Archive de : mars, 2012

Mon propre père (atelier d’écriture autour de « Délit de fuite » – 1)

Mon propre père. Nous étions sur la route. Il y avait cette femme. Mon propre père. Nous étions sur la route, il y avait cette femme et il l’a percutée. Dans la nuit noire, il roulait si vite que c’en était presque prévisible. Il l’a percutée, elle s’est envolée et il a accéléré. Mon propre père. Un accident. Il prend la fuite. Mon propre père.

De brèves images défilent dans ma tête. Son visage blanc comme un linge quand il a accéléré, ses mains tremblantes sur le volant, ses cheveux plaqués sur son front par une sueur froide : il avait peur.

Certes. Mais ce n’est qu’un accident. Le problème, c’est qu’il a fui. Donc ce simple accident se transforme en délit et mon père devient un meurtrier. Moi, je l’ai toujours admiré, copié et presque vénéré… C’est un choc. C’est pourquoi je suis déçu : il a fui.

Et pour un délit de fuite, on risque la prison, j’ai vu ça à la télévision. Ou une amende, au pire. Mais il est certain que l’on encourt des problèmes avec la justice. J’imagine mon père, ruiné à cause d’une lourde amende.

Mon propre père.

Maëlis J. Clara M.

Commentaires

Atelier d’écriture au Collège Charlemagne

Les élèves de la classe de 3ème1 du Collège Charlemagne à Thionville écrivent après la lecture de »Délit de fuite ». Ils se mettent à la place  du personnage en imaginant ses sentiments, ses pensées, ses émotions à des moments clés du roman.

Commentaires