Archive de : mai, 2012

Le prix « Enlivrez-vous en mai 2012″ ne lui a pas échappé !

Prix 2012

C’est Christophe Léon pour son roman « Délit de fuite », paru aux éditions de « La Joie de Lire », qui a été plébiscité par les collégiens et lycéens du bassin de Thionville-Hayange. Ceux qui l’ont rencontré ont pu échanger avec lui autour de son texte, découvrir ce beau métier d’écrivain, mais aussi entendre que la lecture a toute son importance dans notre société d’aujourd’hui, car elle permet de grandir, de faire des choix, de dire non… Bref, de devenir un citoyen éclairé !

Merci à Monsieur Léon donc, mais aussi à Orianne Charpentier, Hélène Vignal, Emmanuel Arnaud et Guy Jimenes qui nous laisseront de très bons souvenirs de ces moments de partage.

Quelques temps forts des rencontres

Commentaires

Edition 2012, J-1 !

Lecteurs, plus que quelques heures pour peaufiner vos questions aux auteurs ! De son côté, le comité s’est réuni pour dépouiller vos bulletins et lire vos argumentations « coups de cœur ». Le nom de l’auteur primé est déjà connu par les organisateurs, mais chuuuut ! Rien ne filtrera avant vendredi 11 mai 14 heures ! Par contre, afin de rendre l’attente moins pénible, les membres du comité ont accepté de dévoiler les noms des élèves lauréats :

Prix de l’argumentation Collège : Marion P., 3°3, Clg Charles Péguy (Cattenom) – Andréa A., 3°E Lycée Vauban (Luxembourg) – Marine C., 3°1, Clg La Milliaire (Thionville)

Prix de l’argumentation Lycée : Angélique B., 2ndeC4, Lycée Colbert (Thionville) – Mathilde S., 2nde6, Lycée Charlemagne (Thionville) – Jalila E.-M., 2ndeCOM1, LP Sophie Germain (Thionville)

Découvrez leurs textes ici
Prix spécial de l’argumentation la plus originale : Tessa T., 3°Camus, Clg Jean Moulin (Uckange)

Prix artistique : Classe de 3°, Clg Charles Péguy (Cattenom) – Anne-Marion M., 3°C Lycée Vauban (Luxembourg)

Prix spécial du jury : Maziz O., 2ndeCOM1, LP Sophie Germain (Thionville) pour son illustration de l’affiche officielle

Et prochainement les photos des réalisations artistiques et des rencontres !

Commentaires

Coup fatal (atelier d’écriture autour de « Délit de fuite » -14)

Je sens que mon père va trop vite, mais je n’ose rien dire, il est trop énervé. Nous entrons dans le village voisin, il n’y a personne, on croirait un village fantôme. Il roule toujours aussi vite, rien ne semble l’arrêter. J’ai toujours aussi peur et mon père ne semble pas le ressentir. Nous entrons dans une petite ruelle, une femme traverse pour aller dans sa voiture. Mon père accélère, on dirait qu’il ne la voit pas. Je reste sans voix, j’ai beau ouvrir la bouche, rien n’en sort. De toute  façon il est trop tard. Même s’il essayait de freiner, il percuterait tout de même cette femme. Je n’arrive plus à réfléchir, mon cerveau semble bloqué. Je ne suis que spectateur de ce désastre. J’aperçois le visage de cette femme à l’instant où elle s’est retournée pour voir ce qui pouvait se passer derrière elle. Mais le mal est fait. Je vois cette femme se faire percuter par notre voiture.

Lire la suite

Commentaires

La rencontre (atelier d’écriture autour de « Délit de fuite » -13)

Mon père s’est enfin retrouvé face à ses résponsabilités. Nous sommes allés à l’hôpital voir la femme qu’il a renversée. Je vous ai déjà raconté cette histoire : il a écrasé une femme et s’est enfui.
Là, il n’a pas pu fuir. Au début, j’étais énervé de sa lâcheté car il a voulu se dérober. Loïc était comme moi, il bouillonnait.
Il avait compris.
Il était blanc, livide. Il serrait ses poings à s’en faire pâlir les phalanges. Je sentais sa rage. Mon père aussi car il évitait son regard et se faisait tout petit. Il était dos au mur. J’espère que ça l’a fait réfléchir et qu’il va tout raconter aux gendarmes.
Ensuite, j’ai lu dans le regard de Loïc qu’il nous pardonnait. J’étais soulagé car j’avais peur de briser notre amitié. Mais il fallait que je le fasse. Pour moi, pour mon pére, pour Loïc et sa mère.
Une page s’est tournée, cette affaire appartient desormais au passé. J’en éprouve un profond bonheur.

CORNU Q. et GASSER F.

Commentaires

Mensonge par omission (atelier d’écriture autour de « Délit de fuite » -12)

 Une fois, Loïc m’a emmené pêcher. Ce jour-là, je me suis demandé s’il fallait lui dire que c’était mon père qui avait renversé sa mère. Après tout, il avait le droit de savoir. Mais comment lui dire? Je sais qu’il faut être sincère dans une amitié mais j’avais peur de le perdre : son amitié me faisait du bien. Et s’il l’apprenait autrement, j’étais certain que ce serait pire, mais j’hésitais à lui avouer car j’avais des doutes : allait-il dénoncer mon père? Voudrait-il encore être ami avec moi ? Toutes ces questions pesaient sur moi et je me sentais coupable. Coupable de mentir.

Lire la suite

Commentaires

La rencontre (atelier d’écriture autour de « Délit de fuite » -11)

C’était un vendredi soir, une veille de week-end. En général nombreux sont les gens qui sont heureux d’être en week-end. Mais moi je n’étais pas content de moi bien au contraire. J’étais dans la situation la plus dégradante. Enfin j’étais tout de même heureux de ne pas être à la place de mon père. Laissez-moi vous expliquer : après l’accident résumé sur l’autre paragraphe que j’ai écrit sur mon blog, j’avais honte de moi. Mon père avait renversé une pauvre femme, et c’est cette personne qui était devant moi, allongée sur son lit d’hôpital, souffrante. Et comme si cela ne suffisait pas son fils était là, lui aussi et pour une raison inconnue il s’est pris d’affection pour moi.

Lire la suite

Commentaires

Souvenir de l’accident (atelier d’écriture autour de « Délit de fuite » -10)

J’étais assis sur le siège à côté de mon père. J’avais peur. Je pleurais. Mon père ne réagissait pas. Il avait les mains crispées sur le volant. Une goutte de sueur est tombée sur sa main. Il avait les yeux rouges. Ses mains tremblaient. C’était certain, lui aussi avait peur. Ne sachant plus  où regarder, je tournais la tête vers la fenêtre.

Lire la suite

Commentaires

La confrontation (atelier d’écriture autour de « Délit de fuite » – 9)

On arrive dans l’hôpital. Je lui demande de me suivre. Je vois qu’il panique, mais il ne veut pas montrer ses émotions. Il marche très lentemement. Nous arrivons devant la chambre de la maman de Loïc. Lorsque nous entrons dans la chambre, je sens que mon père est mal, il la regarde rapidement. Elle est couchée et contente de nous voir. Mais je sens un sentiment de peur, mon père se doute bien que c’est cette femme qu’il a renversée, il veut sortir. Mais je ne le laisserai pas faire, car il doit assumer ses actes.

Lire la suite

Commentaires

Il a fui ! (atelier d’écriture autour de « Délit de fuite » – 8)

Je ne peux plus vivre avec ce secret, je dois le dire :

C’était un soir nous roulions sur une route qui nous menait à la maison de campagne, où j’allais  parfois le week-end avec mon père. Mon père roulait vite, trop vite car nous étions en retard pour aller à un rendez-vous. Nous étions à 100 km/h dans un village, il n’y avait personne ou presque. Il y avait cette femme que mon père n’avait pas vue, moi non plus d’ailleurs. Je ne l’ai vue qu’ au moment du choc. J’ai juste eu le temps de voir son visage horrifié, terrifié. Son visage me hantera encore longtemps je pense. Toute personne normale se serait arrêtée, mais mon père au contraire a accéléré. Il aurait dû lui porter secours mais il a fui. Ce n’est qu’un lâche à mes yeux, il n’a aucune fierté : IL A FUI ! Jai honte de lui. Où est passé mon père ? Je ne sais pas. Il a peut-être disparu au moment de l’accident, car ce n’était plus lui à mes cotés dans la voiture c’était simplement un lâche. Au moment du choc, je n’ai rien dit, mais juste après l’accident, je lui ai demandé  pourquoi il ne s’était pas arrêté. Il me répondit : il n’y a rien eu . Alors là mon sang ne fit qu’un tour et je hurlai : tu as fonçé dans une femme .

Lire la suite

Commentaires