Site des Directeurs de Meurthe et Moselle

Vous tes ici: Accueil  >  PEDAGOGIQUE >  Socle Commun - Programmes - Evaluation >  LPC - Livret Personnel de Comptences Simplifi > 

Socle Commun - Programmes - Evaluation

LPC - Livret Personnel de Comptences Simplifi

Le livret personnel de comptences (LPC) atteste l’acquisition des connaissances et comptences du socle commun, de l’cole primaire la fin de la scolarit obligatoire. Depuis la rentre 2009, il est gnralis tous les collges. Il est utilis l’cole primaire depuis 2008.


Arriv dans les coles suite la circulaire n° 2010-087 du 18 Juin 2010, parue au BO n°27 du 8 Juillet de la mme anne, le Livret Personnel de Comptences, dans sa forme initiale, n’est plus en vigueur. En effet, la demande du Ministre, le directeur gnral de l’enseignement scolaire a fait paratre une note de service (n°2012-154 ) au BO n°35 du 27 Septembre 2012 par laquelle il donne des consignes de simplification et d’allgement des processus de validation des comptences du socle commun au travers du LPC. Ces dispositions ont un caractre transitoire, en attendant la redfinition du socle commun de connaissances et de comptences associe la future loi d’orientation pour l’ducation qui ne manquera pas d’entraner galement des modifications quant aux procdures d’valuation. Ces nouvelles consignes vont avoir des consquences pour les quipes d’coles, car, mme si elles visent allger le travail des enseignants et des directrices et directeurs, elles ne traitent que de la restitution de l’acte d’valuation, savoir la validation de chacune des 7 comptences, qui devient le seul acte obligatoire. Cette note de service cible clairement la simplification du travail de renseignement du LPC et sa communication aux familles. En revanche, chacun sait que l’acte d’valuation, sur lequel il est ncessaire de s’appuyer pour valider les comptences, est un acte complexe qui ncessite une dfinition prcise des critres relis aux composantes de la comptence valider. La simplification de l’outil ne doit pas conduire l’cole une valuation « simpliste ».
Pour que le Conseil des matres de cycle puisse valider une comptence, il faudra toujours qu’il s’appuie sur des lments objectifs, issus d’une analyse des savoirs, savoir-faire et savoirs-tre qui composent cette comptence. Dans cette optique, la rfrence aux items qui composent la comptence dans le Livret de 2010 devrait nanmoins rester d’actualit… tant que le socle commun n’aura pas t toilett.

Les nouvelles dispositions

1. Dans le cas des lves ne rencontrant pas de difficults particulires, l’attribution du socle repose uniquement sur la validation des trois (cycle 2) ou des sept comptences (cycle 3), sans que soit exig le renseignement des domaines et des items du livret personnel de comptences.

2. Lorsqu’il s’avre que l’acquisition d’une comptence est discute, les quipes pdagogiques ne renseignent que les domaines et non plus les items (26 domaines, pour le palier 3, contre 97 items au total).

3. Une simple attestation de validation des comptences, en une page au lieu des 25 pages du livret actuel, sera adresse aux familles. Paralllement, le paramtrage de l’application LPC est en cours de simplification.

La note de service introduit une diffrence de traitement selon que l’lve rencontre ou non des « difficults particulires » : procdure allge pour les uns et plus analytique pour les autres. Mais o placer le curseur de la « difficult particulire » ? Les quipes ne manqueront pas de se poser la question.
Par ailleurs, tout l’intrt de l’valuation, dans sa dimension formative, est de pouvoir identifier, mme pour des lves qui ne sont pas en difficult, leurs points forts et leurs points faibles pour mieux cibler les axes de progrs. Cet aspect est important dans le renforcement de la perception de l’expertise professionnelle des enseignants par les familles et lors des rencontres parents professeurs, la capacit porter un regard dtaill sur les comptences de l’lve ajoute la crdibilit des enseignants et l’adhsion des familles.
Toutes ces remarques pour vous inciter faire comprendre vos quipes que l’valuation fine des comptences sera toujours un auxiliaire indispensable de l’enseignement et qu’il serait dangereux d’interprter cette simplification comme un abandon de l’utilit de l’valuation. Bien au contraire, plus la validation des comptences de l’lve est ralise de manire synthtique, plus les outils permettant de valider doivent tre prcis et objectivs.

En ralit, il s’avre urgent, afin de lever toute ambigut concernant la perception des enseignants sur la question des valuations, que le Ministre spare clairement les niveaux d’valuation et surtout ses diffrentes fonctions. Le premier niveau se situe dans l’cole. C’est ce niveau que l’on dcouvre les deux fonctions essentielles de l’valuation  :

  • La premire fonction doit tre le reprage des acquis et des besoins des lves. Cette fonction est cible sur l’aide aux lves et la personnalisation des apprentissages.
  • La seconde fonction au niveau de l’cole est la rgulation des enseignements, pris dans leur continuit sur l’ensemble du cursus. Ces deux fonctions ncessitent bien des valuations harmonises, afin de donner des repres objectifs l’ensemble des enseignants, mais leur exploitation doit rester au niveau de l’cole qui demeure le niveau oprationnel des apprentissages.

Elles doivent donc rester des valuations formatives. Concernant le second niveau, qui se situe au plan national, il renvoie une troisime fonction de l’valuation, destine non aider les lves mais mesurer l’efficacit du systme ducatif. Pour cette fonction, que l’on peut comprendre utile pour que la nation puisse valuer le systme qu’elle met en place, des valuations organises par chantillonnage seraient la fois plus justes scientifiquement et plus pertinentes. En distinguant ces deux dispositifs, il y a fort parier que l’on s’apercevrait que les enseignants n’ont jamais rejet l’valuation de leurs lves qui reste pour eux un repre ncessaire leur travail.

Naturellement, l’examen du cas de chaque lve pour la validation des comptences devra, comme indiqu plus haut, s’appuyer sur l’valuation fine ralise en classe par l’enseignant. Plus ces valuations seront en lien avec les domaines observs, plus la validation sera facile…