CIRCONSCRIPTION DE TOUL

Vous êtes ici: Accueil  >  Pédagogie >  Enseigner avec le numérique >  Des fiches d’exploitation pour les émissions ’C’est pas sorcier’

Enseigner avec le numérique

Des fiches d’exploitation pour les émissions ’C’est pas sorcier’

Cette ressource est mise en ligne sur le blog de Bruce Demaugé-Bost.

La description du matériel proposé par son auteur :
"L’objectif de ces fiches est de fournir à la fois un outil de réflexion préalable, un support lors du visionnage (afin d’éviter qu’il soit trop passif) et une trace écrite ultérieure (en guidant la prise de notes). Elles n’ont pas vocation à se substituer à des situations réelles de tâtonnement, d’analyse, d’expérimentation, mais plutôt de permettre une diversification des voies d’acquisition du savoir... La rubrique s’enrichira progressivement..."

Une centaine de fiches sont d’ores et déjà disponibles.

>Accéder à la ressource

Comment utiliser les fiches ? Les propositions de Bruce Demaugé-Bost :

" Une idée parmi d’autres : permettre un travail en petit groupe de deux à quatre élèves autour d’un document qui les intéresse (en tenant compte de la question des droits de diffusion). C’est aisé à mettre en place si la classe fonctionne en “ateliers”... Un visionnage collectif par toute la classe ne serait-il pas quelque part un gâchis de compétences (a-t-on vraiment besoin d’un prof pour regarder un écran ?) En ce qui me concerne, je crois l’instit généralement beaucoup plus utile ailleurs (et cela ne l’empêche pas d’intervenir aux moments opportuns)...

La démarche à laquelle incite la fiche est de type socio-constructiviste ; elle part du principe que l’on apprend mieux si l’on s’est interrogé auparavant sur ce que l’on sait ou croit savoir d’un sujet et si l’on a pu prendre conscience des opinions divergentes que pouvaient avoir les autres sur ce même sujet. Le documentaire devient alors un outil de résolution des conflits socio-cognitifs ainsi créés... Avant de visionner l’émission, il semble donc utile d’inciter les élèves à remplir la fiche au crayon à papier, puis à comparer leurs réponses avec celles de leurs camarades. Une fois le document vu et les réponses confrontées, un résumé personnel permettra de faire le point sur les notions importantes qu’il faudrait retenir. Chacun se rend alors compte des représentations qu’il avait et les conforte ou bien les modifie en conséquence.

Il est possible de rendre la collecte des informations plus complexe en effaçant les/des numéros inscrits à l’intérieur des “réveils“ : les questions sont alors dans l’ordre chronologique, mais sans indication de temps... Cela rend toutefois les fiches nettement plus difficiles (étant donné qu’elles nécessitent déjà souvent une interprétation et reformulation du contenu de la vidéo)...".

Dans la même rubrique