Vous êtes ici : Accueil > classes > classe de Mme Hanot, maîtresse E > Participation au projet pédagogique Franz Marc
Par : Hanot
Publié : 25 mars 2016

Participation au projet pédagogique Franz Marc


Un bel après-midi du souvenir


Samedi 12 mars, le centre culturel de la communauté de communes d’Etain, la Halle, a organisé une commémoration devant la mairie de Gussainville et sur la place du village de Braquis.


Cette commémoration a été pensée dans le cadre du centenaire de la Première Guerre mondiale et avait pour but d’honorer la mémoire du peintre expressionniste allemand de renommée mondiale : Franz Marc.
Ce dernier vit le jour le 8 février 1880 à Munich en Allemagne. Il s’engagea volontairement dans la guerre à la déclaration de celle-ci « mais n’a mesuré que plus tard toute l’horreur de son inutilité »* .
Il perdit la vie à Braquis, le 4 mars 1916, lors d’une reconnaissance à cheval entre son point de cantonnement à Gussainville et le village de Braquis . Il reçut un éclat d’obus à la tête et rien ne pouvait être fait pour lui sauver la vie. Il n’avait que 36 ans.


Sur cette plaine de la Woëvre, à quelques kilomètres à l’est de Verdun, le soleil était au-rendez-vous après de nombreuses journées grises et humides.


Cet après-midi, à quatorze heures, Gussainville n’avait pas vu autant de monde depuis bien longtemps : des élèves des écoles de Buzy, Eix et Etain s’étaient donné rendez-vous avec leurs enseignants et leurs parents. Monsieur Andrin, directeur de l’école d’Etain, les maires de Braquis et Gussainville, le sous-préfet de la Meuse, les différentes personnalités du pays d’Etain étaient là pour accueillir le maire de Kochen am See. C’est dans cette petite ville de Bavière que se trouve le jeune musée « Franz Marc ». L’arrière-neveu du peintre, Erwin Winners était également présent.


Les enfants tenaient fièrement dans leurs mains quelques peintures très colorées qu’ils avaient réalisées les semaines précédentes en lien avec les œuvres de Franz Marc qu’ils avaient pu découvrir dans le cadre d’un projet pédagogique .


A tour de rôle les personnalités prirent la parole avec solennité. Le maire de Kochen am See s’excusa de ne pas pouvoir s’exprimer en français, il fit son discours en allemand. L’arrière-neveu de Franz Marc s’exprima avec émotion. Tous étaient très touchés par cette invitation amicale pour honorer la mémoire du peintre, victime comme tant d’autres soldats allemands ou français des combats de ce conflit mondial.


De nombreux artistes et talents ont été fauchés ou blessés durant la Grande Guerre sur notre territoire meusien. 
Plus au sud à 20 kilomètres de là, le célèbre écrivain français , Alain Fournier, auteur du Grand Meaulnes a été tué au début de la guerre dans les bois de Saint-Rémy-la-Calonne avec ses camarades soldats. On a retrouvé leurs corps seulement 77 ans plus tard. Ils reposent tous aujourd’hui dans le petit cimetière militaire de Saint-Remy-la-Calonne.
Louis Pergaud, autre écrivain de renom, a disparu non loin de là, près de Marcheville. Son corps n’a jamais été retrouvé.
Et Maurice Genevoix, académicien, auteur du célèbre « Ceux de 14 », a failli perdre la vie dans la Calonne entre Mouilly et Saint-Remy à environ 20 km de Gussainville. Une statue de bronze a été érigée en mars 2015 aux Eparges, au pied du terrible POINT X , un des champs de bataille de la région verdunoise.


Mais revenons à cette journée du 12 mars.


Après les discours des personnalités officielles, les enfants délégués du conseil municipal des jeunes d’Etain sont partis à pied pour refaire symboliquement le dernier trajet de Franz Marc : les six kilomètres qui séparent Gussainville de Braquis. Parcours qu’il avait effectué à cheval .


Signe du destin, clin d’oeil du ciel, presque au même moment des cavaliers de la toute proche ferme équestre sortaient pour une balade à cheval.
Les animaux étaient le thème de prédilection du peintre et les chevaux tout particulièrement « qui rassemblent les qualités qu’il disait ne pas rencontrer chez l’homme »*. Il avait fait partie du groupe de peintres « Der Blaue Reiter » signifiant littéralement « le cavalier bleu » …


Le reste du public se dirigea ensuite en voiture vers Braquis où la commémoration se poursuivit avec les très beaux chants de la Chorale de la Paix dans l’église du village. Une plaque commémorative fut ensuite inaugurée sur un mur de la mairie en mémoire du peintre. On peut y lire la citation du peinte : « L’art n’est rien d’autre que l’expression de nos rêves »
Puis vint l’hommage aux morts de la commune avec le dépôt d’une gerbe de fleurs et le chant de la Marseillaise.


Ce fut le temps ensuite du verre de l’amitié avec une distribution de quelques cadeaux au maire de Kochen am See, son épouse et à l’arrière-neveu de Franz Marc par Madame le maire de Braquis, Maryse François .


Pendant ce temps convivial, le public pouvait aussi admirer les travaux des élèves des écoles de Buzy , Eix ,Etain, exposés sous un chapiteau.


A Braquis, à 17 heures, ce samedi, le soleil brillait toujours ...


 Laurence Hanot, le 17/3/2016


* = phrases tirées de l’article de l’Est Républicain du 16/3/2016.