Archive de : mai, 2009

« La Fille du papillon » plébiscitée par les collégiens et lycéens !

Bravo à Anne Mulpas qui a reçu le Prix « Enlivrez-vous en mai 2009″ pour son roman « La Fille du papillon », paru aux éditions Sarbacane ! Bientôt sur ce blog, des photos des temps forts de cette manifestation qui a permis à près de 400 élèves de 3ème et 2nde de rencontrer leurs auteurs favoris. Et encore merci aux auteurs, aux élèves et à nos partenaires qui ont fait de cette 6ème édition une belle réussite !

Commentaires

Coups de coeur édition 2009

Près de 300 bulletins de vote argumentés ont été remis par les élèves participant au Prix « Enlivrez-vous en mai 2009″ à leurs documentalistes. Après une première sélection, les membres du jury composé de documentalistes du bassin de Thionville-Hayange ont procédé à une lecture des bulletins nominés et ont voté pour les meilleures argumentations. Nous vous les faisons découvrir en avant-première, avant la nomination du Prix, qui aura lieu vendredi 15 mai à 14h, au Beffroi de Thionville.

La fille du papillon
Dans son journal intime, Solveig, seize ans, raconte sa découverte de l’amour avec celui qu’elle surnomme le « Monde », son amitié avec Manon et ses disputes avec son père.
C’est une adolescente un peu capricieuse. Elle va jusqu’à fuguer et se saouler mais retrouve un semblant de stabilité avec sa grand-mère.
Le récit est très fort en émotions, les moments de désespoir et de colère alternant avec la joie et le bonheur. Le texte est très dynamique grâce à son style d’écriture proche de l’oral par les transcriptions de SMS et les nombreux dialogues. Mais cependant il reste très poétique grâce aux nombreuses odes et jeux de mots.
C’est un joli roman, vif, frais, romantique, sentimental et très réaliste aussi.
C’est un très beau reflet de l’adolescence amoureuse d’aujourd’hui.
Laetitia Caudy
Collège de Kédange sur Canner

Lire la suite

Commentaires

Les collégiens hettangeois aux anges !

Deux élèves de l’atelier architecture, qui ont contribué à la réalisation du pôle consacré à L’Age d’ange, nous livrent leur coup de cœur pour le roman d’Anne Percin.
« L’âge d’ange est un roman dramatique, poétique, écrit avec une subtilité jouissive. Après la lecture, un indicible sentiment de mélancolie reste ancré en nous. Ce livre fait partie de ceux que l’on risque de ne pas oublier rapidement, tel un roman dépourvu de sentiments et de cette finesse que l’on retrouve chez Anne Percin. Je ne peux dépeindre l’ineffable, c’est pourquoi je vous demande de lire ce livre, vous comprendrez ainsi mon choix, lorsque les sentiments de nostalgie, de joie et de tristesse parviendront jusqu’à vous. De plus, vous saurez apprécier le mélange des deux milieux bien distincts des deux personnages principaux. Je ne peux en dire plus car en adorant ce livre, j’en ai perdu ma subjectivité… »
Maxime G.
« Quelques miettes, un livre, une nappe à cafetières, un amour ambigu : voilà ce qui contribue à faire de ce livre un grand livre, plus qu’un livre, une merveille ! En outre, de discrets sentiments, révélés par des attentions telles que se soutenir et s’entraider et par une passion commune pour la Grèce ancienne, ses dieux et ses héros, prennent vite une grande place au sein de l’histoire, car en effet, l’infime lien qui unit deux personnes deviendra petit à petit plus intense. Au fur et à mesure, je sens leur complicité grandir et le regard de chacun vis-à-vis de l’autre devenir différent, devenir amoureux. Vous me direz, « Comment l’auteur a-t-elle réussi à faire passer un tel message ? » et je vous répondrai « Je ne sais pas, mais il faut en avoir du talent… » C’est vrai, il faut en avoir du talent, mais de l’imagination aussi, pour se faire rencontrer et s’aimer deux personnes venant de mondes si différents… Enfin, la mort, chute plus émouvante que surprenante, vient briser le presque pacifisme de l’histoire, mais sûrement pas le lien créé à vie entre eux. Bien que triste, c’est sans doute elle, la mort, qui ajoute à la beauté de l’histoire. »
Angélique S .
.

Comments (1)