SVT Lorraine > Géologie Lorraine > Lave d'Essey-la-Côte >

Lave d'Essey-la-Côte : 3. Description

L'ensemble du volcan peut être embrassé depuis les villages de St Boingt, Essey-la-Côte, Vennezey et depuis les routes de Damas-aux-Bois à Haillainville, de Rehaincourt à Haillainville, de Haillainville à Essey-la-Côte, de Vennezey à St Boingt, de St Boingt à Damas-aux-Bois (fig.1a, 2, 3 et 4)...

Fig. 2: Vue du volcan depuis St Boingt (88)

Fig. 3: Vue du volcan depuis Haillainville (54)

Fig. 4: Vue du volcan depuis la D12 entre Damas et Moriville

Du sommet, un magnifique panorama à 360° est offert sur toute la région que l'on domine de 100 m (fig.5). 

Fig. 5: Panorama SE depuis le sommet du volcan

Le sommet du volcan est marqué par un point côté repère IGN en béton.

Fig. 6: Anciennes excavations au sommet du volcan

On trouve de nombreux échantillons en "pierres volantes", le "basalte" ayant servi a empierrer les chemins qui mène au sommet du volcan, mais il existe des affleurements en place dans le parc à vaches qui couvre son sommet (fig.6, 7 et 8). (Penser à bien refermer les clôtures !).

Fig. 7: Affleurement dans une ancienne excavation au sommet du volcan

Fig. 8: Echantillons de basalte dans le talus d'une excavation

On échantillonne alors une roche "basaltique" microlitique noire dans laquelle s'observent de petits phénocristaux. La roche qui affleure est peu altérée (fig.8).

Son étude au microscope polarisant (fig.9a et b) montre la présence de grands phénocristaux d'olivine (entre 1 et 2 mm) automorphes, parfois corrodés, souvent craquelés (Fo 87-84 soit 84 à 87% de molécule forstérite Mg2SiO4)(1), associés à des cristaux plus petits (< 0,5 mm) de clinopyroxène, d'olivine et de mélilite bleutée et zonée, englobés dans une mésostase vitreuse à microlites de néphéline riche en K2O, olivine, clinopyroxène, magnétite, mélilite et rares petits cristaux de biotite et perovskite.

Les analyses chimiques (fig.10) révèlent qu'il s'agit d'une roche très sous saturée en silice (<40% SiO2), ultrabasique, alcaline et sodique de la famille des néphélinites. Elle est rangée dans la famille des néphélinites à mélilite (1).

Fig. 9a: Echantillon de néphélinite LM0455 observée en LPNA © Terrae Genesis

Fig. 9b: Echantillon de néphélinite LM0455 observée en LPA © Terrae Genesis

Fig. 10: Analyse chimique et composition normative (norme CIPW) pour la népéhélinite d'Essey (1)

Cette analyse rapproche la néphélinite d'Essey de certaines laves du Nyiragongo (Zaïre), de celles de la presqu'île du Cap Vert (Région de Dakar au Sénégal) ou de certains basaltes d’Hawaï.

Cette roche a été produite par un très faible taux de fusion partielle (0.5 à 5%) d’une lherzolite à grenats.

Les datations absolues par la méthode potassium/argon (K/Ar) donnent pour le volcanisme d'Essey-la-Côte un âge de 27,6 ± 1,8 millions d'années (Oligocène supérieur)(2).

Cette roche a été datée parce qu'elle sert de standard géochimique (basalte BR) au Centre de Recherches Pétrographiques et Géochimiques (CRPG) de Nancy (3). Ce standard est un étalon utilisé lors du contrôle et du calcul des analyses chimiques.

D'autres petits filons (< 1m) de néphélinites à mélilite apparentées à celle d'Essey-la-Côte sont connus dans le massif vosgien, au Grand Valtin (88) (carte géologique BRGM n° 341 Feuille de Gérardmer) et au Frauenkopf près des Trois Epis (68) (carte géologique BRGM n° 342 Feuille de Colmar-Artolsheim).

Enfin d'autres pointements, cheminées ou venues magmatiques alcalines liées à l'activité tertiaire du fossé rhénan peuvent être observés et échantillonnés. Parmi les plus remarquables, on peut citer :

- l'affleurement de basalte à olivine et augite de Gundershoffen-Reichshoffen (67) (carte géologique BRGM n° 198 Feuille de Haguenau)

- le pointement d'ankaratrite (roche noire sans feldspaths mais à feldspathoïdes, augite, olivine, rare mélilite et chromite) de l'Oberberg près de Riquewihr (68) (carte géologique BRGM n° 342 Feuille de Colmar Artolsheim).

Il faut bien entendu aussi rappeler l'existence de l'important massif volcanique alcalin du Kaiserstuhl (-16 à -18 Ma) situé en Allemagne, juste de l'autre côté de la frontière, à une trentaine de km au sud-est de Colmar. On y observe des laves sous saturées variées (limburgites, phonolites, téphrites, ...) et des carbonatites.

---------------

Je tiens à remercier Aude Hummel pour l'accès à la documentation bibliographique et le Centre "Terrae Genesis" pour ses excellentes lames minces.

---------------

Bibliographie:

(1) VELDE D. et THIEBAUT J. (1973) - Quelques précisions sur la composition minéralogique de la néphélinite à olivine et mélilite d'Essey-la-Côte (Meurthe-et-Moselle), Bulletin de la Société Française de Minéralogie et de Cristallographie, 96, pp. 298-302.

(2) LIPPOLT H.J., HORN P. et TODT W. (1976) - Kalium-Argon-Alter von Minerallien und Einschlüssen der Basalt-Vorkommen Katzenbuckel und Rossberg, N. Jb. Miner. Abh. 127 (3), pp. 242-260.

(3) GOVINDARAJU K., De La ROCHE H. (1977) - Rapport (1966-1976) sur les éléments en traces dans trois roches standards géochimiques du CRPG ; Basalte BR et granites GA et GH ; Geostandards Newsletter, vol.1, n° 1, pp. 67-100.


Auteur : Philippe MARTIN

Suite Retourner à l'accueil Géologie de la Lorraine Suite Suite de la fiche Essey-La-Côte (54) : 4. Activités réalisables

Contact : Roger CHALOT (Géologie) - Christophe MARCINIAK (Réalisation)