CIRCONSCRIPTION DE TOUL

Vous êtes ici: Accueil  >  Pédagogie >  Loi - Programmes & Socle Commun >  Le redoublement doit être « exceptionnel »

Loi - Programmes & Socle Commun

Le redoublement doit être « exceptionnel »

Écoles primaires, collèges ou encore lycées : le redoublement aura un caractère « exceptionnel  » à partir de la rentrée scolaire 2015. C’est ce qu’indique un décret publié au Journal officiel du jeudi 20 novembre 2014.

Le redoublement pourra en effet être décidé « pour pallier une période importante de rupture des apprentissages scolaires ». Cette décision impliquera également la mise en place d’un accompagnement spécifique des élèves concernés.

Ce décret qui fait suite à l’article 37 de la loi du 8 juillet 2013 portant sur la refondation de l’école ne supprime pas le redoublement mais prévoit, par contre, de le limiter à des situations très spécifiques.

Décret n° 2014-1377 du 18 novembre 2014 relatif au suivi et à l’accompagnement pédagogique des élèves
EXTRAITS DU DECRET :

Le Programme Personnalisé de Réussite Éducative, prévu à l’article L. 311-3-1, permet de coordonner les actions mises en œuvre lorsqu’il apparaît qu’un élève risque de ne pas maîtriser certaines connaissances et compétences attendues à la fin d’un cycle. Il implique des pratiques pédagogiques diversifiées et différenciées, d’une durée ajustable, suivant une progression accordée à celle de l’élève. L’essentiel de ces actions est conduit au sein de la classe.

L’enseignement et l’organisation pédagogique mis en œuvre pour assurer la continuité des apprentissages, en particulier au sein de chaque cycle, prennent en compte les besoins et les réussites de chaque élève afin de permettre le plein développement de ses potentialités, ainsi que l’objectif de le conduire à l’acquisition du socle commun de connaissances, de compétences et de culture.

A tout moment de la scolarité à l’école primaire, lorsque la progression d’un élève dans ses apprentissages le nécessite, un dispositif d’aide est mis en place par l’équipe pédagogique au sein de la classe. Ce dispositif peut s’inscrire dans un programme personnalisé de réussite éducative.

La progression de l’élève est régulièrement évaluée par l’équipe pédagogique afin de faire évoluer les aides qui lui sont apportées. Les représentants légaux sont associés à la mise en place et au suivi du dispositif d’aide.

Des aides spécialisées sont en outre mises en place au profit des élèves qui éprouvent des difficultés persistantes. Elles sont mises en œuvre par des enseignants spécialisés et des psychologues scolaires, conjointement avec l’enseignant de la classe dans laquelle l’élève est scolarisé, et coordonnées avec les autres aides apportées à ces élèves.

L’enseignant de la classe est responsable de l’évaluation régulière des acquis de l’élève. Les représentants légaux sont tenus périodiquement informés des résultats et de la situation scolaire de leur enfant. Dès que des difficultés apparaissent, un dialogue renforcé est engagé avec eux.

« Au terme de chaque année scolaire, le conseil des maîtres se prononce sur les conditions dans lesquelles se poursuit la scolarité de chaque élève. Lorsqu’il s’avère nécessaire, un dispositif d’aide est proposé.

« A titre exceptionnel, le redoublement peut être décidé pour pallier une période importante de rupture des apprentissages scolaires. Il fait l’objet d’une phase de dialogue préalable avec les représentants légaux de l’élève. La décision de redoublement est prise après avis de l’inspecteur de l’éducation nationale chargé de la circonscription du premier degré. En cas de redoublement, un dispositif d’aide est mis en place, qui peut s’inscrire dans un programme personnalisé de réussite éducative. Aucun redoublement ne peut intervenir à l’école maternelle, sans préjudice des dispositions de l’article D. 351-7.

« Le conseil des maîtres ne peut se prononcer que pour un seul raccourcissement de la durée d’un cycle durant toute la scolarité primaire d’un élève. Toutefois, dans des cas particuliers, il peut se prononcer sur un second raccourcissement, après avis de l’inspecteur de l’éducation nationale chargé de la circonscription du premier degré.

« La proposition du conseil des maîtres est adressée aux représentants légaux de l’élève qui font connaître leur réponse dans un délai de quinze jours. A l’issue de ce délai, le conseil des maîtres arrête sa décision qui est notifiée aux représentants légaux. Ces derniers peuvent, dans un nouveau délai de quinze jours, former un recours auprès de la commission départementale d’appel prévue à l’article D. 321-8. »

« La progression d’un élève dans chaque cycle est déterminée, sur proposition de l’enseignant intéressé, par l’équipe pédagogique. Les représentants légaux doivent être tenus régulièrement informés de la situation scolaire de leur enfant.
« Afin d’assurer l’accompagnement pédagogique prévu aux articles D. 311-11 à D. 311-13, lorsque la progression d’un élève dans ses apprentissages le nécessite, un dispositif d’aide peut être mis en place par l’enseignant ou par l’équipe pédagogique à tout moment de la scolarité à l’école primaire.
« Art. D. 331-64. - Lorsqu’elle a été arrêtée, la décision de redoublement s’impose à l’égard des établissements d’enseignement publics et à l’égard des établissements d’enseignement privés sous contrat.
« En cas de décision de redoublement, l’admission d’élèves issus de l’enseignement public dans un établissement d’enseignement privé sous contrat ou l’admission d’élèves des établissements d’enseignement privés sous contrat dans l’enseignement public est réalisée selon les modalités définies à l’article D. 331-39. »

- Décret n° 2014-1377 du 18 novembre 2014 relatif au suivi et à l’accompagnement pédagogique des élèves

Dans la même rubrique