Pôle départemental école maternelle 54

Vous êtes ici: Accueil  >  Gestion de classe  >  Pédagogie différenciée  >  Les ateliers individuels de manipulation (A.I.M.)  > 

Pédagogie différenciée

Les ateliers individuels de manipulation (A.I.M.)

Fondés sur des principes de la pédagogie Montessori, les ateliers individuels de manipulation connaissent un engouement auprÚs des collÚgues de maternelle. Ces enseignants, désireux de faire évoluer leurs pratiques, d’échanger, de mutualiser des outils et de travailler en équipe ont cherché à s’approprier dans leurs classes ce mode de fonctionnement.

Les intérêts pour les élÚves

- s’engager activement dans une activité choisie par la manipulation ;
- maintenir son attention et travailler la concentration dans des situations ludiques et à partir d’un matériel souvent attrayant ;
- avoir la possibilité de répéter, de s’entrainer et ainsi d’automatiser des procédures, des savoir-faire, à son rythme ;
- développer l’autonomie et favoriser le respect par tous des rÚgles de la vie quotidienne de classe (utiliser, ranger, respecter le matériel).

Les intérêts pour les enseignants

- se dégager du temps pour observer les élÚves,apporter des aides individualisées (relation duelle) et repérer des acquis ;
- institutionnaliser une mise en particuliÚre des apprentissages ;
- préparer pour les élÚves des parcours différenciés  ;
- gagner en efficacité dans la planification des apprentissages (par période par exemple).

La mise en œuvre

(Cf. "AIM - Comparatif 3 types de pratiques") :

Trois types de pratiques des A.I.M sont identifiées dans les classes (pour faciliter la lecture, nous les présentons isolément, mais elles peuvent intervenir conjointement dans une même classe, suivant les choix de l’enseignant) :
- la pratique de "délestage" correspond à des activités décrochées ;
- la pratique "parallÚle" fait référence à des activités autonomes qui visent des objectifs spécifiques sans lien avec les autres temps d’apprentissage. Les ateliers individuels de manipulation sont mis en œuvre sur une plage ritualisée et identifiée de l’emploi du temps ;
- la pratique "intégrée" mobilise les A.I.M au sein des différentes phases d’une séquence pour une cohérence globale des apprentissages.

Des points de vigilance  

- Intégrer la dimension sociale de l’apprentissage :les interactions entre enfants, le langage, les échanges entre pairs (Cf. "AIM - Comparatif 3 types de pratiques" et "AIM - Intérêts et pts vigilance selon phases d’une séquence")
- Réserver la mise en œuvre des A.I.M aux domaines qui s’y prêtent le plus (Cf. "AIM - Programme 2015 - Intérêts selon les domaines"), tout particuliÚrement :

  • Construire les premiers outils pour structurer sa pensée ;
  • Explorer le monde (utiliser, fabriquer, manipuler des objets) ;

- Avoir conscience de l’intérêt plus limité dans certains domaines :

  • Le langage oral ;
  • l’écriture, le geste graphique ;
  • la compréhension de l’écrit ;
  • l’activité physique ;
  • la création et l’imaginaire dans les activités artistiques.

- Adapter ses gestes professionnels aux modalités d’exploitation des A.I.M au service des apprentissages : pratique de délestage, pratique autonome, ou intégrée (Cf. "AIM - Comparatif 3 types de pratiques") ;
- Identifier les phases les plus propices d’une séquence d’apprentissage pour mettre en œuvre des ateliers individuels (découverte, entraînement, réinvestissement) selon les objectifs visés (Cf. "AIM - Intérêts et pts vigilance selon phases d’une séquence")