Protocole sanitaire : la FAQ

01/11/2020 - Lu 8581 fois
FAQ de l'académie de Nancy-Metz à propos de la mise en oeuvre du protocole sanitaire en EPS.

Repères pour l'organisation de l'EPS et des différents dispositifs complémentaires en contexte COVID-19

AS, sections sportives scolaires, enseignement optionnel...

Foire aux questions de l'académie Nancy-Metz.

Les nouveautés sont repérables avec le texte en couleur

 

1. Le brassage des élèves dans le cadre de l’enseignement de l’EPS et de l’enseignement optionnel

La limitation du brassage des élèves de groupes différents (classe, groupes classes ou niveau) dans le cadre de l’enseignement de l'EPS :

La limitation du brassage d'élèves de groupes différents ne vous autorise pas à mélanger des élèves issus de classes différentes dans vos organisations pédagogiques en EPS.  Le principe un enseignant / 1 classe demeure la règle.

Trois exceptions autorisent le brassage d’élèves de classes différentes mais strictement du même niveau d’enseignement :

1.  Les séquences d'enseignement en natation dont l'objectif est l'acquisition de l'attestation scolaire du savoir nager (cf. chapitre sur la natation).
2. Les classes de lycée à examen (2ème année CAP- Terminale BAC PRO et Terminale BAC GT) au titre de la certification (cf. chapitre sur les examens).  Par conséquent, l’alignement des autres niveaux de classe pour mélanger des élèves issus de classes différentes n’est pas autorisé.

3. L'enseignement optionnel au lycée général et technologique.
 

2. L'accès aux installations sportives propriétés des collectivités territoriales

En référence au décret n°2020-1310 du 29 octobre 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l'épidémie de COVID-19 dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire, il est écrit article 42 que par dérogation :

► Les établissements sportifs couverts et de plein air peuvent continuer à accueillir du public pour les scolaires et les périscolaires.

Cette dérogation contribue au principe défini par le Président de la République et rappelé par le Premier Ministre, le Ministre de l'éducation nationale et la Ministre déléguée chargée aux sports qui consiste à assurer la continuité du service public de l'éducation nationale en partenariat avec les collectivités territoriales.
L'accès aux infrastructures sportives propriétés des collectives locales pour les publics prioritaires dont les scolaires font partie relève d'une condition incontournable pour les usagers de l'enseignement de l'EPS et des différentes pratiques sportives à l'école.

La ministre déléguée chargée aux sports dans une allocution en date du 29 octobre 2020 suite aux annonces du Président de la République sur l'état d'urgence sanitaire en « appelle aux élus des collectivités, les maires pour qu'ils permettent l'accès à ces équipements pour les publics prioritaires dès lors que les protocoles sanitaires renforcés et que la limitation des interactions seront garantis ».

Sans cet accès, l'EPS ne dispose pas de salles de classe pour fonctionner et dans un contexte sanitaire où la priorité de la pratique physique dans la lutte contre la sédentarité devient un enjeu de santé publique, il convient de trouver des accords entre les établissements et les collectivités locales afin qu'elles mettent à disposition comme le droit le préconise, les infrastructures sportives indispensables à l'offre de formation physique, sportive et artistique à l'école.

 

3. Les activités supports

Un principe général : « Les activités, les formes de pratique ou les organisations qui impliquent des contacts directs entre élèves sont proscrites » (référence au protocole de l’éducation nationale applicable à partir du 2 novembre 2020).

Nous vous invitons à préciser dans le cahier de texte numérique, les principales règles sanitaires que vous mettrez en place dans l’enseignement de vos activités afin que vous disposiez d’une trace écrite toujours importante sur le plan juridique (principe d’obligation de moyen).

► Les sports de combat :

La pratique de la savate boxe française est-elle compatible avec le respect du protocole sanitaire ?

NON : La savate boxe française étant un sport de combat de percussion qui implique des contacts directs entre élèves, sa pratique n’est pas compatible avec le respect du protocole sanitaire.

La pratique de la lutte et du judo est-elle autorisée ?

NON. Nous proscrivons la programmation, jusqu’à évolution du protocole sanitaire, des activités qui engagent un contact physique direct entre les élèves tels que par exemple la lutte ou le judo.

► La programmation du base-ball

La programmation en début d’année du base-ball est -elle compatible avec la problématique des échanges de matériel et l’exigence de sa désinfection régulière ?

Le protocole sanitaire de l'éducation nationale au sujet de la désinfection du matériel utilisé et partagé par les élèves précise « La mise à disposition d’objets partagés au sein d’une même classe ou d’un même groupe constitué (ballons, jouets, livres, jeux, journaux, dépliants réutilisables, crayons, etc.) est permise à l’intérieur des locaux lorsque qu’une désinfection au minimum quotidienne est assurée (ou que les objets sont isolés 24 h avant réutilisation) » (référence au protocole de l’éducation nationale applicable à partir du 2 novembre 2020).

Par conséquent, si vous êtes en mesure de désinfecter au moins une fois par jour  les battes, il vous est possible de programmer du base-ball dans le respect de la distanciation physique des 2 mètres.

Les sports collectifs

Les sports collectifs sont-ils autorisés ?

Le handball, le volley, le football et le basket sont des sports collectifs dont les règles doivent être aménagées afin de faire respecter le maintien du principe de la distance physique des 2 mètres.  Les effectifs, les règles de défense sur le porteur de balle, la matérialisation des espaces de jeu...représentent des leviers pédagogiques parmi d'autres sur lesquels vous pouvez vous appuyer pour aménager et rendre possible les oppositions dans le respect des règles sanitaires.

Donc, les sports collectifs sont autorisés mais avec des adaptations didactiques et pédagogiques nécessaires.

Les références ci-dessous au protocole sanitaire de l’éducation nationale applicable à partir du 2 novembre 2020 excluent-elles la pratique des sports collectifs ?

« S’il est recommandé de privilégier les activités extérieures, l’activité physique en gymnase reste possible. Dans le respect des règles de distanciation précédemment indiquées, les gymnases permettent la pratique de nombreuses activités physiques autres que les sports collectifs (step, préparation physique, ateliers de gymnastique, …) »

« Le port du masque n’étant pas possible lors d’une activité physique, le strict respect de la distanciation physique doit alors être assuré. Les avis du Haut conseil de la santé publique prévoient une distanciation d’au moins deux mètres en cas d’activité sportive, règle que la pratique de certains sports ne permet pas ».

« Dans un contexte sanitaire ayant conduit à un nouveau confinement, seuls les sports permettant de respecter cette distanciation peuvent être pratiqués. Les activités, les formes de pratique ou les organisations qui impliquent des contacts directs entre élèves sont proscrites ».

Tout d’abord, ces trois mentions au protocole national de l’éducation nationale n'excluent pas les sports collectifs mais précisent que d'autres supports d'activités en gymnase sont possibles.

D’autre part, dans les activités d'opposition supports du champ d'apprentissage N°4, seules les formes de pratique qui engagent un contact direct entre les élèves ne permettant pas de fait le maintien de la distance physique sont proscrites. D'autre part, les programmes évoquent la pratique des jeux traditionnels collectifs en collège (exemple de la balle au prisonnier) qui peuvent respecter le protocole.

Cette référence au protocole sanitaire de l’éducation nationale est aussi un argument à faire valoir par les équipes pédagogiques et administratives auprès des collectivités territoriales mettant à disposition leurs installations et qui pourraient interdire leur accès sous prétexte sanitaire. La pratique en gymnase offre d'autres possibilités d'activités individuelles dans lesquelles le respect des gestes barrières est plus simple à mettre en œuvre... mais n'excluant pas une forme de pratique scolaire d’activités collectives intégrant le respect des distances entre les élèves.

L’acrosport

La pratique de l’acrosport est-elle autorisée ?

NON. Nous proscrivons la pratique des activités qui engagent un contact physique direct entre les élèves. Nous vous demandons d’attendre l’évolution du protocole sanitaire pour programmer cette activité.

Gymnastique

La parade en gymnastique est-elle autorisée ? Quelles conditions mettre en œuvre ?

NON. Il convient d'éviter les contacts physiques entre deux élèves et entre les élèves et l’enseignant, par conséquent, la parade en gymnastique est proscrite. Les formes de pratique gymnique proposées en EPS doivent pouvoir assurer l’intégrité physique du gymnaste sans cette parade.

La natation

L’enseignement de la natation est-il autorisé ?

« S’agissant des activités aquatiques, elles sont possibles et organisées dans le respect des protocoles sanitaires et de la réglementation applicable à chaque piscine (dont se déduit le nombre d’élèves dans une ligne d’eau) » (référence au protocole de l’éducation nationale applicable à partir du 2 novembre 2020).

L'enseignement de la natation, l’une des priorités de notre ministère de l’éducation nationale, de la jeunesse et des sports, est autorisé mais dans le strict respect du maintien de la distance des 2 mètres dans la pratique.

La référence au règlement sanitaire de l’établissement d’accueil devra être respectée.

Combien d'élèves peut-on mettre par ligne d'eau ?

La référence à la circulaire de 2017 sur l'enseignement de la natation dans le 1er et le 2nd degrés précise que l'occupation des bassins doit être appréciée à raison de 5 m2 par élève dans le 2nd degré (cela correspond à 12 élèves par ligne d'eau de 25 mètres).  Au regard de la règle relative au respect de la distance de 2 mètres entre les élèves, 12 élèves maximum dans une ligne d'eau de 25 mètres doit permettre de satisfaire à cette règle de distanciation.  Il est important également d'éviter les regroupements d'élèves en attente au sein de la ligne d'eau, d'échelonner les départs du mur et le cas échéant de faire sortir les élèves à la fin de la ligne d'eau pour effectuer un retour en marchant sur le bord de la piscine si le règlement de l'établissement l'autorise.

Puisque « la limitation du brassage d'élèves de groupes différents (classe, groupes classes ou niveau) est requise » (référence au protocole de l’éducation nationale applicable à partir du 2 novembre 2020), qu'en est-il de l'enseignement de la natation lorsque les séquences d'enseignement mélangent des élèves de classes et parfois de niveaux différents ?

Pour l'enseignement de la natation lorsque l'un des objets d'enseignement est l'acquisition de l'attestation scolaire du savoir nager (enjeu de formation prioritaire du cycle 3 au collège et plus globalement de la fin de la scolarité de l'élève), vous êtes autorisés à mélanger des élèves de classes différentes mais strictement du même niveau d'enseignement (vous pouvez conduire une séquence d'enseignement qui brasse plusieurs classes de 6ème, par contre, vous n'êtes pas autorisés à mélanger des classes de 6ème et de 5ème par exemple).

► Escalade

Est-il possible de programmer l'activité escalade ?

L'activité escalade est possible et autorisée en respectant les principes sanitaires suivants :

• Le grimpeur et l'assureur ne portent pas le masque
• Le contre assureur porte le masque
• Le grimpeur, l'assureur et le contre-assureur se lavent les mains ou appliquent une solution hydro-alcoolique avant la réalisation de chaque voie
• La désinfection du petit matériel (EPI métallique) est effectuée au moins une fois par jour
• Lors de la préparation de la cordée (encordement, installation du système d'assurage, auto- vérification par la cordée et par l'enseignant des différents points de contrôle) les élèves portent le masque.  Il est donc nécessaire de prévoir un sachet par élève pour déposer le masque.
• Dans la mesure du possible, prévoir une organisation pédagogique permettant le respect de la distanciation des 2 mètres par l'utilisation d'une voie sur deux.
• Pour l’escalade en tête, organiser un assurage en moulinette jusqu’au 2ème point d’ancrage (pour éviter la parade à l’assurage) puis un assurage en tête sur le reste de la voie.

• Par contre : l’escalade sans encordement (escalade de bloc) est proscrite car elle nécessite une parade donc un contact direct entre deux élèves.


Cross du collège

Doit-on annuler ou reporter cet évènement fort de l'établissement ?

Nous vous demandons de reporter le cross de votre établissement à une période ultérieure dans l'année où le protocole pourrait s'assouplir.

Le protocole actuel de l'éducation nationale précise que « la limitation du brassage d'élèves de groupes différents (classe, groupes de classes ou niveau) est requise ».

Par conséquent, il convient de limiter l'exposition aux risques chez les élèves et à l'heure actuelle, la tenue d'un cross établissement n'est pas compatible avec les nouvelles prescriptions en matière de limitation du brassage des élèves issus de classes et de niveaux différents.

 

4. Le dispositif des sections sportives scolaires.

Est-il possible de maintenir le fonctionnement d’une section sportive dans les sports collectifs (football, handball…) ?

Les sections sportives scolaires en général et dans les sports collectifs en particulier doivent reprendre dans le respect des règles sanitaires prévues dans le protocole sanitaire de l'éducation nationale.  Les séquences sans opposition et avec opposition demeurent possibles selon les principes sanitaires en vigueur (distanciation physique…).

Est-il possible de se référer au protocole sanitaire en vigueur dans le milieu fédéral ?

Non.  C'est le protocole sanitaire de l'éducation nationale qui demeure votre unique référence et bien que notre ministère se soit élargi avec l'intégration du pôle jeunesse et sport, nous pouvons remarquer certaines différences dans les modalités de pratiques telles qu'elles se mettent en œuvre aujourd'hui entre la sphère scolaire et la sphère fédérale.

Est-il possible de maintenir une section sportive dans l’activité judo ?

Les règles de distanciation physiques imposées par le protocole sanitaire rendent la pratique du Judo assez complexe.
Toutefois il est possible de maintenir l’activité d’une section sportive dans l’activité judo en axant le travail sur de la préparation physique et sur du tandoku renshu (travail des mouvements seuls à vide).

Par contre, toutes formes de combat qui impliquent des contacts directs entre élèves sont proscrites en référence au protocole de l’éducation nationale applicable à partir du 2 novembre 2020 « Les activités, les formes de pratique ou les organisations qui impliquent des contacts directs entre élèves sont proscrites ».

Puisque « la limitation du brassage d'élèves de groupes différents (classe, groupes classes ou niveau) est requise » (référence au protocole de l’éducation nationale applicable à partir du 2 novembre 2020), qu'en est-il du maintien et du fonctionnement des sections sportives scolaires qui mélangent des élèves issus de classes, de niveaux et parfois d'établissements différents ?

« Les activités de l’association sportive, des sections sportives scolaires et des sections d’excellence sportive sont organisées sous réserve qu’elles concernent des élèves relevant d’un même groupe tel que défini à l’école ou dans l’établissement (classe, groupe de classes ou niveau) et ne se traduisent pas par le brassage de plusieurs groupes d’élèves. » (référence au protocole de l’éducation nationale applicable à partir du 2 novembre 2020)

Par conséquent, le fonctionnement des sections sportives scolaires est maintenu dans le strict respect des règles de limitation du brassage des élèves :

• Vous êtes autorisés à mélanger des élèves de classes différentes mais qui relèvent strictement du même niveau d'enseignement (vous pouvez brasser des élèves de 6ème issus de classes différentes mais vous n'êtes pas autorisés à mélanger des élèves de 6ème et de 5ème par exemple).
Vous n'êtes pas autorisés à mélanger des élèves scolarisés dans des établissements différents (cas des sections sportives scolaires qui fonctionnent en réseau sur un ou plusieurs dispositifs).

Cette limitation du brassage des élèves qui s'applique à un même niveau d'enseignement et au sein d'un même établissement implique une réorganisation de la présence des élèves sur les créneaux horaires d'entraînement : une alternance journalière (un créneau horaire dans la semaine réservé à un niveau de classe et un autre créneau horaire réservé à un autre niveau de classe) ou une alternance hebdomadaire (les créneaux d'entraînement de la semaine A sont réservés à un niveau de classe et les créneaux de la semaine B à un autre niveau de classe) par exemple.

Dans ces cas de figure, il ne vous sera peut-être pas possible d'offrir à tous les élèves les 3 heures minimum d'entraînement hebdomadaire ou le volume horaire qui s'appliquait depuis la rentrée.  Il s'agit d'une adaptation nécessaire qui répond à l'enjeu de la continuité du service public de l'éducation nationale rappelé par le Président de la République.

Toutefois, si les espaces d'évolution de pratique disposent d'une superficie suffisante pour réserver et circonscrire au sein de la structure des espaces parfaitement délimités à chaque niveau de classe, dans ce cas, il vous est possible d'accueillir des élèves issus de classes et de niveaux différents mais sans jamais les mélanger (y compris dans le temps d’accueil et de déplacement).

 

5. Les examens en EPS

La possibilité exceptionnelle d’évaluer les élèves sur deux APSA aux examens nous autorise -t-elle à les évaluer dans deux champs d’apprentissage identiques ?

Non.

L'autorisation exceptionnelle d'évaluer vos élèves sur deux APSA en BAC PRO ou BAC GT doit non seulement être validée par le corps d'inspection mais également répondre à l'exigence d'une certification reposant sur deux champs d'apprentissage différents.

Au collège, l'obtention du DNB offre davantage de souplesse puisque le cycle 4 permet une évaluation progressive des compétences sur trois ans.

Est-il possible de programmer une activité en classe de terminale dont le référentiel d'évaluation n'a pas été validé par le corps d'inspection ?

Oui sous une condition :

• Le référentiel doit être élaboré par l'équipe pédagogique et validé par le corps d'inspection avant le début du cycle dans l'activité support à la certification.
• D'autre part, nous vous conseillons par souci de cohérence et de simplicité, de partir du cadre du référentiel du champ d'apprentissage qui a été validé dans une APSA du même champ d'apprentissage que la nouvelle APSA.  Il vous suffira de l'adapter aux spécificités de la nouvelle activité.

Puisque « la limitation du brassage d'élèves de groupes différents (classe, groupes classes ou niveau) est requise » (référence au protocole de l’éducation nationale applicable à partir du 2 novembre 2020), qu'en est-il du brassage des classes de lycée à examen dans le cadre de la certification ?

Uniquement dans le cadre des séquences d'enseignement et des modalités de certification des classes de lycée à examen (2ème année CAP, Terminale BAC PRO et Terminale BAC GT), vous êtes autorisés à mélanger des élèves issus de classes différentes mais qui relèvent strictement du même niveau d'enseignement (l'alignement des classes de 2ème année CAP, de terminale BAC PRO et de terminale BAC GT demeure possible). Il vous est donc autorisé de poursuivre cette organisation pédagogique pour deux raisons majeures :

• La première relève du strict respect du protocole sanitaire de l'éducation nationale qui précise que lorsque « la limitation du brassage d'élèves de classes différentes n'est pas possible (notamment en première et en terminale), la limitation du brassage s'applique par niveau ».
• La seconde relève de la personnalisation des parcours (éducation au choix dans le projet de formation et d'orientation des élèves sur le curriculum BAC-3/BAC +3) qui représente un enjeu majeur de la réforme du lycée et de la transformation de la voie professionnelle.

Compte tenu du contexte sanitaire, quelle conduite devez-vous tenir si vous ne parvenez pas à évaluer vos élèves dans un protocole de 3 APSA/3 champs d'apprentissage différents en lycée et lycée professionnel ?


« La période d’état d’urgence sanitaire et de confinement a un caractère exceptionnel : la possibilité doit être laissée de poursuivre l’EPS sans préoccupation certificative à court terme. Cette possibilité doit aussi être offerte pour les examens de la voie professionnelle » (référence au protocole de l’éducation nationale applicable à partir du 2 novembre 2020).

Par conséquent, quel que soit la nature des difficultés auxquelles vous êtes confrontés actuellement ou plus tard (plus d'accès aux installations sportives, durée d'enseignement insuffisante...) et qui ne vous permettraient pas d'évaluer vos élèves dans 3 APSA/3 champs d'apprentissage différents, vous devez néanmoins saisir l'ensemble de vos protocoles dans l'application EPS NET à partir du 2 novembre.  Cette démarche est essentielle dans la procédure de validation de vos protocoles par la CAHN.

D’autre part, si vous êtes contraints d'évaluer vos élèves dans 2 APSA représentatives de deux champs d'apprentissage différents, vous procéderez à la demande d'ajustement de vos protocoles soumis à l'appréciation et à l'accord du corps d'inspection selon la procédure académique en vigueur qui est précisée dans le mémento des examens (en ligne sur le site EPS de l'académie).

 

6. Le sport scolaire

Puisque « la limitation du brassage d'élèves de groupes différents (classe, groupes classes ou niveau) est requise » (référence au protocole de l’éducation nationale applicable à partir du 2 novembre 2020)., qu'en est-il du fonctionnement du sport scolaire dans les établissements qui mélange des élèves issus de classes, de niveaux et parfois d'établissements différents ?

Les activités de l’association sportive, des sections sportives scolaires et des sections d’excellence sportive sont organisées sous réserve qu’elles concernent des élèves relevant d’un même groupe tel que défini à l’école ou dans l’établissement (classe, groupe de classes ou niveau) et ne se traduisent pas par le brassage de plusieurs groupes d’élèves » (référence au protocole de l’éducation nationale applicable à partir du 2 novembre 2020).

Par conséquent, à l'identique du fonctionnement du dispositif des sections sportives scolaires, vous êtes autorisés à regrouper des élèves issus de classes différentes mais qui relèvent strictement du même niveau d'enseignement (les élèves de plusieurs classes de 6ème sont autorisés à pratiquer ensemble mais des élèves de 6ème et de 5ème par exemple ne le sont pas).

De plus, nous vous rappelons que vous n'êtes pas autorisés à organiser des rencontres et des compétitions inter établissement puisque le protocole de l’éducation nationale applicable à partir du 2 novembre 2020 précise que « les rencontres entre établissements ou entre différents groupes d’élèves sont à proscrire ».

Les modalités de pratique, de fonctionnement et d'organisation des entraînements telles qu'elles sont décrites dans le chapitre réservé au dispositif des sections sportives scolaires s'appliquent à l'identique pour le sport scolaire (AS) au sein des établissements scolaires.

De plus, nous précisons qu’à l’identique des pratiques de l’EPS, « les activités, les formes de pratique ou les organisations qui impliquent des contacts directs entre élèves sont proscrites » référence au protocole de l’éducation nationale applicable à partir du 2 novembre 2020.

Pouvons-nous sortir notre AS sur des sites extérieurs ?

Oui.

Quelles sont les règles lorsque plusieurs AS partagent la même installation sportive ?

Les mêmes que celles qui s'appliquent au quotidien dans le cadre de l'enseignement de l'EPS.  Les AS disposent au sein de l'installation sportive d'une unité de travail spécifique qui n'entraîne pas le brassage d'élèves issus d'établissements différents pendant la pratique physique et sportive.  Les espaces de travail doivent être délimités et séparés afin de n'entraîner aucun brassage inter établissement.

Pouvons-nous sortir notre AS sur des sites fréquentés par du public extérieur (adultes, sportifs de haut niveau...) ?

Oui, à partir du moment où les espaces de pratique sont parfaitement circonscrits.

Un intervenant extérieur à l'établissement peut-il intervenir à l'AS dans le cadre d'une manifestation évènementielle UNSS ?

Oui, à partir du moment où cette décision sous l'autorité du président de l'AS, le chef d'établissement, a été actée au sein du comité directeur de l'AS de l'établissement.

Est-il possible d'assouplir la réglementation des sports collectifs, notamment pour les élèves licenciés à l'UNSS qui s'engagent dans une pratique volontaire ?

Non, tant que la reprise des rencontres et des compétitions inter-établissement dans le cadre de l'UNSS n'a pas été actée.

La reprise de l'UNSS ?

A ce jour et jusqu'à nouvel ordre, les rencontres et compétitions UNSS entre plusieurs établissements scolaires ne reprennent pas au sein de l'académie de Nancy-Metz (au niveau district, départemental et académique) en référence à l’interdiction d’organiser « des rencontres entre établissements ou entre différents groupes d’élèves » le protocole de l’éducation nationale applicable à partir du 2 novembre 2020.

 

7. Le port du masque chez les enseignants d’EPS et les élèves

L’obligation du masque chez les enseignants est-elle systématique et en toute circonstance ?

Les enseignants doivent porter le masque en toute circonstance.

Les élèves doivent-ils porter le masque lors des déplacements vers les installations sportives ?

Oui. Le protocole sanitaire de l'éducation nationale en EPS précise que « Le port d’un masque « grand public » est obligatoire pour les personnels tant dans les espaces clos que dans les espaces extérieurs ». « Bien entendu, le port du masque n’est pas obligatoire lorsqu’il est incompatible avec l’activité (prise de repas, nuit en internat, pratiques sportives, etc.). Dans ces situations, une attention particulière est apportée à la limitation du brassage et/ou au respect de la distanciation ». « Lorsque le masque n’est pas utilisé, il peut être soit suspendu à une accroche isolée, soit replié sans contacts extérieur/intérieur (ne pas le rouler) et stocké dans une pochette individuelle » référence au protocole de l’éducation nationale applicable à partir du 2 novembre 2020. Toutefois, si le déplacement vers des sites de pratiques spécifiques (en particulier le cas des APPN) nécessite un engagement physique des élèves plus important (essoufflement), il vous appartiendra d'apprécier la situation en autorisant les élèves à retirer leur masque afin de garantir leur intégrité physique.

 

8. L’usage des vestiaires

Le protocole tend à éviter l’usage des vestiaires, le changement de tenue des élèves.

« Dans la mesure du possible, les élèves viennent en cours d’EPS déjà vêtus d’une tenue adaptée à l’activité physique. Si le recours aux vestiaires est inévitable, et à défaut de vestiaires individuels, il convient alors de respecter, en tout état de cause la réglementation ou le protocole sanitaire applicable » référence au protocole de l’éducation nationale applicable à partir du 2 novembre 2020

Par conséquent, l'usage des vestiaires n'est pas proscrit et si vous ne pouvez pas faire autrement, vous êtes autorisés à les utiliser en demandant à vos élèves de porter obligatoirement le masque et dans la mesure du possible d'organiser leur utilisation en respectant la plus grande distanciation possible entre les élèves.

Puisque « la limitation du brassage d'élèves de groupes différents (classe, groupes classes ou niveau) est requise » référence au protocole de l’éducation nationale applicable à partir du 2 novembre 2020, qu'en est-il du brassage des élèves dans les vestiaires ?

Il conviendra de ne pas mélanger d'élèves issus de classes ou de niveaux différents au sein du même vestiaire.  Ainsi, vous procéderez à une organisation en alternance permettant la présence dans le vestiaire à tour de rôle de chacune des classes.

 

9. L'usage des chasubles en EPS

Quel usage des chasubles au regard du protocole sanitaire ?

Il vous est possible d'utiliser les chasubles en respectant certains principes :

• Utiliser un jeu de chasubles par enseignant qui en assure le lavage chaque jour ;
• Utiliser un lot de chasubles différents chaque jour et prévoir le lavage une fois par semaine ;
• Demander aux élèves de se munir d'une couleur de haut de vêtement distinctive.

 

10. Le nettoyage, la désinfection du matériel et l'aération des locaux

Le nettoyage, la désinfection du matériel et l'aération des locaux sont une composante essentielle de la lutte contre la propagation du virus.

« L’utilisation de matériel partagé par les élèves d’une même classe ou d’un même groupe de classe est possible (raquettes, ballons, volants …). Le personnel est incité à désinfecter le matériel commun régulièrement et fréquemment, et les élèves à utiliser régulièrement du gel hydro-alcoolique » « Dans la mesure du possible, les élèves viennent en cours d’EPS déjà vêtus d’une tenue adaptée à l’activité physique. Si le recours aux vestiaires est inévitable, et à défaut de vestiaires individuels, il convient alors de respecter, en tout état de cause la réglementation ou le protocole sanitaire applicable » référence au protocole de l’éducation nationale applicable à partir du 2 novembre 2020.

Toutefois, si le matériel n'est pas utilisé pendant au moins 24 heures, son nettoyage n'est pas obligatoire.

« L’aération des locaux est la plus fréquente possible et dure au moins 15 minutes à chaque fois ». « les autres locaux occupés pendant la journée sont aérés le matin avant l’arrivée des élèves, pendant les intercours, pendant chaque récréation, au moment du déjeuner (en l’absence de personnes) et pendant le nettoyage des locaux. Cette aération doit avoir lieu au minimum toutes les 2 heures » « Dans la mesure du possible, les élèves viennent en cours d’EPS déjà vêtus d’une tenue adaptée à l’activité physique. Si le recours aux vestiaires est inévitable, et à défaut de vestiaires individuels, il convient alors de respecter, en tout état de cause la réglementation ou le protocole sanitaire applicable » référence au protocole de l’éducation nationale applicable à partir du 2 novembre 2020.

Lorsque les salles ou les gymnases disposent d'une ventilation mécanique qui fonctionne (s'en assurer) permettant une ventilation de l'air permanente, l’aération des locaux telle que précisée ci-dessus ne s’impose pas.

 

 

haut de la page

Partager cet article wikio : Partager cet article | digg : Partager cet article | del.icio.us : Partager cet article | facebook : Partager cet article | scoopeo : Partager cet article | blogmarks : Partager cet article | additious : Partager cet article |
Partager les derniers articles Netvibes : Partager les derniers articles | iGoogle : Partager les derniers articles | My Yahoo : Partager les derniers articles | wikio : Partager les derniers articles | RSS : Partager les derniers articles |
Article précédent : OPEPSArticle suivant : Examens - Bac G. et T., Voie Pro