Vous êtes ici : Accueil > ... les arts décollent > Dilili à Paris.

Dilili à Paris.

Le mardi 11 décembre, de nombreuses classes de l’école
du CE1 au CM2, ont assisté au cinéma le Royal de Saint Max
à une projection du tout dernier film d’animation
de Michel Ocelot : Dilili à Paris !
 

Dans le Paris de la Belle Époque,
en compagnie d’un jeune livreur,
circulant dans la ville en triporteur,
la petite kanake Dilili mène une enquête
sur des enlèvements mystérieux de fillettes.
Elle va d’aventure en aventure
à travers la ville prestigieuse,
rencontrant des hommes et des femmes
extraordinaires, qui l’aident,
et des méchants, qui sévissent dans l’ombre.
Les deux amis feront triompher la lumière,
la liberté et la joie de vivre ensemble.

 
 
 
Ce film aura séduit
tous les enfants :
Michel Ocelot, réalisateur
d’Azur et Asmar
et de Kirikou et la sorcière,
nous offre un univers très esthétique,
mêlant décors photographiés et
techniques d’animation.

Au cour de toutes ses aventures, Dilili croise de nombreux personnages historiques,
devenus célèbres par leur œuvre artistique, scientifique ou politique...
Une manière subtile de nous rappeler de précieux messages de liberté,
d’égalité et de fraternité, si chers à chacun d’entre nous !

Un chef d’œuvre d’humanisme qui aura ému tous les élèves. |-)
 

Dilili à Nancy aussi...

En plein cœur du film, les enfants ont su reconnaître
plusieurs créations du mouvement "Art Nouveau" de notre ville...

 

Chez Sarah Bernhardt, Dilili passe devant le lit
"Aube et Crépuscule", créé par Emile Gallé en 1904.
Au pied du lit, un couple de papillons encadre un oeuf de verre :
ils symbolisent le début du jour et l’amour.
Dans l’œuf de verre sont gravés de petits papillons
qui ne vivent qu’un jour : les éphémères.
Ils représentent la vie et rappellent
qu’elle est parfois bien courte...
À la tête du lit, c’est un papillon de nuit,
le sphinx, qui est représenté.
Il évoque la fin de la journée,
mais aussi la fin de la vie
car il a la tête en bas et ses ailes se referment...
Toujours chez Sarah Bernhardt,
on voit la magnifique "Salle à Manger Masson",
réalisée par Eugène Vallin, en collaboration avec Victor Prouvé.
Cette commande, réalisée pour un appartement de Nancy,
a été totalement démontée et réinstallée à Paris
durant la Première Guerre mondiale...
En 1939, la propriétaire en fait don au Musée de Nancy.

Enfin, chez Marcel Proust, on peut remarquer trois vases,
que Michel Ocelot a photographiés lui-même...

 
 
 
 
Toutes ces œuvres sont exposées
au Musée de l’École de Nancy.

Dilili, messagère de l’UNICEF !

À la veille de la Journée internationale de la fille et à l’occasion de la sortie du nouveau film de Michel Ocelot
Dilili à Paris, le 10 octobre 2018, la jeune héroïne devient messagère de l’UNICEF [1].
 

Dans ce clip réalisé spécialement pour soutenir les messages de l’UNICEF
contre les mariages précoces et pour le droit des filles à l’éducation,
Dilili prend la parole pour revendiquer que toutes les filles
doivent pouvoir s’épanouir librement et en paix.

 

Cliquer ici pour rejoindre le site de l’UNICEF !

Notes

[1United Nations of International Children’s Emergency Fund (en anglais), ou Fonds des Nations Unies pour l’Enfance.