Millésime 2016
Écrit par Pascale Diconstanzo    Vendredi, 24 Mars 2017 21:35    PDF Imprimer Envoyer

JP CASSAN

MERCI JEAN PAUL !

Millésime 2016 : ET DEMAIN J’ENSEIGNERAI COMMENT ?

En communiquant les forces vives innombrables parmi nous et ailleurs hors les murs de l’école. On l’a toujours fait. A BLANQUEFORT, il manquait nos immortels pour nous le rappeler, beaucoup de celles et ceux qui ont su produire des cuvées excellentes, désormais chef de travaux, inspecteurs, proviseurs, ou partis entreprendre dans le privé sans compter les nombreux collègues et amis maintenant en retraite. Mais beaucoup étaient là. JOSIANE DRUON de Clermont, MARIE-LAURE JUBLOT d’Aix Marseille, DANIELE MEVEL de Nantes, MICHELLE MAKAIA de Guadeloupe, MONIQUE DUCHÊNE toujours à Nantes à la fois apéviste de cœur et intervenante en tant que créatrice de l’entreprise ASTHEYA , PASCAL PARONNEAAU de Luçon, SOIZIC DUPUREUR de Rennes, ROSA CERBONI de Port de Bouc, SYLVIE REVUELTA de Niort, ALAIN POTIER de Six Fours, EVELYNE MERLET et SYLVIE DRECQ de CHOLET, entre autres, toutes et tous créateurs, organisateurs de congrès et soutiens inépuisables. Ils étaient là, avec leur sensibilité, leur éthique exigeante, leur forte personnalité autant de motifs, de couleurs, d’ornements tissés, brodés sur l’étoffe commune APV. A les entendre, je sais qu’ils ont apprécié, et que, le pari du partage exaltant de nos pratiques et savoirs est encore gagné cette année à BLANQUEFORT comme en 2015 à CHOLET. 

Commençons par rappeler une constatation de bon sens. Si un apéviste, un groupe peut arriver à organiser un congrès moyen avec une superbe équipe de professeurs, d’intervenants professionnels, aucun ne pourra monter un grand événement avec des participants et partenaires distants… Un grand millésime, c’est donc une année où les conditions générales ont permis d’accoucher de trois jours vibrants où l’enthousiasme s’installe, fleurit l’ambiance et gagne peu à peu tous les participants. Ils se rapprochent et ne font qu’un, ainsi que le veut la loi associative et, chacun, de nos cœurs ardents. Le temps s’étire en heures pleines, heureuses… 

C’est quoi ces forces et vibrations ! 
Un petit miracle qui attendrit nos âmes, une manière de vivre qui bouscule notre petit égo, qui penche pour l’écoute, le partage rieur, l’échange serein, le faire ensemble au nom d’un groupe, d’une équipe si souvent rabâché et si difficile à créer. Et à la façon CAROLINE JAFFRAIN notre Présidente, c’est dans le genre ENERGIQUE, tambour battant.
J’insiste, un vrai miracle, quand brexiter l’existence est devenue monnaie courante, qu’un vent mauvais souffle et emporte tout dans une sombre et vaine impasse et nous laisse chagrin, désespérant de tout, du monde, de l’administration, des élèves, des collègues. Dur d’y échapper, d’en sortir, de faire face, retrouver le goût de vivre, l’humour. Quasi impossible de rester groupés et pourtant….nous le faisons envers et contre tout ! Loin des slogans, des paroles creuses. On prouve qu’on existe avec plus de réceptivité, d’attention à l’autre, au monde, partenaires et professionnels. Disons le, par les temps qui courent, c’est réconfortant de le vivre. Quelle pêche et pas question de se coucher tôt ! 
Ici dans ce vieux CHATEAU DULAMON, sur les hauteurs du Médoc baigné d’une belle lumière, on s’est régalé. Débats, échanges, découvertes des uns et des autres, retrouvailles, nouveautés pédagogiques, connaissances pointues…autant de sucs qui venaient de loin, avaient sûrement bénéficiés tout au long de leur gestation de conditions équilibrées, certes avec des gros à-coups d’angoisses. Les teneur en bouche et autres parfums émergeant lentement et sûrement jusqu’à nos vendanges rituelles des trois derniers jours avant les vacances scolaires de la TOUSSAINT. Avec une maturité progressive, étant plus “profonde”, allant jusqu’au cœur des problématiques éducatives professionnelles on peut commencer à faire un grand millésime. Interventions appréciées, organisateur aux petits soins MOH HAMMOUNAICHA avec ses élèves et collègues, un lycée hôtelier partenaire, un bureau derrière à la manœuvre, DELPHINE BOUR, CHRISTINE CAPOEN, PASCALE DI COSTANZO, et tant d’autres que je ne connais plus…avec notre virevoltante présidente en capitaine inspirée, énergique et magnifique, CAROLINE JAFFRAIN. L’histoire a déjà retenu des appellations et des années exceptionnelles. Nous les connaissons et chacun a sa petite idée. Quoiqu’il en soit chacune d’entre elles a une savoureuse manière d’associer le plus grand nombre (près de 120), d’annoncer nos vacances de Toussaint en partageant bénévolement, en payant de sa personne et sur ses propres deniers, notre propre formation continue. On ne termine jamais cette moitié de trimestre sans entreprendre en fanfare nos agapes studieuses et enchantées annuelles. Bravo à tous de poursuivre envers et contre tout cette aventure exaltante, de conjuguer le partage, le respect dans nos classes, nos lycées avec nos élèves, nos partenaires entreprises et éditeurs. Les millésimes plus récents sont plus difficiles à juger quand il s’agit d’essayer d’imaginer s’ils resteront dans les mémoires à la hauteur de leurs aînés. Pour découvrir ceux qui seront taillés pour une très longue garde, réponse en 2050… Mais déjà la qualité de ce dernier est indéniable. Il renforce la notoriété apéviste en formation continue pour améliorer notre enseignement d’aujourd’hui et plus encore il nous donne les clés pour demain. 

C’est parti pour un an de plus ! 
Mais pas question de méconnaître pour notre nouvelle présidente NATHALIE JETAT, nos nouveaux venus au bureau, délégués académiques et adhérents de l’Association, l’origine des appellations, sucs et autres tanins APV et les grands domaines déjà courus. Avec l'Amicale on pourra les retrouver. L’essentiel ce sont pourtant ceux qui restent à découvrir en s’attelant à l’aventure européenne que nous espérons tous, ainsi que la création d’une amicale dès cette année car attendue par beaucoup. D’autant qu’il y a des cépages d’avenir ERASMUS à planter d’urgence et que nos anciens membres, impossible de tous les citer, (il y a forcément des oublis) sont des centaines, que nos autorités institutionnelles, IGN et IEN sont plus que parties prenantes. Nous avons les caves pleines et tout pour ensemencer demain, alors au travail. L’éclosion sera naturelle et la vinification plus numérisée que jamais !.. En attendant profitons bien de la pause automnale. Nous l’avons bien mérité.

 

Jean Paul CASSAN,

L'un des fondateurs de l'APV