Pôle départemental école maternelle 54

Vous êtes ici: Accueil  >  Domaines d’apprentissage  >  JOUER et APPRENDRE à l’école maternelle  >  FORUM 2018 : « le temps perdu un temps gagné »  > 

JOUER et APPRENDRE à l’école maternelle

FORUM 2018 : « le temps perdu un temps gagné »

Intérêts pédagogiques (Extraits des documents d’accompagnement)

Programme de l’école maternelle

5. Explorer le monde

5.1. Se repérer dans le temps et l’espace

DÚs leur naissance, par leurs activités exploratoires, les enfants perçoivent intuitivement certaines dimensions spatiales et temporelles de leur environnement immédiat. Ces perceptions leur permettent d’acquérir, au sein de leurs milieux de vie, une premiÚre série de repÚres, de développer des attentes et des souvenirs d’un passé récent. Ces connaissances demeurent toutefois implicites et limitées. L’un des objectifs de l’école maternelle est précisément de les amener progressivement à considérer le temps et l’espace comme des dimensions relativement indépendantes des activités en cours, et à commencer à les traiter comme telles. Elle cherche également à les amener à dépasser peu à peu leur propre point de vue et à adopter celui d’autrui.

5.1.1. Objectifs visés et éléments de progressivité

  • Le temps
    L’école maternelle vise la construction de repÚres temporels et la sensibilisation aux durées : temps court (celui d’une activité avec son avant et son aprÚs, journée) et temps long (succession des jours dans la semaine et le mois, succession des saisons). L’appréhension du temps trÚs long (temps historique) est plus difficile notamment en ce qui concerne la distinction entre passé proche et passé lointain.
  • Stabiliser les premiers repÚres
    temporels :
    Pour les plus jeunes, les premiers repÚres temporels sont associés aux activités récurrentes de la vie quotidienne d’où l’importance d’une organisation réguliÚre et de rituels qui marquent les passages d’un moment à un autre. Ces repÚres permettent à l’enseignant d’« ancrer » pour les enfants les premiers éléments stables d’une chronologie sommaire et de leur proposer un premier travail d’évocation et d’anticipation en s’appuyant sur des évÚnements proches du moment présent.
  • Introduire les repÚres sociaux
     ? partir de la moyenne section, les repÚres sociaux sont introduits et utilisés quotidiennement par les enfants pour déterminer les jours de la semaine, pour préciser les évÚnements de la vie scolaire. L’enseignant conduit progressivement les enfants à relier entre eux les différents systÚmes de repérage, notamment les moments de la journée et les heures pour objectiver les durées et repÚres utilisés par l’adulte (dans cinq minutes, dans une heure).
  • Consolider la notion de chronologie
    En moyenne section, l’enseignant propose un travail relevant de la construction de la chronologie portant sur des périodes plus larges, notamment la semaine. Il s’appuie pour ce faire sur des évÚnements vécus, dont le déroulement est perceptible par les enfants et pour lesquels des étapes peuvent être distinguées, ordonnées, reconstituées, complétées. Les activités réalisées en classe favorisent l’acquisition des marques temporelles dans le langage, notamment pour situer un propos par rapport au moment de la parole (hier, aujourd’hui, maintenant, demain, plus tard…), ou l’utilisation des formes des verbes correspondantes. L’enseignant crée les conditions pour que les relations temporelles de succession, d’antériorité, de postériorité, de simultanéité puissent être traduites par les formulations verbales adaptées (avant, aprÚs, pendant, bien avant, bien aprÚs, en même temps, etc.). En grande section, des évÚnements choisis en fonction des projets de classe (la disparition des dinosaures, l’apparition de l’écriture…) ou des éléments du patrimoine architectural proche, de la vie des parents et des grands-parents, peuvent être exploités pour mettre en ordre quelques repÚres communs mais sans souci de prise en compte de la mesure du temps.
  • Sensibiliser à la notion de durée
    La notion de durée commence à se mettre en place vers quatre ans de façon subjective. En recourant à des outils et dispositifs qui fournissent une appréciation plus objective, l’enseignant amÚne les enfants non pas à mesurer le temps à proprement parler, mais à le matérialiser en visualisant son écoulement. Ainsi, les sabliers, les enregistrements d’une comptine ou d’une chanson peuvent permettre une premiÚre appréhension d’une durée stable donnée ou la comparaison avec une autre.

Ressources maternelle Jouer et apprendre Les jeux à rÚgles

Des jeux pour conceptualiser :

Certains jeux à rÚgles peuvent favoriser des raisonnements logiques, développer des stratégies d’ordre cognitif, construire des compétences mathématiques sans la contrainte didactique du résultat, faire évoluer les savoir-faire vers des procédures plus opératoires, faire évoluer chaque élÚve vers plus de réflexion, de concentration et d’analyse des situations. On peut distinguer quatre catégories de jeux à rÚgles impliquant des connaissances conceptuelles logico-mathématiques :

• Les jeux de cartes, dominos, Memory, jeux de plateau... Ces jeux sont trÚs souvent utilisés à l’extérieur de l’école. Il est important de les utiliser en classe car ils établissent un lien entre pratiques scolaires et pratiques familiales.

• Les jeux géométriques. Ils demandent à l’élÚve d’organiser un cheminement dans des espaces (jeux de labyrinthe), de construire des images mentales de figures et d’articuler entre elles plusieurs figures (puzzles géométriques).

• Les jeux numériques. Ils permettent de jouer avec les nombres et donc d’accroître, grâce à leur fréquentation, la familiarité des enfants avec la suite numérique et les fonctions des nombres (Yam’s, jeu du nain jaune).

• Les jeux de déplacement, jeux de pistes, jeux de parcours. Ils associent le plus souvent des contraintes spatiales et des données numériques dans le cadre de la mise en place de stratégies.-

Annexe : jouer pour parler

Jeux à rÚgles

Le langage est à de nombreux moments présent dans l’activité de jeu : soit pour rappeler ce qui a été fait, soit pour envisager ensemble ce que l’on va faire, comment, pourquoi, avec qui. Ainsi, toute situation de jeu peut être l’occasion de mobiliser le langage dans ses différentes dimensions, d’en permettre différents usages autres que celui de la conversation ordinaire, usages qui renvoient à des discours narratifs, explicatifs, voire argumentatifs. L’école demande réguliÚrement aux élÚves de parler de ce qui n’est pas immédiatement perceptible dans la situation immédiate et de s’exprimer de maniÚre de plus en plus explicite et donc de mobiliser le seul langage pour se faire comprendre.

Points de vigilance (en fonction de référents didactiques ou pédagogiques) :

Importance accordée au jeu, à la résolution de problÚmes et aux entraînements (dont les rituels peuvent faire partie)

Pour les apprentissages suivants :

  • Stabiliser les premiers repÚres temporels. L’enseignant observe que l’enfant commence à réussir ou réussit réguliÚrement à…
    • associer les moments de la journée avec des activités réguliÚres de la classe ;
    • dire ce qu’on a fait avant et aprÚs une activité ;
    • se repérer dans les premiers éléments chronologiques sur un temps court (la demi-journée) et utiliser correctement les mots « matin », « aprÚs-midi », « soir » ;
    • utiliser correctement les mots « jour » et « mois » ;
    • connaitre la suite des noms des jours, de la semaine et savoir dire « celui qui précÚde » et « celui qui suit » un jour donné ;
  • Introduire des repÚres sociaux. Consolider la notion de chronologie. L’enseignant observe que l’enfant commence à réussir ou réussit réguliÚrement à…
    • utiliser des marques temporelles dans le langage, notamment pour situer ce dont on parle par rapport au moment où l’on parle (hier, aujourd’hui, demain, plus tard…),
    • utiliser les formes des verbes adaptées (présent, futur, passé) même si la conjugaison exacte fait encore défaut
    • utiliser le vocabulaire adapté pour traduire une relation entre deux faits, deux moments : avant, aprÚs, pendant, bien avant, bien aprÚs, en même temps, plus tÎt que, plus tard, dans deux jours…
  • Sensibiliser à la notion de durée. L’enseignant observe que l’enfant commence à réussir ou réussit réguliÚrement à…
    • utiliser divers outils (comptage régulier, sablier, horloge…) pour comparer des durées

Documents à télécharger (diaporama de présentation, exemples de productions d’élÚves, outils pour l’enseignant, …) :

Powerpoint joint

Contact :

CPC : Laurent Duron circonscription de Vandoeuvre

Et

 ?cole maternelle : SégolÚne Boitel PEMF école maternelle du Charmois segolene.boitel@ac-nancy-metz.fr

Pour aller plus loin... (Docts Eduscol ou autres ressources)