CIRCONSCRIPTION DE TOUL

Vous êtes ici: Accueil  >  Pédagogie >  Pratiques de classes >  L’ENSEIGNEMENT EXPLICITE – QU’EST CE QUE C’EST ?

Pratiques de classes

L’ENSEIGNEMENT EXPLICITE – QU’EST CE QUE C’EST ?

A consulter le dossier
- Rendre les apprentissages explicites (IEN de Bourgoin2)

L’ENSEIGNEMENT EXPLICITE – QU’EST CE QUE C’EST ?
Expliciter les démarches d’apprentissage pour que les élèves comprennent le sens des enseignements

Apprendre :
Les élèves des milieux populaires peinent fréquemment pour identifier les enjeux d’apprentissages des tâches scolaires qui leur sont proposées. Nombre d’entre eux sont enfermés dans une logique du « faire », guident leur action sur la réussite immédiate de la réalisation de la tâche au détriment de sa signification. De ce fait, ils ont donc du mal à transférer leurs connaissances dans une nouvelle tâche, ou cherchent à appliquer sans réfléchir les procédures qu’ils maîtrisent à des situations inappropriées, alors que selon certains courants de recherche, la construction des savoirs scolaires impliquent une « activité de pensée » pour construire des concepts, abstraire les situations des contextes ou identifier des catégories de problèmes, passer des savoirs de la vie aux savoirs des disciplines (« secondarisation »).

Enseigner :
Il est difficile que cette « attitude de secondarisation » attendue soit explicitée et enseignée aux élèves. Les enseignants, parce qu’ils ont intégré cette « attitude de secondarisation » du fait de leur maitrise des savoirs, passent sans cesse d’un registre premier à un registre second, ne s’attardant pas à expliciter ces changements de registre, parce que, pour eux, ce passage est devenu évident, « naturel ». Ils ont du coup du mal à se rendre compte que pour nombre d’élèves ces passages peuvent poser problème. Ce processus, qui construit des différences de manière « passive » en requérant de tous ce qui n’est maîtrisé que par quelques-uns, se double souvent d’un second processus : une différenciation « active » par laquelle l’enseignant va, lors des mêmes tâches scolaires, solliciter davantage les élèves qui ont déjà construit cette « attitude de secondarisation » , et au contraire solliciter les autres sur le registre premier des actions et des savoirs d’action, dans le but de ne pas les mettre en difficulté, mais renforçant la confusion entre la tâche demandée et l’activité intellectuelle.

Dans la même rubrique