difficile d’intégrer plusieurs consignes données simultanément.

E. Le raisonnement

L’enfant trisomique raisonne soit par analogie, soit par évocation. Il sectorise les étapes du raisonnement, pour arriver à l’étape finale. Ainsi la conversation peut paraître décousue, alors qu’en réalité, une logique du raisonnement existe. Les enfants trisomiques ont des difficultés d’abstraction qui proviennent d’un excès d’analyse au détriment de l’esprit de synthèse. Ils éprouvent de grandes difficultés pour réaliser des opérations inverses ou revenir en arrière.

F. La mémoire

Le fonctionnement de la mémoire est correct, mais l’enfant retient moins de choses (limitation de l’empan de mémoire). Un travail des stratégies de mémorisation permet une augmentation significative de l’efficience.

Quelle pratique de classe adopter ?

L’objectif premier est d’aider l’enfant porteur de trisomie 21 à acquérir la plus grande autonomie possible, d’abord dans son quotidien d’élève (travail, habillage, vie en communauté avec les autres enfants...) et à plus long terme dans sa vie d’adulte au sein de la société.
L’enfant trisomique si l’on respecte son rythme, sa façon de se comporter, est en mesure de répondre aux exigences provenant de son milieu de vie et de respecter les règles générales de la vie en société.

Patience et conviction, ces deux qualités sont nécessaires voire indispensables à la réussite de ces élèves.

Les exigences

Elles ne doivent pas être moindres mais adaptées : il faut être exigeant au niveau de la politesse, du rangement, du respect du matériel, … afin de faciliter l’intégration de l’enfant plus tard.

Adaptation du programme :

A partir des programmes, du rythme de l’enfant et de son projet, les supports pourront varier, la progression pourra être aménagée, le choix des séquences adapté.

Autant que possible, l’enfant aura besoin de manipuler, de concrétiser la chose vu sa difficulté à entrer dans l’abstraction.

Adaptation pédagogique :

Elle est indispensable !!!
Ne pas donner plusieurs consignes à la fois.
Mieux vaut attendre que l’information soit intégrée, leur laisser le temps.
Eviter autant que possible l’angoisse, établir un climat de confiance, tout passe par la motivation

Les modalités de travail :

Varier les modes relationnels et les situations d’apprentissage car ces enfants ont tendance à s’enfermer dans des rituels.

Les points d’appui :

Connaître les difficultés, les réussites, les qualités de l’enfant. La plus grande force de ces élèves réside dans leur curiosité et leur envie d’apprendre
L’information doit être redondante en s’appuyant sur différents canaux (verbal, gestuel..)

Des outils pour mesurer les progrès

Pour en savoir plus ?
  • Scolariser un élève porteur de trisomie 21- Guide édité par GEIST 21- www.trisomie21-France.org
  • Enseigner aux enfants atteints de la trisomie 21- Guide édité par le Centre Franco-Ontarien de ressources Pédagogiques (C.F.O.R.P) - Canada
  • Le jeune enfant porteur de trisomie 21- Ed Nathan Université.B Céleste-B Lauras