Publié : 5 juin 2014

Texte de la dictée n°31 CM1-CM2 2013-2014


Monsieur Verny, notre maître d’école, a esquissé un sourire de satisfaction à la fin du dernier refrain. C’était un homme droit et juste qui avait pour habitude d’arpenter la classe de long en large, sa longue baguette de saule à la main. Un vieil instituteur à la moustache grisonnante. Un pur et dur de la troisième République. Il nous faisait marcher au pas entre les tilleuls de la cour de récréation. Il ponctuait nos chants patriotiques de « une, deux ! », « une, deux ! » qui rythmaient notre allure.


Depuis quatre années, nous n’avions plus que des « anciens » pour nous faire la classe. Les jeunes instituteurs pataugeaient dans les tranchées, sur le front.


Un sifflement strident a empli nos oreilles. Un nouveau bombardement commençait. Dans ces cas-là, une seule solution : courir le plus vite possible, fuir la cour et se réfugier dans les caves de l’école. De grandes caves voûtées où les bruits du bombardement nous parvenaient plus atténués.


D’après Gilles Fresse "De la guerre à la mer"