La Bibliothèque Bénédictine de Saint-Mihiel, par l’école des Avrils Saint-Mihiel.

mercredi 24 juin 2015
par  Frédéric Vast
popularité : 15%

La bibliothèque bénédictine a été construite par les moines de l’abbaye de Saint-Mihiel au Moyen-Age. Elle est située au deuxième étage de l’abbaye. Elle est composée de deux salles hautes de 5 mètres. La deuxième salle est très grande : elle mesure 50 mètres de long, 8 mètres de large et possède 17 fenêtres. C’est dans cette salle que sont conservés les livres. Les livres les plus précieux sont des anciens manuscrits et les incunables.

JPEG - 281.7 ko
Photographie de la bibliothèque à notre époque. Elle contient environ 9 000 livres. Certains sont écrits en français, d’autres en latin.

La première est petite et carrée mais elle est superbe grâce à son plafond sculpté qui représente les 4 saisons, les 4 éléments et les 4 continents.

JPEG - 267.5 ko
GIF - 29.7 ko
l’Afrique
GIF - 37.2 ko
l’Amérique
GIF - 36.4 ko
l’Asie
GIF - 33.8 ko
l’Europe
GIF - 56.6 ko
le feu
GIF - 61.3 ko
la terre
GIF - 37.6 ko
l’air
GIF - 43.5 ko
l’eau

LA BIBLIOTHÈQUE PENDANT LA GUERRE

En octobre 1915, un obus tiré par les Français est tombé dans la bibliothèque. Il a traversé le plafond et a endommagé la grande salle. Pour protéger les livres,
Monsieur Keune, conservateur allemand, a alors expédié les ouvrages les plus précieux loin de la ligne de front : au musée de la ville de Metz.

JPEG - 368.7 ko
Photographie prise en 1915 montrant l’état de la biblio-thèque après la chute d’un obus en 1915. Au premier plan, M. Keune, conservateur allemand. © Musée de la Cour d’Or—Metz

A la fin de la guerre, la bibliothèque bénédictine était presque détruite : en 1918, il ne reste que le plafond et la
frise de la première salle. Les planchers, les fenêtres et les boiseries ont disparu. Certains livres étaient endommagés à
cause des éclats d’obus. La bibliothèque fut reconstruite et plusieurs livres ont été restaurés. Elle a réouvert en octobre 1 931.
Certains ouvrages sont aujourd’hui encore incrustés d’éclats d’obus, et plusieurs couvertures sont toujours perforées ou lacé-rées. Ces livres nous aident à nous souvenir de la Première Guerre Mondiale.

JPEG - 285.4 ko
Livres abîmés par des éclats d’obus.
GIF - 59.5 ko
GIF - 15.2 ko

En 1918, il ne reste que le plafond et la frise de la première salle. Les planchers, les fenêtres et les boiseries ont disparu. Les travaux seront financés avec les dommages de guerre et la reconstruction se fera à l’identique grâce aux photographies et aux relevés précis qui avaient été faits fin XIXième. Des particuliers ont, aussi, contribué au financement des travaux. La bibliothèque a réouvert en octobre 1931. Du voyage à Metz et même Leipzig pour certains ouvrages, il manquait 16 manuscrits, les plus anciens et les plus enluminés.

LE MANUSCRIT DE SAINT-ATHANASE.

En 2007, la ville de Saint-Mihiel, grâce à l’aide de l’État, de la région Lorraine et du département de la Meuse, a pu racheter le manuscrit de Saint -Athanase (daté pour certains textes de la fin VIIIième et pour d’autres du IXième siècle ).

JPEG - 174.6 ko
Certaines pages du manuscrit de Saint Athanase ont 1 300 ans.
JPEG - 203 ko
Les trous dans le parchemin sont normaux : produit à partir de peaux de mouton, il arrive que le cuir soit piqué par des in-sectes ou entaillé lors de la fabrication.

LE GRADUEL

Un des livres les plus précieux de la bibliothèque pèse 32kg ! C’est le Graduel : il contient des prières et des chants des Moines. Il date de 1463.

JPEG - 277.8 ko
JPEG - 225.2 ko
Photographie d’une page du Graduel. A l’époque, les notes de musique étaient représentées par de petits carrés. Le Graduel de Saint-Mihiel a été exécuté à Paris, en 1463, dans l’atelier du Maître de Coëtivy.
JPEG - 43.9 ko
JPEG - 123.4 ko
JPEG - 65.8 ko
Détail d’enluminures du graduel dorées à l’or.
JPEG - 471.9 ko
Détail des arabesques fleuries.
JPEG - 112.8 ko
Bona Dies, Bonjour.

GIF - 63.9 ko

Certaines lettres comportent des personnages.

A la bibliothèque le principal souci demeure le taux d’humidité trop élevé, c’est pourquoi on fait fonctionner des déshumidificateurs en permanence. Il n’y a pas de chauffage : il faut 6 mois pour que la température monte et 6 mois pour qu’elle redescende. Le froid hivernal permet de détruire les insectes ou les champignons qui pourraient menacer le fonds ancien. Les variations trop brusques de température pourraient, elles aussi, être néfastes. La lumière du soleil et surtout de la lune pourraient aussi nuire à la conservation c’est pourquoi il y a plus de fenêtres au nord (11) qu’au sud (6) et qu’elles sont équipées de vitraux filtrant la lumière.)

LA BIBLIOTHÈQUE
BÉNÉDICTINE
DE SAINT-MIHIEL

Du 01 avril au 30 juin :
Samedi et dimanche de 14h à 18h.
Du 01 juillet au 31 août :
de 14h00 à 18h00 tous les jours.
Fermé le : Mardi
Du 01 septembre au 31 octobre :
Samedi et dimanche de 14h à 18h.
Rue du Palais de Justice
55300 SAINT-MIHIEL
Téléphone : 03 29 89 06 47